Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

 

Le sacerdoce

 

Je voudrais vous parler du prêtre en souvenir de mon ordination sacerdotal, le 17 octobre, des mains de Mgr Lefebvre.

Ce qui fait le prêtre, sa joie, c’est la découverte toute particulière du mystère de Dieu. Le prêtre, plus que tout autre baptisé, contemple ce mystère. Dieu est l’objet de ses études. Il en scrute le mystère. Il en scrute la bonté. « Dieu est chose si bonne que meilleure ne se peut », disait, je crois, saint Louis.

Il en étudie d’abord l’existence, les propriétés. C’est l’objet de la théodicée. C’est une des premières études du prêtre. La théodicée, l’étude de Dieu, de son existence, de ses propriétés telles que la raison peut les connaître…

Que d’heures merveilleuses passées sur ce sujet par le séminariste. Il s’applique d’abord à comprendre les cinq voies de saint Thomas qui permettent d’affirmer l’existence de Dieu. Il s’efforce d’en avoir l’intelligence. Il s’arrêtera plus ou moins sur l’une ou l’autre, par exemple sur la preuve dite de l’être contingent. « L’être contingent » ? Qu’est-ce à dire ? C’est l’être qui peut être ou ne pas être. Il est, sans être pourtant un être nécessaire. Il est aujourd’hui. Il ne sera pas demain. Il est l’être non nécessaire. Il n’a pas en lui-même sa raison d’être. Et pourtant il est. Si donc il n’a pas en lui-même sa raison d’être, tout en étant, c’est qu’il l’a par un autre qui a l’être en lui-même. Car on ne peut remonter sans cesse dans la chaîne des causes secondes, des causes contingentes. Il faut nécessairement en arriver à un être premier qui a sa raison d’être en lui-même et nullement en un autre, autrement rien de ce qui est, n’aurait sa raison d’être et donc rien ne serait. Il faut donc s’arrêter à un être nécessaire, à une cause première. Et cet être nécessaire qui a sa raison d’être en lui-même, est ce qu’on appelle Dieu. L’intelligence aime scruter la raison de cet être nécessaire car, de là, elle va en tirer quelques propriétés. Il est au principe de tout. Il est donc le maître de toutes choses. Il est le Tout-Puissant. Il est le principe et la fin  de tout. Il est le principe. Il est l’ « Alpha » et l’ « Omega ». Il est le principe, à l’origine de tout. Tout dépend de lui, de son existence nécessaire. Il est la fin de tout. C’est en lui que toute chose a sa fin, sa finalité, sa raison d’être. Il est le Créateur. Il est la perfection. Il  est l’être subsistant par lui-même. Il se suffit à lui-même. Il n’a besoin de rien. S’il  crée, parce que tout puissant, c’est pour donner et être possédé par tout être créé. Il est l’être provident, la Providence.

L’intelligence du séminariste, futur prêtre, s’enthousiasme de la découverte de l’être, de Dieu. Il arrive à avoir la certitude de l’existence de Dieu. Il va contempler, dans son intelligence, l’être divin. Il va s’initier à chanter sa gloire. Sa raison, là, dans ces premières études qui portent sur Dieu, va fortifier sa foi, son « Credo », « je crois » : « Credo in unum Deum, patrem omnipotentem ». Il pourra dire, à cet instant, « je sais que Dieu est ». Je sais qu’il est « l’acte pur », la perfection même, sans mélange de puissance et d’acte, sans mélange de non être et d’être. Il est. C’est tout et cela me suffit. Et je chante sa gloire. C’est donc bien les créatures – tous êtres contingents -, qui me révèlent l’existence de Dieu comme l’effet révèle la cause.

Aussi le prêtre ne peut tenir cacher dans son cœur l’être divin. Il ne peut tenir captive la vérité dans son cœur. Il vibre à la condamnation de saint Paul écrivant aux Romains : « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute  impiété et toute injustice des hommes, qui, par leurs injustices retiennent la vérité captive, car ce qui est connu de Dieu est manifeste pour eux : Dieu le leur a fait connaître. Car ses perfections invisibles, son éternelle puissance et sa divinité sont depuis la création du monde, aperçues par l’intelligence au moyen de ses œuvres ». Alors le prêtre comprend ses paroles de Paul : « Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont pas glorifié comme Dieu et ne lui ont pas rendu grâces ».

Voilà aussi l’injustice du monde moderne. Voilà aussi l’impiété du monde moderne.

