Saint Michel de Rolleboise

Devant la partialité, voire la falsification de certains medias, les catholiques doivent aller à la source de l’information et communiquer autour d’eux par tous les moyens, à commencer par l’Internet.  
 (Mgr Aillet, le 24/03/2009)


Quis ut Deus?

Accueil Ce que nous croyons Infos pratiques, contact. Vu du cockpit Spiritualité Dossiers Archives


Toutes les infos de
Bonnières ici


Revue de presse auto de Twitter


Archives des articles les plus lus


06/2016 Quel évêque suivra la recommandation du cardinal Sarah ?


05/2016 « Amoris Laetitia » 15 questions très simples


05/2016 À Houilles (78), les scouts ne peuvent plus  porter l’uniforme en public.


21/04/2016 Conférence des évêques de France : la surprenante nomination d’Alain Christnacht.


8/04/2016 Samir Khalil Samir, Égyptien jésuite catholique et islamologue, aux Européens :
cessez donc de céder au chantage des musulmans !


6/02/2016 Crise de l’Eglise, où êtes vous Seigneur?


29/11/2015 Dossier Père Hervé Benoît vs Cardinal Barbarin


02/11/2015 Prof. De Mattei - Synode, il n’y a pas de vainqueur


17/10/2015 L’Eglise, une pyramide inversée.


15/09/2015 Pour Vladimir Poutine c'est la Foi chrétienne qui sauvera le monde


12/09/2015  Simulacre: un monstre politique! Par le Colonel Anrès


30/08/2015 « Allah Akbar » « Germany, Germany » : le visage sans fard de l’invasion islamiste à Budapest


12/08/2015 Questions sur les bateaux chargés de réfugiés


14/07/2015 En ces jours de juin 2015, le drame de l’immigration massive se joue en Méditerranée. À lire en parallèle une déclaration de la CEF et la pensée du Père abbé du Barroux sur le sujet.   Édifiant !


26/06/2015 L’odeur d’une brebis. Billet d’humeur à propos d’une déclaration de Mgr Dubost.


6/05/2015   Forum Jésus le Messie : « Nous ne sommes pas islamophobes, mais islamocritiques »


9/05/2015 ALETEIA   L'étrange prophétie du cardinal George : « Je mourrai dans mon lit... Mais mon successeur, lui... »


26/04/2015 Pour le père Gabriele Amorth, exorciste de Rome: « L’État islamique c’est Satan »et« l’Eglise est complètement absente »!


21/04/2015 Zone interdite: qu’en pense l’Eglise?


28/03/2015 Guillaume de Prémare : "La déshumanisation, autoroute vers l’utopie du meilleur des mondes"


13/03/2015 Interview de Moh-Christophe Bilek dans FAMILLE CHRETIENNE


10/03/2015 Mgr Ravel: une nouvelle guerre de religions?


1/03/2015 Mgr Ravel: Le chrétien est pris en tenaille  entre deux idéologies.


27/02/2015 Le pape et la tradition


25/02/2015 « Nous traitons l’eucharistie avec légèreté », par Mgr Schneider sue FAMILLE CHRETIENNE (c’est un fichier pdf assez long à charger)


14/02/2015 Mgr Schneider au séminaire de l’abbé Aulagnier


09/02/2015 Le blog de Jeanne Smits: Mgr Henryk Hoser, archevêque de Varsovie : “L'Eglise a trahi Jean-Paul II”


03/02/2015 Un catholicisme viril par Jacques de Guillebon sur lanef.ne


Abbé Aulagnier - Sermon à Rolleboise du 18/01/2015.  Réflexions après ces mouvements populaires du dimanche 11 janvier 2015


20/01/2015 Charlie Charia Charité: réaction de Marc Fromager | L'Aide à l'Eglise en Détresse


14/01/2015 Abbé Loiseau du diocèse de Toulon et l’aff. Charlie H.: Nous ne sommes pas en présence d’accidents mais du fondement de cette religion.


17/12/2014 Le 17 décembre …et le 13 octobre.


18/12/2014 VATICAN - Une interview du Cardinal Burke.


16/12/2014 Jeanne Smits: Les finances de l’Eglise d’Allemagne, un éclairage sur le synode


15/12/2014 VATICAN: Lettre apostolique du pape à tous les consacrés


13/12/2014 CINEMA Le 3è secret de Fatima, par l’abbé de Tanouarn


28/11/2014 RUSSIE Retranscription du discours de Poutine au club Valdaï


28/11/2014 RUSSIE: une déclaration de 1ère importance de Sergueï Lavrov


12/11/2014 Mgr Barbarin: « Spirituellement, la France est bien vivante!
________________________________

Toutes les archives
sont à consulter ici

Adoration perpétuelle
sur le Mantois
Cest ici


Agenda



Cliquez sur le lien


Fil d’actualité

Archives récentes
Cliquez sur le lien



Cliquez sur le lien



À compter du 1/09, nominations dans le diocèse de Versailles (pdf ici)


A l’occasion du Pèlerinage annuel à Rome du Cœtus Internationalis Summorum Pontificum, l’Institut du Bon Pasteur célébrera le 10è anniversaire de sa fondation les 28 et 29 octobre 2016. Les fidèles et amis de l’Institut du Bon Pasteur sont invités à participer et à s’unir d’intentions en prière d’action de grâce.

 Le vendredi 28 octobre 2016 à 18h en l’église Santi Luca e Martina : La Messe sera célébrée en action de grâce pour l’Institut du Bon Pasteur par SE le Cardinal Dario Castrillon Hoyos, en présence de Mgr Guido Pozzo.

Le samedi 29 octobre à 12h en la Basilique Saint Pierre : La Messe de clôture du Pèlerinage sera servie et chantée par les séminaristes du Bon Pasteur.

Programme complet du pèlerinage : https://unacumpapanostro.com


14/20 Nov 2016 Visite pastorale de Mgr Aumonier dans notre doyenné



Ce que nous croyons



Cliquez sur le lien


Fil d’actualité

Archives récentes
Cliquez sur le lien



Cliquez sur le lien



Monsieur l'abbé Aulagnier, à partir de ce mois délivrera régulièrement des enseignements concernant les sacrements. Le premier document est à consulter ici. Bonne lecture à tous !


Les réflexions spirituelles
de Philos



Cliquez sur le lien


Fil d’actualité

Archives récentes
Cliquez sur le lien



Cliquez sur le lien




La pénitence et le sacrifice étant des exercices de l’âme pour parvenir à un plus grand amour de Dieu, force est de considérer que le martyre en est la quintessence. Mais être martyr est un état sublime auquel Dieu peut nous appeler, en nous comblant des grâces nécessaires pour être capable de l’endurer.         En revanche la douleur des épreuves quotidiennes, vécues avec amour et confiance en Dieu, sont des petits martyres qui embellissent notre âme et la prépare pour l’Eternité.


Comme une femme qui enfante dans la douleur, la pénitence et les sacrifices ne sont jamais humainement agréables. Mais telle la mère qui oublie ses souffrances devant la joie de serrer son nouveau-né, l’agrément de ces exercices sont la paix intérieure et le bonheur qui en découlent. Ils nous font oublier leur rudesse devant la splendeur des mérites acquis.


J’ai toujours considéré que l’une des plus grandes joies est d’en créer autour de soi. Faire plaisir, c’est cueillir une fleur du doux cœur de la Mère de Dieu, qui sent le Paradis, pour la donner à son prochain, qui s’illumine d’amour. Par je ne sais quel prodige, tout votre être, à son tour, se pare de lumière et de ce doux moment naît un instant d’Eternité.




