2018 - Dimanche de la septuagésime

« Allez, vous aussi à ma vigne »

Cela fut dit aussi aux ouvriers de la 11ème heure. C’est dire que nul n’est exclu de cette vigne. Nul n’est exclu de cet héritage. Nul n’est exclu de ce royaume de Dieu. Autrement dit, le vouloir divin du salut éternel est universel, il est pour chacun.

Voilà une affirmation des plus importantes qu’il nous faut expliquer.

Quoiqu’il en soit, pour être reçu dans cette vigne, il faut être fait enfant de Dieu. C’est une condition nécessaire et suffisante. C’est-à-dire qu’il faut avoir reçu la grâce sanctifiante par le baptême, parce que c’est cette grâce appelée grâce sanctifiante qui nous fait participants de la nature divine, « divinae consortes naturae », (2 Pet 1 4) , nous fait enfants de Dieu et par là, héritier de cette vigne. Par la réception de cette grâce, nous sommes faits fils adoptifs de Dieu avec droit à l’héritage paternel. « Allez vous aussi à ma vigne ». « Si nous sommes fils, nous sommes héritiers ».

La filiation et l’héritage : c’est tout un ! C’est dire que cette filiation est notre titre de noblesse dans le présent, et notre gage de félicités pour l’avenir. « Allez vous aussi à ma vigne ». C’est tout l’Evangile !

Cette filiation divine n’est pas une simple dénomination extérieure. Il s’agit bien d’une filiation réelle qui est une participation à la filiation même du Christ. Voilà pourquoi saint Jean écrit : « Voyez quel amour le Père nous a témoigné en nous accordant non seulement le titre, mais encore la qualité véritable d’enfants de Dieu » (1 Jn 3 1) Et comme ravi d’admiration en présence d’un si grand mystère, il dit : « Oui, mes bien-aimés, nous sommes dès à présent les enfants de Dieu ; mais ce que nous serons un jour ne paraît pas encore. Nous savons que quand Dieu se montrera, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque a cette espérance se sanctifie, comme Il est saint lui-même » (1 Jn 2 3).

Mais cette adoption divine est-elle comparable à l’adoption humaine ? Ce que nous savons de l’adoption humaine, peut-il nous donner l’intelligence de l’adoption divine ? L’une est-elle comparable, identique à l’autre ? N’y aurait-il entre les deux, aucune différence ? Les réponses à ces questions feront les deux parties de mon discours.

Ici bas, adopter un enfant, c’est le faire entrer dans sa famille, c’est lui conférer librement, gratuitement, le titre et les prérogatives de fils qui ne lui appartenait pas en vertu de sa naissance, notamment le droit à l’héritage de son père adoptif. C’est dire que pour être adopté, il faut que l’adopté soit étranger par son origine à la famille qui l’introduit dans son sein et n’en fasse pas naturellement partie. On ne peut adopter son propre fils. Adopter son propre fils est contradictoire à la notion même d’adoption. L’adopté est nécessairement d’une autre famille, d’une autre ligné. L’adopté entre dans une nouvelle famille.

C’est ensuite le résultat d’un choix libre et gratuit. L’adoption n’est fondée sur aucun droit naturel. C’est un acte purement gratuit. C’est un contrat par lequel je m’engage à donner mon nom et ma fortune à l’adopté, je lui confère tous les droits du fils légitime comme je m’engage à reconnaître l’autorité du père adoptif. J’en accepte les libéralités et tout particulièrement, j’accepte d’en recevoir l’héritage.

Trois conditions sont donc nécessaires à la condition de l’adoption :

-l’adopté doit être un étranger à la famille.

-C’est un acte gratuit et libéral.

-Il lui donne droit à l’héritage.

Il en est bien ainsi dans notre adoption divine par le baptême.

Ce sont bien des étrangers que Dieu introduit dans sa race, quand il daigne nous accorder, à nous, êtres raisonnables, la grâce sanctifiante et nous communiquer une participation de sa nature et de sa vie. Certes, dans l’ordre ontologique, nous sommes bien quelques choses de Dieu, nous sommes bien dans la dépendance de Dieu, Il est bien la cause première dont nous dépendons dans l’être. Mais même si nous sommes créés à son image et ressemblance, et dans sa dépendance nous ne vivons pas de la vie même de Dieu, de la vie divine.

C’est pourquoi nous devons considérer l’adoption divine comme un appel fait par Dieu à des êtres qui lui sont étrangers par nature, qui ne sont pas ses fils, qui le deviendront. Par nature, nous ne sommes pas ses enfants, nous le devenons par grâce.