Ce monde voit les œuvres et pourtant il ne conclut pas à l’existence de Dieu. Dès lors, il vit dans l’injustice. Il vit dans l’impiété. Dans l’injustice, en ne rendant pas à Dieu son dû : la gloire. A Lui, la gloire. A Lui, l’action de grâces. Dans l’impiété, il crée nécessairement  de faux dieux.

Le jeune lévite, lui, au contraire, vit de tout son être, de tout son cœur, dans l’action de grâces, pour ce Dieu, principe de tout le créé. Il aime. Il contemple. Son intelligence possède, en cette affirmation, «  Dieu est », son bien qui est le vrai. Et c’est alors la joie de son intelligence, tant il est vrai que la joie de l’intelligence est la possession du vrai, c’est son bien. Dieu est le vrai. Dieu est le bien. Dieu est l’objet de la béatitude de l’être contemplatif. Le prêtre est le contemplatif de Dieu. Il est dans la béatitude.

Et cette théodicée qui, au prêtre, lui parle de Dieu, s’épanouie, se développe, se fortifie, par les affirmation de la foi, de la théologie, par les affirmations révélées, objet de la théologie.

Et nous avons alors le merveilleux prologue de l’Evangile de saint Jean qui  nous dit : « In principio erat Vervum »…Au principe de toutes choses, au commencement est le Verbe et le Verbe est en Dieu et le Verbe est Dieu. Il était au commencement en Dieu…Toutes choses ont été faites par Lui et rien de ce qui a été fait, n’a été fait sans Lui ». La foi vient conforter la raison. Heureuse complémentarité. L’auteur inspiré, saint Jean, confirme les conclusions de la raison : « In principium erat Vebum ». Le Verbe, en Dieu, Dieu lui-même est le principe de tout. Rien de ce qui est, n’a été fait sans Lui. Il est la cause de toutes choses… Mais ce qui reste pour la raison une abstraction, grâce à la Révélation, prend un nouveau visage. Ce premier principe, c’est Le Verbe, la deuxième personne de la Trinité, en qui Dieu le père a mis toutes ses complaisances. A Lui toute honneur et toute gloire. C’est ainsi que la théodicée et la théologie, ayant même objet, Dieu, mais l’appréhendant selon un objet formel différent  - ce sont deux sciences distingues, s’appuient mutuellement pour mieux chanter encore la gloire de Dieu. Ainsi le prêtre entretient-il dans son cœur ce désir de la contemplation de Dieu. Entretient-il dans son cœur, la joie intérieure par la possession du bien parfait, Dieu. Il fuit ainsi toute injustice et toute impiété. La vérité de Dieu, pour lui, n’est pas captive dans son cœur. Non ! Que non pas ! Ce qu’il contemple de Dieu, son existence, ses perfections, il veut le prêcher, l’annoncer. Il veut que ses fidèles, chantent comme lui la gloire de Dieu et chantent leurs actions de grâces. Il veut les prévenir des dangers des ténèbres dont nous parle toujours saint Paul dans la même épître aux Romains. Ceux qui nient Dieu et son existence « sont devenus vains dans leurs pensées et leur cœur sans intelligence s’est enveloppé de ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous et ils ont changé la majesté de Dieu incorruptible par des images représentants l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, des reptiles ». La négation de Dieu et de son existence ne va pas sans entraîner l’idolâtrie. On se détourne de Dieu pour se tourner vers des fables, des faux dieux. L’idolâtrie est le  fruit de l’agnosticisme. L’idolâtrie ! Mais c’est l’homme lui-même qui se fait Dieu et s’adore lui-même. Aujourd’hui l’anthropocentrisme est la nouvelle idéologie du monde moderne, son idolâtrie. L’homme devient le centre de tout, au détriment de Dieu, du vrai.

Mais aussi Dieu, poursuit saint Paul, les « a-t-il livrés, au milieu des convoitises de leurs cœurs, à l’impureté, en sorte qu’ils déshonorent entre eux, leurs propres corps, eux qui ont échangé le Dieu véritable pour le mensonge et qui ont adoré et servi les créatures de préférence au Créateur, lequel est béni éternellement ».

Les conséquences de la négation divine sont gravissimes pour l’homme.

« Ils ont adoré et servi les créatures de préférence au Créateur, lequel est béni éternellement ». Vous remarquerez la conclusion, MBCF, «  lequel est béni éternellement ». C’est une conclusion énergique, forte, une conclusion enflammée d’un cœur amoureux de Dieu. Voilà, de fait, les sentiments de celui qui étudie la science de Dieu, la plus belle des sciences, du séminariste, du prêtre. Je ne peux que souhaiter que les jeunes qui m’entendent réfléchissent à ce témoignage vrai que je donne du haut de cette chair.