Inscrivez vous pour la neuvaine ici:

Remercier un mécène
en lui laissant la cathédrale



Jeudi 15 septembre, vers 18h, un traiteur a installé un buffet et introduit – entre autres – nombre de caisses de champagne… dans la cathédrale de Bayeux. Il a été rapporté que la cathédrale avait été louée pour une réception organisée par une grande banque française pour certains de ses clients… Une personne témoigne:


« J’ai été témoin, ainsi que de nombreuses personnes, de l’installation par un traiteur, au camion sans inscription, d’un buffet dans le bas-côté droit de la cathédrale vers 18 h. De nombreuses caisses de champagne étaient entassées non loin de la porte de la Miséricorde. La curiosité m’a fait entrer dans l’édifice et c’est à ce moment que j’ai pris la photo que je vous ai envoyée. J’ai interrogé un employé du traiteur qui m’a précisé qu’il s’agissait d’une réception privée de la Société Générale. En effet des panneaux à l’extérieur précisaient : “fermeture exceptionnelle à 18 h 30 – réception privée”. J’ai constaté que les derniers visiteurs qui déambulaient dans les lieux étaient très surpris, voire réprobateurs. Voilà ce que je peux vous dire. »


Réaction de l’évêché:


La Société Générale a soutenu 2 projets importants pour le développement cultuel et culturel de la cathédrale de Bayeux: la fonte de 2 nouvelles cloches (Thérèse-Bénédicte et Rose-Françoise) pour le 70éme anniversaire du débarquement, et l’édition d’un livre sur la cathédrale dans la collection « La grâce d’une cathédrale). Dans le cadre du mécénat, il est important de savoir remercier le mécène. La paroisse de la cathédrale a donc choisi d’organiser un concert d’orgues avec le titulaire musique classique). Pour ne pas gêner la vie cultuelle, ce concert a été programmé après la fermeture des portes. Et la société générale a offert un verre de l’amitié pour ses invités avec des tables disposées dans le bas-côté sud. Le caractère sacré de la cathédrale n’a donc pas été offensé. Pour plus de compléments, je vous invite à vous adresse au Curé-Archiprêtre de la cathédrale de Bayeux qui est toujours particulièrement vigilant à maintenir le respect de la cathédrale, église-mère du diocèse.

Un commentaire rappelle judicieusement qu’il ne faut trop en vouloir au curé de la cathédrale car le pape François lui-même a bien loué la chapelle sixtine à l’entreprise Porsche pour 200000€ la soirée.

Mais c’était du « charity business »!

On détruit par petits bouts dans nos consciences le sens du sacré de nos églises sous couvert de charité.

On se rappellera à toutes fins utiles St Jean Ch2.v16-17:


Et il dit aux vendeurs de colombes: " Enlevez cela d'ici; ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic."

Les disciples se ressouvinrent alors qu'il est écrit: "Le zèle de votre maison me dévore."


Cela me gêne, mais je dois avoir l’esprit pharisien… Et comme je ne suis pas buté, je serai intéressé que quelqu’un me prouve que je me trompe



Philippe
ph.ogez@gmail.com




Hymnes
Les Vêpres de la fête
des sept douleurs de la Sainte Vierge

Par M. L’abbé Aulagnier


Je vous ai dit souvent que les hymnes de notre sainte liturgie sont d’une richesse extraordinaire. Ils sont non seulement de vrais poèmes, des morceaux choisis de belle littérature, mais aussi, toujours, de vraie contemplation des mystères chrétiens.


Cet hymne des Vêpres de cette fête des 7 douleurs de la Vierge en est un exemple merveilleux.


L’auteur contemple la Passion du Christ, ses souffrances et celles qu’a connues Notre Dame, fidèle, immobile au pied de la Croix.

« Que l’étoile du soir disparaisse entièrement du ciel, que le soleil entraîne avec lui le jour foudroyé, tandis que je célèbre la dérision de l’horrible meurtre et l’écroulement d’un Dieu »

Il y a dans cette strophe un ordre de l’auteur : « Que disparaisse l’étoile du soir…que le soleil entraîne avec lui le jour foudroyé ». Ce sont des ordres solennels aux astres célestes, des commandements étonnants. Mais qu’elle en est la raison ? C’est qu’il va contempler le déroulement de la Rédemption aux événements très cruels, cruauté qui a de quoi choquer, même les puissances célestes, créatures de Dieu. Cette injonction à l’adresse des  puissances célestes : « Que l’étoile du soir disparaisse entièrement du ciel, que le soleil entraine avec lui le jour foudroyé » exprime l’émotion de l’âme pieuse de notre auteur devant la Croix. Ces créatures de Dieu, qui sont la manifestation de  la toute-puissance de Dieu, ne peuvent voir cette scène terrible : d’un Dieu terrassé, humilié. Elles doivent s’éloigner comme on éloigne un enfant d’un spectacle horrible…Et  cette remarque s’inspire, du reste, du récit évangélique lui-même. Il y eut précisément un obscurcissement du ciel au moment de la crucifixion du Dieu de Majesté, comme si le soleil s’était retiré ne pouvant souffrir un tel spectacle. Les trois synoptiques sont formels. Saint Luc, comme les deux autres, note bien : « Il était environ la sixième heure, quand des ténèbres couvrirent toute la terre jusqu’à la neuvième heure. Le soleil s’obscurcit…» (Lc 23 44 45)


Le texte latin fait parfaitement ressortir ce sentiment d’horreur que veut exprimer l’auteur de cet hymne : « Sol attonitum  praecipet diem ». « Attonitus » est un adjectif  très fort ; il veut dire frappé de stupeur, stupéfait, confondu. C’est l’accusatif, il s’accorde avec « diem », ce jour est frappé d’étonnement devant le spectacle de la Croix. Que le soleil et donc la clarté du jour,  se retirent  pour ne pas voir ce spectacle affreux , d’un Dieu humilié, « écroulé »!


Et la description de la Rédemption est exprimée en terme très fort : « tandis que je célèbre la dérision de l’horrible meurtre et l’écroulement d’un Dieu »


Cette Rédemption ne fut rien d’autre qu’une mort. L’auteur utilise le mot « nex, necis » et non pas simplement «  mors », car elle fut « horrible », mieux « féroce, cruel ». C’est le sens du mot latin « saevus ». Un autre qualificatif est donné à cette Passion du Christ. Elle fut « ludibrius ».Elle  fut une vraie « dérision ». « Ludibrius », en latin, veut dire « risée, le jouet, objet de risée. Ce mot vient de « ludus » qui veut dire : « jeu, amusement, divertissement ». Mais ne fut-ce pas le comportement d’Hérode face au Christ ; ne se moqua-t-il pas de lui.  C’est expressément dit dans saint Luc : « Hérode eut une grand joie de voir Jésus …mais avec ses gardes, il le traita avec mépris ; après s’être moqué de lui, et l’avoir revêtu d’une robe éclatante, il le renvoya à Pilate » (Lc 23 8 11). Saint Luc utilise le même verbe : « il-ludere ». Voyez comme l’auteur de cet hymne a médité les Ecritures. Cette mort ne fut rien d’autre que l’ « écroulement d’un Dieu » « catastrophem divinum ». Ce qui justifie  parfaitement le premier verset de cette strophe : « Que l’étoile du soir disparaisse entièrement du ciel, que le soleil entraîne avec lui le jour foudroyé ». Ce spectacle est intolérable à voir. L’auteur a du cœur.


Il va, du reste, contempler maintenant : la Mère et l’Enfant, en cette Rédemption.


« Vous étiez là, ô Mère, assistant au supplice, submergé par le malheur en gardant un cœur inébranlable, tandis que votre enfant, pendu à la Croix meurtrière, poussait de grands cris »


C’est tout simplement sublime !