Plus encore, par suite du péché originel qui touche chacun, non seulement nous ne sommes pas ses enfants, mais nous sommes devenus ses ennemis et nul ne pouvait changer cette réalité –terrible ; nul ne pouvait nous arracher à cet état, nul ne pouvait nous rétablir dans l’amitié de Dieu sinon la miséricorde infinie de Dieu envoyant, à cet effet, son Fils unique, NSJC. C’est Lui qui nous a merveilleusement « rachetés » par son Sang. Aussi sommes-nous devenus par grâce et par miséricorde des êtres régénérés, et cela d’une manière totalement gratuite, des créatures nouvelles admises à la participation de la nature divine : Ainsi sommes-nous devenus des fils de Dieu, des êtres déifiés. Ainsi lorsque nous recevons le baptême et la grâce sanctifiante, devenons-nous, non point des serviteurs, mais nous devenons soudain des enfants de Dieu. Nous passons du domaine de la servitude au domaine de la filiation, des fils de colère aux fils bien aimés, des fils du premier Adam, aux frères du second, aux frères de Jésus-Christ, notre béni Sauveur. Et nous entendons l’Apôtre nous adresser ces paroles merveilleuses : « Vous n’êtes plus maintenant des étrangers et des hôtes, mais vous êtes les concitoyens de saints et de la maison de Dieu » (Eph 2 19). Oui ! Elles sont pour nous ces paroles du Christ : « Venez vous aussi à ma vigne ».

Nous devenons semblables au Christ. Lui est Fils de Dieu par nature. Il l’est de toute éternité, Il est consubstantiel au Père. Lui est Dieu. Nous, nous sommes simplement déifiés. Sa génération est éternelle et nécessaire. Notre génération est temporelle, gratuite et volontaire. Le Verbe est Fils par nature ; nous ne le sommes que par bienveillance et adoption. Voilà la deuxième condition de l’adoption réalisée.

Mais pour n’être que des fils adoptifs, nous n’en avons pas moins droit à l’héritage. « Si nous sommes enfants, dit saint Paul, nous sommes également héritiers : héritiers de Dieu et cohéritiers de NSJC ». « Autrement dit : « Venez, vous aussi à ma vigne »

Ce droit à l’héritage paternel est ce qu’il y a de plus essentiel dans l’adoption : c’en est le but et la fin, de même que la charité, en est le principe. Saint Thomas le dit expressément : « Dès là que, par un effet de sa bonté infinie, Dieu appelle les hommes à hériter de sa propre béatitude, on dit qu’il les adopte » (III 23 1)

Voilà une grande et sublime vocation. Voilà un bienfait formidable qui arrachait à l’Apôtre saint Paul ce cri de reconnaissance et d’amour : « Béni soit Dieu et le Père de NSJC, qui…par une faveur toute gratuite, nous a prédestinés à devenir ses fils adoptifs par Jésus-Christ, pour la gloire et le triomphe de sa grâce, par laquelle il nous a rendus agréables à ses yeux en son Fils bien aimés » (Eph 1 3-6)

La grâce réalise donc les trois conditions d’une véritable adoption.

Mais cette adoption divine diffère-t-elle cependant de l’adoption humaine ? Elle en diffère sous de nombreux aspects que je voudrais rapidement évoquer pour faire ressortir la dignité de l’adoption divine.

C’est par indigence qu’un foyer procède à l’adoption. Ces parents âgés s’en vont sans enfants. Ils veulent laisser leur nom à la postérité. Ils adoptent. Ils ne le feraient pas s’ils avaient un fils pour ne pas amoindrir son patrimoine. Ce n’est pas ainsi qu’agit Dieu. C’est uniquement par amour, dans le dessein de répandre sur d’autres l’abondance de ses perfections et de ses biens que Dieu adopte des enfants. Il a un Fils égal à Lui-même, mais, poussé par sa bonté, il veut élargir le cercle de sa famille. Il veut se donner à des créatures qui n’y avaient aucun droit. « Venez vous aussi à ma vigne ».

Mais pour ce faire, Dieu devait nous élever à la condition de fils de Dieu. Il devait nous déifier au préalable en nous faisant part de sa nature par grâce. On n’adopte, de soi, qu’un être semblable à soi-même Ainsi d’entre les humains. Ainsi avec Dieu. Mais si entre les humains, il y a de soi communauté de nature, une conformité de nature, ce qui permet toute adoption – on n’envisage pas d’adopter une créature autre qu’un être humain – cette communauté de nature, entre Dieu et les hommes n’existe pas. Il faut donc la créer, car la divinité n’appartient qu’à Dieu seul Ainsi pendant que l’homme choisit à son gré parmi ses semblables celui dont il veut faire son fils adoptif et son héritier, Dieu ne peut adopter un être raisonnable qu’à la condition de le déifier au préalable en lui faisant part de sa nature. Cette adoption, cette déification n’est pas extrinsèque, mais bien intrinsèque. Elle fait de l’élu réellement un fils de Dieu. L’adoption humaine n’est qu’un acte purement extérieur, une fiction légale. Elle ne change pas la nature de l’héritier. Il ne sera jamais du sang de la famille qui l’adopte. Il n’en est pas ainsi de l’adoption divine. Le jour où nous devenons chrétien, notre initiation ne nous confère pas seulement le nom, elle ne nous agrège pas seulement à la maison, elle imprime dans notre âme un sceau de ressemblance, un caractère indélébile, elle nous communique intérieurement « l’esprit d’adoption des enfants dans lequel nous crions : Père » (Rom 8 15) Ainsi par le baptême, nous recevons au plus intime de nous-même, le sang – la nature - de celui en qui nous sommes adoptés. Par là nous entrons authentiquement dans sa race. Et parce que nous sommes de la race de Dieu, parce que notre filiation n’est pas purement nominale, fictive – comme pour l’adoption humaine – mais rigoureusement vraie et réelle, nous devenons héritiers de plein droit et à ce titre de stricte justice, héritier du Père, cohéritier du Christ. A ce titre, nous pouvons entendre réellement cette phrase de Jésus : « Venez vous aussi à ma vigne ».