Mais la théodicée, sans être oubliée est vite dépassée par la théologie. Et le prêtre va ainsi pénétrer dans le plus beau des mystères, l’intimité de Dieu, dans le mystère de la charité de Dieu que seule la Révélation peut nous faire connaître. Alors le prêtre est ravi au ciel, je ne dis pas au troisième ciel, mais il est ravi au ciel dans une joie plus exaltante encore quand la théologie lui dit, avec saint Jean : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie  éternelle » (Jn 3 16) Voilà le véritable et unique mystère de Dieu. Voilà le mystère de l’Incarnation, le mystère de la Rédemption. Voilà sa cause : la charité de Dieu. Voilà sa finalité : le ciel, la béatitude. Le prêtre, le lévite va se consacrer des années durant, des mois, des semaines, à scruter ce mystère de la charité de Dieu. Il va comprendre que Dieu est charité. « Deus caritas est ». Il va scruter ce mystère du salut, « l’Evangile du salut ». Il va comprendre que « Dieu est riche en miséricorde », « qu’à cause du grand amour dont il nous a aimés et alors que nous étions morts par nos offenses, nous a rendu vivants dans le Christ » (C’est par grâce que nous sommes sauvés) « qu’il nous a ressuscités ensemble et nous a fait asseoir ensemble dans les cieux en Jésus-Christ afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ ».

Le prêtre va scruter, vous dis-je, cette charité divine, sa gratuité, son immensité, sa volonté de bien, sa volonté bienfaitrice. Il va comprendre que le ciel des béatitudes est la raison de l’Incarnation rédemptrice, « propter nostram salutem », disons-nous dans notre Credo. Le prêtre va comprendre et s’enflammer de cet amour divin. Il comprendra que c’est par grâce que nous sommes sauvés. Il va comprendre que la foi au Christ Seigneur est la voie royale du salut, et qu’elle est unique, la seule : « le salut par le moyen nécessaire de la foi au Christ. Il va comprendre que le salut ne vient pas de nous mais qu’il est un don de Dieu. Il va comprendre que le salut ne vient pas de nos œuvres afin que nul ne se glorifie. Alors il comprendra que nous sommes tous, baptisés, « l’ouvrage de Dieu » par le sang rédempteur du Christ, œuvre de charité.

Ce sera là sa prédication, le thème central de sa prédication. Ce fut la prédication de saint Paul. Sa prédication fut le mystère du Christ et rien d’autre. Il ne cesse de le répéter :

- Aux Corinthiens , il dit : « Moi, mes frères, lorsque je suis venu chez vous, ce n’est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis venu vous annoncer le témoignage de Dieu. Car je n’ai pas jugé que je dusse savoir parmi vous autre chose que Jésus et Jésus crucifié ».

- Aux Ephésiens, il écrit encore plus explicitement : « J’ai été fait ministre de cet Evangile selon le don de la grâce de Dieu qui m’a été accordée par l’efficacité de sa puissance. C’est à moi le moindre de tous les saints, qu’a été accordé cette grâce d’annoncer parmi les gentils, les richesses incompréhensibles du Christ et de mettre en lumière aux yeux de tous l’économie du mystère qui avait été cachée depuis le commencement en Dieu, le créateur de toutes choses afin que les principautés et les puissances dans les cieux connaissent aujourd’hui à la vue de l’Eglise, la sagesse infiniment variées de Dieu, selon le dessein éternel qu’il a réalisé par Jésus-Christ notre Seigneur en qui nous avons par la foi en lui l’assurance et l’accès en toute confiance auprès de Dieu »

Voilà ce qu’apprend le prêtre durant son séminaire : le mystère de Dieu, le mystère du Christ, expression, manifestation  de la charité de Dieu qui a pour unique finalité la rédemption et la glorification des hommes dans la vision de gloire, au ciel, un jour.

Voilà ce qu’il contemple, contemplera, prêche, prêchera, « afin que le Jésus Christ habite dans vos cœurs par la foi »

« afin que, étant enracinés et fondés dans la charité, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur et la longueur et la profondeur et la hauteur de la charité du Christ »

« afin que vous puissiez connaître l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu »

Vous avez fait attention, je pense, à ces dernières expressions de l’Apôtre :

-connaître l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance. Je traduis : la connaissance du Christ et son mystère est l’objet de la Théologie. Dès lors cette science est la science des sciences. Elle surpasse toute connaissance. Que vaut la science du Droit, la science physique, la mathématique face à la théologie. La théologie fut bien en Sorbonne la science des sciences.