La strophe commence par le mot « spectator ». Il est mis en premier, au début de la phrase. Elle est comme seule. Elle est spectatrice, observatrice de ce  supplice. Elle est là. « aderas » qui vient de « ad esse », elle est là « spectatrice ». Elle est présente. C’est le sens du verbe « adesse ». Elle n’a nullement fui, comme les disciples. Elle est auprès de son Fils. Elle est Mère, « Parens », une Mère fidèle, toute absorbée dans la contemplation de la scène violente de la Passion de son Fils.


L’auteur va la décrire dans son malheur. Il la voit comme « Malis uda », On traduit ici « submergée par le malheur » Le latin est bien plus descriptif. Il la voit « mouillée, trempée, baignée » de larmes par ce mal qui touche son Fils, mais loin d’être effondrée. Elle est : « gerens cor adamantinum ». Elle garde un  cœur fort. « Adamantinus » veut dire « dur comme le fer, qu’on ne peut briser ». Ce verset fait écho à notre « Stabat Mater dolorosa ». Et le verbe « stare » exprime précisément une attitude ferme, un peu comme le soldat au garde à vous.


«Elle est ferme », alors que son Fils,  - « c’est le sens du mot « Natus » - est « funerea pendulus in Cruce », « est pendu à la Croix cruelle », « funerea ». Là aussi, notre auteur attribue des sentiments à  la Croix : elle est un instrument « cruel ». Il est non seulement pendu à la croix cruelle, mais il pousse des grands cris. « Altos dum gemitus dabat ». « Altus »  veut dire «  haut, élevé ». C’est bien faire, là aussi, écho à l’Evangile qui retient le cri ultime du Christ en Croix « magna voce »: « Le soleil s’obscurcit…Et Jésus s’écria d’une voix forte : Père je remets mon esprit entre vos mains » (Lc 23 47) ; « E clamans voce magna, Jesus ait : in manus tua commendo spiritum meum ».


Cette attitude de fermeté dans la douleur est d’autant plus  sujet d’admiration que l’objet de sa douleur, Son Fils, « Natus », loin d’être absent de son regard, est là, devant elle,, sous ses yeux, « ante oculos »  suspendu sur la Croix  souffrant de combien de douleurs !



Ces douleurs feront l’objet de la troisième strophe :

« Votre Fils suspendu devant vous, déchiré par des coups cruels, votre Fils percé de plaies béantes, ô de quels traits acérés vous a-t-il transpercé ».

« Il est déchiré par des coups cruels », « atrocibus sectus verberibus ». « Atrocibus » de « atrox –ocis » qui veut dire : « atroce, cruel, terrible, dur ». Et de faite, les coups que reçut Notre Seigneur dans  sa Passion, et particulièrement dans sa flagellation et sa crucifixion, méritent bien ce qualificatif : d’atroces, de cruels…


Et l’auteur revient sur la qualité de la victime, sous ses yeux : c’est son Fils, « natus » - ce n’est pas un quidam,- c’est son Fils qui « est percés de plaies béantes » « hiantibus fossus vulneribus », « percé de plaies grandes ouvertes ».


« Fossus » est le participe passé de « fodere » qui décrit bien l’atrocité des plaies.  Il veut dire : « creuser au-dedans, percer, piquer, déchirer ». Ainsi de Notre Seigneur en sa Passion ! La flagellation a déchiré tout son corps, les épines du couronnement  ont  pénétré douloureusement le cuir chevelu. Ne parlons pas des plaies de ses mains,  de ses pieds : les clous ont creusés profondément tous ses membres.


On comprend qu’un tel spectacle puisse déchirer le cœur d’une mère par leur atrocité. C’est ce que médite maintenant notre auteur : « ô de quel traits acérés vous a-t-il transpercée » ; « Quot penetrantibus Te confixit aculeis ». « Aculeus » c’est « l’aiguillon », c’est « la pointe » qui ne reste pas seulement à la surface, mais qui pénètre  profondément. « Confixit » de « configere » qui veut dire « percer, clouer ». Et l’auteur précise même – pour que l’on ne se fasse pas d’illusion- que ces aiguillions ont profondément pénétrés dans la victime. Mais quelle est, cette fois, la victime, c’est  la Mère : « quot pentrantibus Te confixit aculeis ». L’auteur rappelle ici la prophétie du prophète Siméon : « Un glaive transpercera votre âme » (Lc 2 35). L’annonce s’accomplit ici même, au pied de la Croix. Les souffrances du Christ, son Fils, sont raison de ce glaive annoncée par Siméon et aujourd’hui réalisé. Quelles étaient mystérieuses les paroles de Siméon. Aujourd’hui elles trouvent toute leur explication.


Et notre auteur poursuit la méditation de la Passion dans une strophe au style très nerveux comprenant une série de mots brefs,  qui en est un beau résumé, une description sublime. Voyez :

« Hélas, les crachats, les soufflets, les coups, le fiel, l’absinthe, l’éponge, la lance, la soif, les épines, le sang, comme tout cela a torturé de mille manières votre cœur compatissant ! »

N’est-ce pas rappeler toutes les atrocités de la Passion du Seigneur.  De fait, il a connu les crachats, les soufflets, les coups, le fiel, l’absinthe, l’éponge, la lance, la soif, « J’ai soif », les épines, « la couronne d’épine », le sang. « la lance » transperçant son côté. Il en sortit du sang, au témoignage de l’Apôtre Jean. Il suffit de se remémorer le lent déroulement de la Passion du Christ pour voir l’exactitude de tous ces dix mots. Cette synthèse est, je trouve, très émouvante. On comprend que tout cela ait pu torturer le cœur compatissant de la Mère. Le latin est sublime : « quam varia pium Cor pressere tyrannide ». « Pressere » de « premere » qui veut dire : « presser, serrer, accabler, serrer de près ». Vous le voyez, le sens du verbe est déjà à lui-même très fort. Mais cela ne suffit pas à l’auteur, il  ajoute « tyrannide ». Tout cela exprime la profondeur de la souffrance qu’a connue  la Mère au pied de la Croix, d’autant qu’elle assista à ces scènes d’un « cœur compatissant », en latin, nous avons  d’un cœur « pium ». C’est plus que la compassion. « Pius » veut dire : « affectueux, tendre, dévoué ».


Et malgré ces douleurs si vives, La Vierge reste ferme. C’est ce qu’exprime dans une autre strophe merveilleuse l’auteur de l’hymne :

« Cependant vous restez debout, plus généreuse que tous les martyrs, ô Vierge ; par un prodige inouï, mourant sans mourir, ô Mère, clouée par de si dures douleurs »

Et là nous retrouvons notre verbe « stare » : « être ferme, être droit, immobile ». « Cunctis interea stas generosior, Virgo, martyribus ». Ce verbe veut dire : « être debout, être immobile, demeurer ferme, résister, durer, rester fidèle ». Telle est l’attitude de la Mère affligée en cette Passion. On ne peut trouver un meilleur mot pour exprimer la force d’âme de Marie en la Passion de son Fils. Elle n’est pas écroulée, mais ferme et résolue.


L’auteur exprime merveilleusement l’attitude de la Mère, « Parens » au pied de la Croix. Elle est là comme « mourante », comme clouée à la Croix avec son Fils « diris fixa doloribus » «  blessée, transpercée de si graves douleurs, cependant sans mourir, « moriens non moreris ». Elle aurait dû mourir comme son Fils, volontairement, dans un grand cri de douleur, …Mais non, il fallait qu’elle soit, aussi, à la naissance de l’Eglise, au jour de la Pentecôte…


La conclusion s’impose dans l’ultime strophe : une humble prière, l’humble prière d’avoir la force d’imiter une telle force dans les difficultés de la vie :

« Gloire, louange, honneur à la Trinité suprême, à qui je demande humblement par une instante prière d’imiter, dans le malheur, la force d’âme de la Vierge » Amen.