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

2018 - Dimanche de la Quinquagésime

2018 - Dimanche de la Quinquagésime

Jésus-Christ, notre Sauveur Le péché originel Notre Dame     Dimanche dernier, MBCF, je vous ai rappelé l’enseignement de l’Eglise sur la personne adorable du Christ Seigneur. Je me suis posé la question, avec le prophète Siméon : Qui est donc ce Christ que tant et tant d’êtres humains, depuis des siècles, et particulièrement en...

2018 - Présentation de Notre Seigneur au Temple

2018 - Présentation de Notre Seigneur au Temple

Vous trouverez ci-dessous la prédication de l'abbé Aulagnier pour la fête de la présentation de Notre Seigneur au temple ainsi que quelques photos de la messe. {phocagallery view=category|categoryid=4|limitstart=0|limitcount=0|detail=5|displayname=0|displaydetail=0|displaydownload=0|displaybuttons=1|displaydescription=0|enableswitch=1|overlib=1|piclens=1|displayimgrating=0|pluginlink=0|type=1|imageordering=3}     Solennité de la Présentation de Jésus au Temple et purification de Notre-Dame Ma profession de foi Et le prophète Siméon prit l’enfant dans ses bras et...

2018 - Dimanche de la septuagésime

2018 - Dimanche de la septuagésime

« Allez, vous aussi à ma vigne » Cela fut dit aussi aux ouvriers de la 11ème heure. C’est dire que nul n’est exclu de cette vigne. Nul n’est exclu de cet héritage. Nul n’est exclu de ce royaume de Dieu. Autrement dit, le vouloir divin du salut éternel est universel,...

Communion reparatrice des premiers samedis du mois

Communion reparatrice des premiers samedis du mois

La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En effet, quelques jours avant, la Sainte Vierge apparut à Lucie, qui était alors novice chez les sœurs...

Fatima - Communion reparatrice des premiers samedis du mois

Fatima - Communion reparatrice des premiers samedis du mois

Communions réparatrices des premiers samedis du mois 29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13...

Homélie du 3ème Dimanche de l'Avent 2017

Homélie du 3ème Dimanche de l'Avent 2017

Saint Jean-Baptiste Nous avons dit, Dimanche dernier, que parmi toutes les figures de l’AT qui annonçaient le Messie, - comme celle du serpent d’airain, celle du bouc émissaire, - il y en avait une qui surpassait toutes les autres figures, c’était celle de l’ « Agneau pascal ». Le sang de cet...

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

La venue du Messie Son annonce dans l’Écriture Sainte   L’Avent, MBCF, est le temps de l’attente, de l’attente du Messie, de l’attente de la venue du Messie, du Fils de Dieu. Et s’il en est ainsi, c’est parce que Dieu dans sa Sagesse et sa grande Bonté – car le propre de la...

Les âmes du Purgatoire

Les âmes du Purgatoire

MARIA SIMMA, QUI EST MARIA SIMMA ? Maria Simma est une mystique autrichienne. Par un don particulier de Dieu, déjà vu dans l'histoire de l'Eglise, elle reçoit depuis 50 ans la visite d'âmes du purgatoire. Que lui disent ces âmes ? Elles donnent des avertissements, demandent des prières, et parlent de...

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

  La fête du Christ-Roi Jésus-Christ est roi, MBCF. Il est roi, non seulement du ciel mais encore de la terre. Et il lui appartient d’exercer une véritable et suprême royauté sur les sociétés humaines. Et ces sociétés humaines, elles mêmes, doivent le confesser. C’est un point incontestable de la doctrine chrétienne....

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

  Le sacerdoce   Je voudrais vous parler du prêtre en souvenir de mon ordination sacerdotal, le 17 octobre, des mains de Mgr Lefebvre. Ce qui fait le prêtre, sa joie, c’est la découverte toute particulière du mystère de Dieu. Le prêtre, plus que tout autre baptisé, contemple ce mystère. Dieu est l’objet de...

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

  En l’honneur de Saint Michel     « L’Ange se tint près de l’autel du temple, un encensoir d’or à la main » « Et tandis que l’archange Michel luttait contre le dragon, on entendit la voix de ceux qui disaient : «le  Salut est à notre Dieu ». Telles sont, MBCF, les deux premières antiennes des Premières Vêpres de...

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

Veille Actualité

Items I've saved to read