« En sorte que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu » : Celui qui s’adonne à cette science, la théologie, est rempli de la plénitude de Dieu. Il est avec Dieu, il vit de Dieu et de sa plénitude. Il est dans une joie spirituelle et intellectuelle profonde, celle que donne la possession de l’être divin, la Sagesse éternelle.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

  La fête du Christ-Roi Jésus-Christ est roi, MBCF. Il est roi, non seulement du ciel mais encore de la terre. Et il lui appartient d’exercer une véritable et suprême royauté sur les sociétés humaines. Et ces sociétés humaines, elles mêmes, doivent le confesser. C’est un point incontestable de la doctrine chrétienne....

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

  Le sacerdoce   Je voudrais vous parler du prêtre en souvenir de mon ordination sacerdotal, le 17 octobre, des mains de Mgr Lefebvre. Ce qui fait le prêtre, sa joie, c’est la découverte toute particulière du mystère de Dieu. Le prêtre, plus que tout autre baptisé, contemple ce mystère. Dieu est l’objet de...

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

  En l’honneur de Saint Michel     « L’Ange se tint près de l’autel du temple, un encensoir d’or à la main » « Et tandis que l’archange Michel luttait contre le dragon, on entendit la voix de ceux qui disaient : «le  Salut est à notre Dieu ». Telles sont, MBCF, les deux premières antiennes des Premières Vêpres de...

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

L'heure de Jésus

L'heure de Jésus

Nous approchons du temps liturgique que l’Eglise appelle : « le temps de la Passion ». La liturgie va nous faire méditer la Passion de Notre Seigneur. Permettez-moi ces quelques considérations sur ce que Notre Seigneur appelait lui-même: « son heure ». C’était l’heure par excellence ; elle avait été infailliblement déterminée de toute éternité par la Divine...

Jeudi saint 2017

Jeudi saint 2017

« Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang » Nous commémorons ce soir, MBCF, l’institution, par Notre Seigneur Jésus, au Cénacle, le Jeudi Saint, du sacrement de l’Eucharistie et du Sacerdoce par ces paroles : « Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang ». « Faites ceci en mémoire de moi ». Jésus avait déjà annoncé ce...

Ier dimanche de la Passion 2017

Ier dimanche de la Passion 2017

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». « Si quis sermonem meum servaverit, mortem non videbit in aeternum » MBCF, Il n’y a peut-être pas de phrase plus forte, plus importante pour notre âme que cette phrase de NSJC : « Si quelqu’un garde ma...

4ème dimanche de Carême 2017

4ème dimanche de Carême 2017

  Poursuivons, MBCF, notre méditation dominicale sur le salut. C’est le thème de notre prédication de Carême. Nous savons que le salut, c’est le Christ. Nous savons aussi que l’objet de salut, c’est notre délivrance du péché originel et l’accès à la vie éternelle. Nous savons également que ce salut s’obtient par l’observance des...

3ème dimanche de Carême 2017

3ème dimanche de Carême 2017

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent MBCF, En ce Carême 2017, de dimanche en dimanche, nous essayons de scruter, du regard de la foi, le plan divin, son plan de salut. Nous savons que ce plan salvifique se concentre essentiellement en son Fils unique, NSJC. Il est...

2ème dimanche de carême 2017

2ème dimanche de carême 2017

Que faire pour obtenir le salut, la vie éternelle ? MBCF, Dimanche dernier, partant de l’acclamation qui ouvre le temps de Carême « Voici maintenant le jour du salut », nous avons médité sur ce salut. Nous nous sommes posés plusieurs questions Quel est ce salut ? En quoi consiste-t-il ? Quel est-il ? Quel son objet ? Qui est-il ? Quel est celui...

Carême

Carême

C’est aujourd’hui que le Carême apparaît dans toute sa solennité. Pour vous encourager à vous lancer généreusement dans ce saint temps liturgique, je me permets de vous adresser quelques paroles de saint Léon le Grand : « Très chers fils, ayant à vous annoncer le jeûne sacré et solennel du Carême,...

Dimanche de la Quinquagésime 2017

Dimanche de la Quinquagésime 2017

En ce dimanche de la Quinquagésime, l’Eglise nous fait lire le texte où Jésus annonce à ses disciples, à l’écart, sa Passion prochaine : « Ensuite Jésus prit à part les Douze, et leur dit : " Voici que nous montons à Jérusalem, et que va s'accomplir tout ce que les prophètes...

Veille de l'actualité