 


  









«Comment pouvons-nous vouloir un dialogue avec l’islam alors que souvent nous ne pouvons même pas en avoir un entre nous dans l’Église ?»


Le cardinal Dominik Duka, archevêque de Prague, primat de Bohême et président de la Conférence des évêques catholiques tchèques, après l’égorgement du Père Jacques Hamel, rédigea un article destiné à l’hebdomadaire Katolický týdeník qui, outre le fait d’être une publication catholique réputée en Tchéquie, est la propriété de la Conférence épiscopale dont le cardinal Duka est le président…
























Dans son article, le cardinal, reprenant des propos du pape François, mettait en garde contre« une politique d’accueil disproportionnée et acharnée » des migrants musulmans. Pour lui, l’assassinat du Père Hamel constituait une « leçon » donnée à tous ceux qui avaient minimisé de précédents incidents semblables et tenu ceux qui les perpétraient pour des personnes frustrées ou mentalement dérangées :

« Garder le silence ou mentir sur les causes réelles de cette situation reviendrait à participer au suicide de la civilisation ».

Il appelait à prier davantage pour les victimes du terrorisme qu’à chercher des excuses ou des justifications aux terroristes musulmans.

« Il y a dans l’islam une tendance à la violence qui est dissimulée et on doit encourager les fidèles musulmans à s’y opposer ».

« La question que je me pose c’est comment pouvons-nous vouloir un dialogue avec l’islam alors que souvent nous ne pouvons même pas en avoir un entre nous dans l’Église ? ».


Cette remarque était, en quelque sorte, prémonitoire puisque l’article du cardinal fut refusé par Antonin Randa, rédacteur en chef de Katolický týdeník… Le cardinal Duka censuré dans l’hebdomadaire de la Conférence épiscopale dont il est le président !


Le cardinal Duka n’eut d’autre choix que de faire paraître, le 6 août, son article sur le blogue tchèque Aktuálně.


Acceptons notre vie avec ses difficultés
Michel-Marie Zanotti-Sorkine
6 minutes de bel optimisme à ne pas rater!

L’exorciste romain,
Gabriele Amorth, est mort.


36 ans au service de la chasse aux démons.


Le très médiatique Gabriele Amorth, chef exorciste de la cité du Vatican et du diocèse de Rome pendant 36 ans, s’est éteint le 17 septembre à l’âge de 91 ans, suite à des complications pulmonaires.


Comment mettre le diable KO ? Comment reconnaître son action dans le monde aujourd’hui et lutter contre lui ? Gabriel Amorth disait toujours : « Les chrétiens ne savent pas se défendre contre Satan »….


Lire sur Alétéia…..

En Chine le nouvel évêque de Wenzhou est toujours retenu à 2 500 km de son diocèse


Mgr Pierre Shao Zhumin est le premier évêque "clandestin" adoubé par le Saint-Siège.


Mgr Vincent Zhu Weifang, évêque de Wenzhou, en Chine, « est retourné à la maison du Père » à l’âge de 88 ans, remplacé à ce poste par l’évêque coadjuteur, Mgr Pierre Shao Zhumin, issu de la communauté chrétienne ‘clandestine’, a annoncé officiellement le bureau de presse du Saint-Siège. Mais depuis la mort de l’évêque, pas de nouvelles de son successeur.


Les autorités chinoises ont cru bon d’éloigner le jeune évêque de 53 ans à plus de 2500 kms de la dépouille de Mgr Vincent Zhu, pour l’empêcher de célébrer la messe de funérailles, le 13 septembre dernier. Un geste, commente Eglises d’Asie, qui aurait posé aux yeux de tous le fait que Mgr Pierre Shao est l’évêque en titre de cet important diocèse de la province du Zhejiang. Arrestation ? Éloignement ? La « disparition » de Mgr Shao a fait monté d’un cran la tension déjà très forte dans les milieux catholiques sur place.


Wenzhou, la « dynamique »


Le diocèse de Wenzhou est considéré comme dynamique. Quelque 140 000 fidèles, ainsi qu’une cinquantaine de prêtres et une centaine de religieuses, y assurent, aux côtés des protestants (environ un million), une présence chrétienne contre laquelle les autorités chinoises lance ponctuellement des mises en gardes, des arrestations ou des campagnes d’intimidation, comme abattre les croix placées au sommet de tous les édifices religieux.


En vue d’améliorer les relations avec la République populaire de Chine, rappelle l’agence I-Media, le Saint-Siège avait accepté en 2007 la nomination de Mgr Zhu, « un officiel » de l’Eglise dite « patriotique », c’est-à-dire désigné par le gouvernement chinois. Néanmoins, le prélat n’avait été ordonné qu’en 2009 et avait pris ses responsabilités dans le diocèse en 2010. Le Vatican, avait alors exigé la présence d’un évêque coadjuteur en la personne de Mgr Pierre Shao, issu de l’Eglise ‘clandestine’. Mais Pékin ne l’a jamais reconnu en tant que tel, se mettant néanmoins d’accord avec le Saint-Siège pour qu’il prenne la suite de Mgr Zhu, à son décès.


C’est donc conformément à cet accord que l’annonce officielle de la nomination du nouvel évêque de Wenzhou a été faite.


Après 65 ans de rupture diplomatique

Le jour de la mort de Mgr Zhu, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, alors en visite à Taïwan, avait réaffirmé: « Il n’existe pas deux Églises différentes, l’une fidèle au pape et l’autre soumise au gouvernement, mais deux communautés désireuses, ensemble, de vivre en pleine communion avec le Successeur de Pierre ». Lors d’un entretien récent avec Avvenire, le journal de l’épiscopat italien, le numéro 2 du Saint-Siège avait également souhaité que soient trouvées « des solutions réalistes » pour un accord entre la Chine et le Saint-Siège.

Depuis la rupture de leurs relations diplomatiques, en 1951, la Chine et le Saint-Siège entretiennent en effet des contacts fluctuants, marqués par de nombreux rebondissements mais dont les effets s’épuisent à force de réactions pro ou contre des catholiques chinois eux-mêmes. D’un côté les sceptiques comme le cardinal Zen qui, depuis quelques mois, multiplie ses avertissements contre « la politique chinoise » entamée par le pape François; et de l’autre les optimistes derrière le cardinal John Tong Hon, son direct successeur à la tête du diocèse de Hong Kong, quant à un éventuel accord « constructif » entre Pékin et Rome.

Sur place les avis sont effectivement partagés, mais tous soulignent un point essentiel : « Le Vatican traite avec un gouvernement hostile qui, ponctuellement, opprime l’Église, lui imposant, comme pour les cinq autres grandes religions reconnues sur son territoire – taoïsme, bouddhisme, islam, protestantisme et Confucianisme – des organes de contrôle spécifiques » pour le diriger et gérer ses mouvements. Et tous verraient d’un très mauvais œil qu’au nom d’un accord, le Vatican « avale beaucoup de choses en silence ».


Mariage – L’Eglise d’Afrique a des préoccupations différentes de l’Occident.



23/09/2016
Par Cyril Brun.

En Occident, la famille est attaquée nous le savons. Elle est laminée par des politiques massivement anti-famille et par une idéologie contraire à la vérité propre de l’homme. Le Gender, qui a conduit à la loi Taubira en vue d’une nouvelle civilisation et dont nous voyons les masques tomber avec la GPA, la PMA, l’euthanasie des mineurs etc, est, pour nous, la préoccupation numéro 1. C’est ainsi du reste qu’elle a totalement occulté l’ampleur et la variété des discussions lors des deux synodes sur la famille.















Inscrits dans une vision résolument progressiste, les médias ont cherché à influencer ce synode, en vue d’accélérer le changement civilisationnel. Hypertrophiant certains aspects abordés dans les séances de travail, pour donner l’impression qu’enfin l’Eglise allait s’ouvrir à la modernité, médias et, ne nous voilons pas la face, toute une partie des chrétiens, ont étouffé les préoccupations des autres continents, qui eux, se trouvent confrontés à d’autres réalités, à d’autres civilisations, bien vivantes ou qui n’en finissent pas de mourir.

Ainsi, face à a question des divorcés-remariés, l’Afrique a-t-elle tenté de faire entendre sa voix en exposant les atteintes portées contre la famille sur le sol africain. Polygamie, anthropophagie, rites initiatiques, rites vaudou et mariages forcés sont autant de résistance à l’épanouissement du modèle familial chrétien.


C’est ce que rappelle l’Eglise copte d’Egypte dans son opposition aux mariages précoces.


Les autorités de l’Eglise copte orthodoxe ont voulu réaffirmer avec force leur contrariété à la célébration de mariages combinés par les familles impliquant des personnes très jeunes. Un communiqué du Patriarcat copte orthodoxe a réaffirmé l’interdiction de célébrer dans les églises coptes orthodoxes des mariages de couples très jeunes, soulignant que cette pratique viole le droit de tout jeune à trouver la personne adapté avec laquelle commencer une relation conjugale stable et caractérisée par la promesse de fidélité réciproque. Le document ajoute que les mariages « précoces » imposés par les familles d’origine finissent par créer des problèmes et des situations de malaise non seulement aux jeunes époux mais aussi à leurs enfants et à l’ensemble de la communauté. (source Agence Fides)

 

Ici comme ailleurs, nous avons tendance à défendre la famille comme citadelle assiégée, oubliant qu’elle est une globalité et que si elle est menacée à tribord, elle est ipso facto fragilisée à bâbord. L’Eglise universelle est appelée à promouvoir autant qu’à défendre la famille comme lieu d’épanouissement naturel de la personne humaine. En rester à la défense du pré carré n’est-ce pas contraindre la famille à peu à peu succomber sous les coups répétés de l’ennemi ? Ce qui se passe en Occident arrivera en Orient et en Afrique, tout comme ce contre quoi les Africains se démènent aujourd’hui est proche de nous atteindre.


Orbán : un appel pour aider les chrétiens en priorité, couler les navires illégaux et lutter contre le nihilisme

24/09/2016

Hongrie, Budapest – Viktor Orbán a fait des déclarations fortes pour le début de la nouvelle année parlementaire. Il a dénoncé le nihilisme comme l’ennemi, a exprimé vouloir contrôler la mer Méditerranée en coulant les bateaux illégaux et veut aider les chrétiens avant les musulmans.


Viktor Orbán est un habitué des déclarations choc. Et ce qu’il a dit après les vacances d’été n’a pas tardé à faire grand bruit. Pour le premier ministre hongrois, tout d’abord, ce que ses «ennemis représentent aujourd’hui n’a rien à voir avec les pensées et les idées des grands penseurs libéraux du passé. Cela est du nihilisme pur, et ce point de vue nihiliste est parvenu furtivement à se répandre sur le monde et dans les institutions de l’Union européenne ».


« Aujourd’hui, la naïveté est la norme à Bruxelles »


Parlant des migrants, et affirmant que la faute ne leur appartient pas, il a tôt fait de désigner Bruxelles pour responsable. « Nous autres Européens n’avons même pas encore décidé ce que nous voulions faire ». « S’ils invitent ces malheureux, ils vont venir. Nous avons la possibilité maintenant d’utiliser le référendum pour faire dérailler les efforts de l’UE, et nous espérons que notre exemple fera écho à travers l’Europe et que commencera une vague, de sorte qu’après le printemps prochain une direction différente soit installée à la tête des institutions de l’Union. Il ne faut pas oublier que l’élite nihiliste pense l’Europe centrale comme une région ayant besoin de changement, d’une dilution de la population, » a souligné Viktor Orbán.


Le chef de l’exécutif hongrois a résumé ensuite les questions fondamentales à poser selon lui. « Nous devons répondre à ceci : voulons-nous des nations, ou voulons-nous une Europe unie ? Voulons-nous la famille et les enfants, ou ne pourrions-nous pas même décider de qui est un homme et qui est une femme ? Alors que le soixantième anniversaire du traité de Rome arrive au printemps prochain, nous devons répondre à ceci : avons-nous vraiment des valeurs communes à tous ? » a déclaré Viktor Orbán.


« Nous avons besoin de zones sous contrôle en dehors de l’Union européenne ! Nous devons décider qui peut entrer et qui ne le peut pas ! »


Sur les migrants encore, le premier ministre hongrois a dit les choses clairement. Les nihilistes dont il avait parlé précédemment veulent la destruction de l’Europe telle qu’elle a été jusqu’à présent. « Pour eux c’est une occasion unique de pouvoir détruire l’Europe qui est fondée sur la Chrétienté et l’identité nationale afin de complètement modifier les fondations ethniques de l’Union européenne. Ils savent que les musulmans ne voteront jamais pour des partis avec des racines chrétiennes, et donc qu’avec une masse importante de musulmans, ils pourront écarter à jamais du pouvoir les partis conservateurs traditionnels. Mais la guerre est également une très grande opportunité pour les nations ayant des racines chrétiennes. Notre grande opportunité est de résoudre les discussions sur les migrants en dehors du politiquement correct. Notre stratégie porteuse d’espoir est avec le V4, et peut-être bientôt avec l’Autriche, de contraindre les élites à retirer ces décisions de leurs mains et les placer dans les mains des gens grâce aux référendums« .


Enfin, Viktor Orbán a déclaré que les dirigeants européens doivent aider les chrétiens d’abord avant tout autre. « Si nous voulons aider, nous devrions aider à la racine du problème, et d’abord, nous devons aider les chrétiens. Si l’Europe sait ce qui est bon pour elle et veut une armée commune, alors elle doit dominer la mer Méditerranée et ses côtes, tout comme les anciens chefs militaires romains l’ont fait. Ils ont coulé tous les navires vides et non autorisés. Bien sûr, il faut sauver les migrants avant cela et les ramener en Afrique dans un camp de migrants conçu pour environ deux à trois millions de personnes, quelque part en Libye ».


Russie: rencontre du métropolite Hilarion et du cardinal Koch.


Commission mixte
pour le dialogue catholique-orthodoxe


La dynamique positive dans la collaboration entre les Églises catholique et orthodoxe russe depuis la rencontre entre le pape François et le patriarche Cyrille à Cuba a été au centre des entretiens du métropolite Hilarion de Volokolamsk et du cardinal Kurt Koch, selon un communiqué de l’Église orthodoxe russe.





















Le président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et le président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens se sont rencontrés le 19 septembre 2016, à Chieti, en Italie, où vient de s’achever le travail de la XIVe session plénière de la Commission mixte pour le dialogue théologique entre les Églises orthodoxe et catholique (15-22 septembre).


Les deux parties ont constaté que la coopération entre l’Église orthodoxe russe et l’Église catholique était particulièrement fructueuse dans le domaine de la culture.


Ils ont souligné que le programme d’échange, impliquant le séjour de prêtres et d’étudiants en théologie de l’Église catholique et du Patriarcat de Moscou, respectivement à Moscou et à Rome, avait de réelles perspectives et doit être renouvelé.


Le métropolite Hilarion a dit qu’il était nécessaire de reprendre la discussion sur le thème de l’uniatisme dans le cadre de la Commission mixte pour le dialogue théologique orthodoxe-catholique.


Il a exprimé sa « profonde inquiétude devant les déclarations hostiles au Patriarcat de Moscou et à l’Église orthodoxe d’Ukraine publiées par la direction de l’Église gréco-catholique d’Ukraine »


Durant la rencontre, d’autres thèmes d’intérêt commun ont aussi été soulevés.


Le père Hyacinthe Destivelle, OP, du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, et le père Alexis Dikarev, du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, ont participé à l’entretien.

Hongrie : un secrétariat d’État
 pour lutter contre la christianophobie


Lu sur Christianophobie Hebdo :


"Cette semaine, la Hongrie – qui fut sous pression l’an passé en raison de sa gestion de la crise créée par l’afflux massif de mi­grants en Europe – est devenue le premier pays à créer [un dépar­tement ministériel] pour traiter officiellement de la persécution contre les chrétiens au Moyen­ Orient et en Europe.

« Aujourd’hui, le christianisme est devenu la religion la plus persécutée. Quand cinq person­nes sont tuées pour des raisons religieuses, quatre sont des chrétiens » [a déclaré] Zoltan Balog, ministre hongrois des Ressources humaines. « De par le monde, les chrétiens sont persécutés dans 81 pays et 200 millions de chrétiens vivent dans des régions où ils sont discriminés. La vie de mil­lions de chrétiens est menacée par des idéologies religieuses extrémistes. » [...] La création d’un [département ministériel] directement consacré aux souf­ frances des chrétiens survient en un moment où l’Europe, selon [Victor] Orban, est divisée en­tre ceux qu’il appelle les « élites de l’UE », et ceux qui, comme lui, entendent maintenir les raci­ nes chrétiennes de l’Europe. « La guerre politique fondée sur la question de la migration offre une grande occasion aux deux camps. Pour les [élites de l’UE], c’est une chance considérable de détruire l’Europe fondée sur les conceptions du christianisme et de la nationalité [...]. Mais cette guerre est aussi une formidable occasion offerte aux défenseurs des nations États ayant des raci­nes chrétiennes. »

Ce nouveau [département mi­ nistériel] hongrois dispose­ra d’un budget de départ de 3,35 millions €. Le ministre Balog a déclaré qu’il était « de la plus haute importance » d’aider les chrétiens persécutés, de faire naître une prise de conscience in ternationale quant à leur « situa­tion intenable » et de coordonner les efforts humanitaires. [...] « Notre intérêt ne s’applique pas seulement au Moyen-­Orient, mais à toutes les formes de dis­ crimination et de persécution que subissent les chrétiens dans le monde entier. C’est pourquoi on peut s’attendre à notre vigilance sur les formes les plus sub­ tile de persécution à l’intérieur des frontières de l’Europe», a déclaré Balog."


Alep la martyre : l’extraordinaire charité
 des Maristes Bleus.


24-09-2016

Merci à notre amie Nouha pour cette info.
Source



Les Frères maristes d’Alep se comptent sur les doigts de moins de deux mains puisque, aux dernières nouvelles, cette communauté se compose de deux frères religieux et de sept laïcs… Mais cette poignée de personnes fait des miracles ! Vous lirez, ci-dessous, de larges extraits du tout dernier message du Dr. Nabil Antaki, médecin syrien d’Alep et membre laïc des Frères maristes. Dans une situation apocalyptique et au milieu de tant d’adversités leur dévouement est incroyable et il s’applique à tous, chrétiens ou non chrétiens… Il faut les aider autant que nous le pouvons et pour que pas un seul € ne se perde, je vous suggère des dons à l’association Les baroudeurs de l’espoir, dirigée en France par une fille du Dr. Nabil Antaki, et qui finance à la fois les Maristes Bleus d’Alep et l’hôpital Saint-Louis de cette ville tenu par les admirables Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition. Merci pour eux et merci à A. M. d’avoir attiré mon attention sur cette œuvre magnifique !


[…] L’exode des habitants d’Alep, surtout des chrétiens, continue. Après l’Europe, puis le Canada, c’est le tour de l’Australie maintenant de délivrer des visas aux réfugiés syriens. Les chrétiens d’Alep ne sont plus que le quart de leur nombre d’avant la guerre.


Entre révolte et compassion, nous, les Maristes Bleus, continuons nos programmes en faveur des familles déplacées et des plus démunies.


Le programme « Les Maristes Bleus pour les déplacés » continue à distribuer des paniers alimentaires et sanitaires mensuels à 850 familles. Nous les aidons aussi à payer le prix de l’abonnement de « 1 Ampère » aux générateurs privés pour allumer quelques ampoules le soir. Nous leur donnons une fois par mois de la viande ou du poulet. Nous leur louons des petits appartements pour se loger. Cette année encore, pour la rentrée scolaire, nous avons donné des fournitures scolaires à tous les enfants qui vont à l’école en plus de notre aide pour payer les frais de scolarité.


Le projet « Civils Blessés de Guerre » continue à soigner, gratuitement, les civils, de toutes confessions, blessés par des balles ou des éclats d’obus, à l’hôpital Saint-Louis tenu par les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition.


Le « Projet Médical des Maristes Bleus » finance plus de 100 actes médicaux par mois pour aider les malades qui n’ont pas les moyens de payer le coût d’une opération chirurgicale, d’une hospitalisation, d’un scanner ou parfois même d’une consultation ou d’examens de labo.


Le projet « J’ai Soif » continue à distribuer l’eau, gratuitement, aux familles dont nous avons la charge. Nos quatre camionnettes, équipées de réservoirs, font la navette du matin au soir entre les puits et les appartements.


Le projet « Goutte de Lait » distribue chaque mois à presque 3 000 enfants âgés de quelques jours à 10 ans des quantités de lait suffisantes pour un mois.


Au début de l’été, nous avons aménagé une partie de notre cour pour en faire un jardin avec des balançoires, des toboggans etc. Nous avons ainsi inauguré notre Espace-Eté de loisirs où nos familles viennent passer cinq après-midi par semaine dans un endroit plus sûr que leurs quartiers. Les enfants jouent sous la surveillance des monitrices et les adultes passent un moment de loisirs à jouer aux cartes, au tric trac ou tout simplement se détendent en sirotant un café, un thé ou un soda et en épluchant des graines. Nos deux bus font la navette aller-retour entre notre local et les quartiers. Cette initiative a fait la joie de tout le monde et a constitué une bonne thérapie anti-stress.


Notre équipe de visite des déplacés s’est étoffée de plusieurs bénévoles, anciens maristes de la famille Champagnat. Elle rend régulièrement visite aux familles, chez elles, même quand elles habitent les quartiers périphériques les plus dangereux comme le « 1070 », pour nouer des liens de solidarité, s’enquérir de leurs besoins et essayer d’y remédier.


Nos projets pédagogiques vont bon train. Les éducateurs (éducatrices) des deux projets « Apprendre à Grandir » et « Je veux apprendre » se réunissent, depuis début septembre, tous les matins pour des sessions de formation et d’apprentissage des programmes en attendant la rentrée scolaire. Celle-ci sera difficile vu le nombre record de demandes d’admission et de demandes acceptées malgré l’exiguïté des lieux.


Tous les enfants de « Je veux apprendre » et qui n’allaient pas à l’école pour diverses raisons ont réussi cet été aux tests de niveau du ministère de l’Éducation nationale et vont rejoindre le cursus scolaire sans commencer de zéro. C’est un sujet de fierté pour les enfants, leurs parents et pour nous.


« Skill School » continue à réunir les adolescents (tes). Leur nombre a atteint les 75, ce qui constitue le maximum de notre capacité.


Notre centre de formation des adultes, « le M.I.T. », en plus des sessions de 3 jours organisées depuis 3 ans plusieurs fois par mois, va inaugurer dans quelques jours une nouvelle formule. Une session de 100 heures étalée sur 8 semaines, 3 après-midi par semaine, pour permettre aux personnes qui travaillent d’y participer. Le thème est : « Comment entreprendre son propre projet ? ».


Nous avons engagé les meilleurs experts d’Alep pour aider les jeunes adultes à entreprendre et réaliser un projet et gagner leur vie. Nous enseignerons, d’une façon pratique, aux participants comment trouver l’idée d’un projet, comment le réaliser, comment évaluer le coût du produit, comment faire un budget, comment établir un plan d’action, comment obtenir le financement, comment faire le marketing et la vente. À la fin de la session, les participants présenteront leurs projets au jury composé des experts et nous aiderons à financer les meilleurs projets réalisables.


Notre projet d’« Éradication de l’analphabétisme » a terminé sa 1ère session de 40 participants. Tous ont présenté l’examen du ministère de la Culture et ont reçu un certificat attestant qu’ils sont du niveau de la 4ème année élémentaire. Il faut voir le bonheur de ces grands adultes recevant leurs certificats et tous fiers de savoir lire et écrire.


Nous continuons à accompagner les familles, à être à leur écoute, à leur fournir un appui psychologique, à comprendre leurs besoins, à leur rendre leur dignité souvent bafouée, à leur donner un peu d’espoir et à leur faire sentir que nous sommes solidaires d’elles.


Révoltés par tout ce que nous subissons, voyons, entendons et sentons, oui, nous, les Maristes Bleus, sommes révoltés. Nous ne pouvons pas accepter l’inacceptable.


La compassion est une de nos valeurs. Nous partageons la souffrance de nos frères et sœurs, leur détresse, leur désespoir et leurs drames.


La Solidarité est notre façon de vivre la charité et l’amour avec eux et pour eux.


Alep, le 17 septembre 2016

Dr. Nabil Antaki


[P.S.] Hélas, comme vous le savez, cette trêve une fois de plus, n’a pas été respectée !


Les victimes de Babylone.


24-09-2016


La République de Palerme, "palermo.repubblica.it", nous informe dans un article louangeur du 6 septembre 2016 que "demain Elisabetta e Serenella seront unies civilement à Villa Trabia". C'est le maire de Palerme, Leoluca Orlando, qui recevra les consentements.


Le lendemain, en l’église de San Saverio, le curé, l'abbé Cosimo Scordato, qui ne voulait pas être en reste, au début de la messe, a présenté le couple en annonçant leur « prochain mariage » et en demandant à ses ouailles « de les accueillir dans la communauté et de prier pour leur vie ensemble. » Un choix, a-t-il précisé, « qui regarde le futur. »

Protagonistes d’un documentaire sur le mariage pour tous en Italie diffusé prochainement à la télévision italienne RAI2, les deux femmes, raconte le curé, « sont venues me demander, il y a quelques jours, que je bénisse leurs alliances. L’Église n’autorise pas ce sacrement pour les couples homosexuels mais je les ai invitées cependant à venir à la messe pour que je les présente à la communauté, parce que l’Église doit accueillir tout le monde. »


Et de continuer sur sa lancée en déclarant que son « souhait est que l’Église accepte de bénir aussi ces relations homosexuelles»,d'ailleurs rajoute-t-il « les choses se changent peu à peu, un pas à la fois. »


A notre connaissance l’archevêque de Palerme, Mgr Corrado Lorefice n'a toujours pas réagi [....]


Tout ceci est-t-il un immense désordre ? Non, c’est toute la rigueur et tout l’ordre –l’ordre inversé- du mystère de Babylone dont les peuples sont victimes.
Il n’est de cité que Jérusalem. Et tout ce qui est refus de Jérusalem, n’est point autre, mais son contraire. Or, à Jérusalem, a dit Jésus, il n’y aura de mari ni de femme, mais tous y seront comme des anges (Mc.,12,25).
Et le grand inverseur et profanateur va faire que dans le royaume renversé de Babylone, il n’y ait plus d’hommes ni de femmes, et que tous soient semblables, hommes et femmes. Ils auront le même aspect, le même visage, le même vêtement et choisiront leur genre. Ou pas.

Jusqu’où devrons-nous aller ?

Un livre:


Céline Alvarez

Les lois naturelles de l’enfant


4è de couverture: L'enfant naît câblé pour apprendre et pour aimer. Chaque jour, les neurosciences nous révèlent son incroyable potentiel, sa capacité à se nourrir du monde pour former son intelligence. Pourtant, par manque d'information, nous imposons à l'enfant un système éducatif inadapté aux leviers naturels de son jeune cerveau, qui l'empêche d'apprendre qui freine l'apprentissage et n'encourage pas sa bienveillance innée. Plus de 40% d'entre eux sortent du primaire avec des lacunes qui les empêcheront de poursuivre une scolarité normale.

Ce livre fondateur révèle une autre façon de voir l'enfant et de concevoir son éducation à la maison et à l'école. Céline Alvarez explique de manière limpide les grands principes scientifiques qui sous-tendent l'apprentissage et l'épanouissement. Elle partage son expérience, les activités qui peuvent aider les enfants à développer leur potentiel, ainsi que la posture appropriée de l'adulte.

La révolution de l'éducation est possible.

Céline Alvarez a mené une expérience dans une maternelle en " zone d'éducation prioritaire " et " plan violence ", à Gennevilliers. Elle a respecté les " lois naturelles de l'enfant " et les résultats ont été exceptionnels. A la fin de la deuxième année, tous les enfants de grande section et 90% de moyenne section, étaient lecteurs et affichaient d'excellentes compétences en arithmétique. Ils avaient par ailleurs développé de grandes qualités morales et sociales.

Note SMR: voir ci-dessous un reportage de la 2


École : enseigner autrement


Liberté d’expression.



L'évocation, par une femme, de sa souffrance occasionnée par un avortement est-elle condamnable ?



Communiqué des Associations familiales catholiques :


Laurence Rossignol a accusé de " délit d'entrave numérique " les sites internet qui, à travers des témoignages, et contrairement au site - officiel - d'information du Gouvernement, font état des risques pour la mère liés à avortement …


Mettre en avant des observations et des faits, proposer d'autres voies que l'avortement ou favoriser sa prévention seraient donc des délits ? L'évocation, par une femme, de sa souffrance occasionnée par un avortement est-elle condamnable ?


La liberté d'expression est fondatrice de la société démocratique. Et même, pour autant qu'il soit factuel et respectueux, l'exercice d'une telle liberté est la source fondamentale du progrès et de l'approfondissement de la liberté de chacun(e).


En outre, le principe de la légalité des délits et des peines, consacré notamment à l'article 8 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen (" La loi ne peut établir que des peines strictement et évidemment nécessaires et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée ") s'impose, notamment pour respecter la séparation des pouvoirs.


Les Associations Familiales Catholiques s'inquiètent donc d'une telle déclaration quand elle est le fait d'un Ministre de la République. Aussi, elles se montreront attentives aux suites qui lui seront données.


Les AFC considèrent, d'ailleurs, que le nombre très élevé d'avortements en France constitue un problème de santé publique et devrait être traité comme tel : études des facteurs de risque et lutte contre ces mêmes facteurs de risque."



Les cisterciens sont en train de disparaître du paysage spirituel français


Le départ des derniers moines de l’abbaye cistercienne de Melleray marque une nouvelle étape dans le déclin de la vie catholique en France.



Par Raoul de Gerrx

Professeur universitaire


Ignoré des grands médias (et donc passé inaperçu du grand public), le départ, ce mois-ci, des derniers moines de l’abbaye cistercienne de Melleray, près de Nantes, marque une nouvelle étape dans le déclin, apparemment inexorable, de la vie catholique en France, et de la vie monastique en particulier.


Ce départ ne manquera pas d’attrister ceux et celles qui, comme moi, ont jadis connu ce monastère, dont l’origine remonte au XIIe siècle, florissant de jeunesse et de vitalité.


Mais c’était avant les réformes issues du concile Vatican II.


Le motif allégué pour la suppression ? Le manque de recrutement. Il n’y avait plus, à Melleray, nous dit-on, qu’une dizaine de moines âgés, qui ne pouvaient plus subvenir à leurs besoins, non plus qu’à l’entretien des édifices et de la propriété. Remplacés par une communauté d’hommes et de femmes « à vocation œcuménique », ils ont été envoyés, pour une partie d’entre eux, à l’abbaye de Port-du-Salut, près de Laval, encore moins peuplée que Melleray et menacée, elle aussi, d’extinction.


Ainsi, après la suppression de l’abbaye des Dombes, dans l’Ain, en 2001, suivie de celle de trois monastères féminins (Belval, la Grâce-Dieu, Ubexy) en 2008, la dégringolade de l’ordre de Cîteaux s’accentue, effaçant peu à peu sa présence du paysage spirituel français.


Mais qu’est donc devenu le catholicisme dans notre pays ? Et quelle espèce de christianisme y prêche-t-on désormais, dans celles des églises encore ouvertes et que ne fréquente plus, aux dernières statistiques, que 8% de la population 1 ? C’est toute la question, que beaucoup de responsables refusent obstinément d’examiner.


La recherche de la perfection personnelle (« Soyez parfaits comme mon Père céleste est parfait », Matthieu, V, 48), ressort essentiel de la vie monastique, c’est — nous disait un jour un de ces responsables — « de l’égocentrisme ».


Centrer sa vie sur Dieu dans le silence d’un monastère, vivre dans son intimité et faire rayonner autour de soi l’amour et la joie qu’il nous donne : de l’égocentrisme !


Saint Benoît, saint Bruno, saint Bernard, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, le bienheureux Charles de Foucauld : des égocentriques !


On comprend qu’avec une telle conception, prétendument rénovée, de la vie chrétienne, l’athéisme d’un côté, l’islamisme de l’autre, ne cessent, chez nous, de progresser.



L’islamisation de l’Occident
est-elle pour demain ?

Dans une récente homélie, le cardinal Schönborn
 nous met en garde depuis Vienne.


JULES GERMAIN  23 SEPTEMBRE 2016



Le cardinal Christoph Schönborn, très proche du pape François, a la réputation d’être un homme réfléchi. Ses mots ont du poids, en Autriche comme dans le reste du monde. On le compte parmi les plus modérés et les plus éminents théologiens du collège des cardinaux.




L’Europe a dilapidé l’héritage chrétien


Il a cependant récemment fait récemment parler de lui avec des propos sur l’islam et l’Europe qui changent de son habituelle tempérance. Lors de son homélie du dimanche, comme le signale la conférence des évêques d’Allemagne, on célébrait en Autriche la fête du Saint Nom de Marie, qui commémore la victoire contre les Turcs le 12 septembre 1683, lors de la bataille de Vienne. Cette victoire n’a pas simplement sauvé Vienne et l’empire autrichien mais probablement protégé de grandes parts de l’Europe d’une islamisation forcée.


« Il y a 333 ans, a expliqué le cardinal Schönborn, Vienne a été sauvée. Il faut désormais se demander  : faisons-nous face à une troisième tentative d’une conquête musulmane de l’Europe ? De nombreux musulmans le pensent et le souhaitent : l’Europe d’aujourd’hui est sur le point de mourir ». Le continent a dilapidé son trésor chrétien comme le fils prodigue a dilapidé l’argent de son père. Le cardinal a en effet terminé son homélie par ses mots : « Aie pitié de ton peuple, Seigneur, car il est sur le point de dilapider ton héritage ».


L’écho sur les réseaux sociaux en Allemagne et en Autriche a été considérable. On a alors souvent commenté, sur Facebook notamment, que le cardinal a nommé le risque qu’affronte aujourd’hui l’Europe de manière lucide. « Éminence, ne voulez-vous pas en parler à votre ami le cardinal de Cologne ? », lit-on par ailleurs, celui-ci, Rainer Maria Woelki, étant accusé pour sa part d’angélisme, soutenant encore et toujours l’accueil inconditionnel des réfugiés musulmans. Mais d’autres voix reprochent au cardinal de conduire ses ouailles dans les bras des populistes de droite.


Les musulmans font partie de l’Autriche


Effectivement, le parti d’extrême droite FPÖ a profité de l’occasion pour dire qu’il fallait, aujourd’hui, comme en 1683, protéger l’Occident. Ce n’est pourtant pas le propos du cardinal Schönborn. Il a condamné à plusieurs reprises les propos hostiles vis-à-vis des réfugiés et a même répété que les 600 000 musulmans que compte son pays font partie de l’Autriche. L’identité chrétienne qu’il voit disparaître est justement une injonction à se mettre au service des réfugiés. L’amour du prochain ne se limite pas aux chrétiens ni aux compatriotes. Il reste que son propos très fort rappelle la fragilité de l’Europe face à un islam qui peut se faire conquérant et dans lequel tout chrétien doit savoir rester lucide en même temps que charitable.


« Nous allons les ratatiner car c’est ce que veut Allah »


Il semble en effet ne pas avoir tort lorsqu’il dit qu’une part non négligeable des musulmans souhaite une transformation radicale de l’Europe actuelle. Nul autre que l’imam de la mosquée de Jérusalem, le Sheikh Muhammad Ayed, avait déclaré en 2015 que la baisse de la natalité en Occident ferait des musulmans le seul avenir possible de l’Europe. « Nous allons les ratatiner car c’est ce que veut Allah. » Il semble ainsi que les propos de Schönborn ont sonné juste pour de nombreuses oreilles angoissées en Europe. Mais cet épisode a également un précédent, puisque le pape François lui-même avait parlé en mars dernier d’une « invasion arabe« . Cette « invasion » est d’abord l’occasion d’une conversion radicale pour l’Europe, non pas vers l’islam, mais vers sa vraie nature, chrétienne, qu’elle a à redécouvrir.


Nouvelles tensions entre Moscou
 et les occidentaux.

27-09-2016


Accusé de "barbarie" le Kremlin dénonce une "rhétorique inadmissible".



















Les Dernières Nouvelles d'Alsace s'inquiètent :

Mise en accusation par le conseil de sécurité, la Russie a dénoncé lundi " le ton et la rhétorique inadmissible » employée par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Ces derniers avaient accusé le Kremlin de " barbarie » et évoqué l'éventuelle saisine de la cour pénale internationale.


D'un autre côté, les Russes s'inquiètent ouvertement, expriment des doutes sur l'obéissance des militaires US à Obama. Dans les colonnes de Sputnik News, le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que selon toute évidence, les militaires américains n'obéissent pas à leur chef suprême des armées le président Barack Obama.


ce type de déclaration montre bien que les Russes sont sur les dents et qu'ils considèrent la situation comme explosive.