Prédication pour le 4ème dimanche après l’Epiphanie

« Adorez Dieu, vous tous ses Anges, Sion a entendu et s’est réjouie et les filles de Juda ont tressailli de joie »

 

Il me plait, MBCF, en ce quatrième dimanche après l’Epiphanie d’arrêter ma réflexion sur ce beau verset du Psaume 96 qui constitue le chant de l’Introït: « Adorez Dieu, vous tous ses Anges, Sion a entendu et s’est réjouie et les filles de Juda ont tressailli de joie ». L’adoration due à Dieu en est l’objet, sa louange, sa bénédiction.

 

Voilà exprimée, MBCF, une dimension essentielle de toute existence, une dimension essentielle de toute vie. Saint Ignace le confesse dans ses exercices spirituels : « l’homme a été créé pour louer, honorer et servir Dieu et par ce moyen, sauver son âme ». Saint Ignace établit une relation ontologique entre l’adoration et le salut, entre l’adoration et la vie éternelle. C’est en dire l’importance. La vie éternelle s’obtient par la louange pratiquée !

Prenons-y garde.

Le « monde » oublieux de Dieu, de sa grandeur et de sa majesté, ne vit plus dans la louange de Dieu. Il ne connaît plus la transcendance de Dieu. Il est « focalisé » par lui-même et son seul univers, le « moi », l’ « ego ». Le « moi » est la seule valeur qu’il recherche, qu’il aime, qui a tout son intérêt. Le « monde » moderne vit dans un « anthropocentrisme » formidable, sclérosant, réducteur, atrophiant. Et s’il utilise les concepts religieux, comme les fêtes chrétiennes, Noël etc ce n’est pas pour en vivre, ce n’est pas pour en rechercher la spiritualité, c’est pour profiter de la fête, « faire la fête », c’est dans un simple esprit « ludique », pour « s’éclater » davantage et faire à l’occasion ripaille. « C’est quoi Noël pour Darty »? Voilà ce que vous entendiez à longueur de publicité dans les radios…ces derniers temps. On entendait la réponse (avec une grande tristesse) :  « C’est ceci, c’est cela…Des choses matérielles ». L’homme est tourné vers lui-même, oublieux de Dieu. Il cultive à toute occasion, non le culte de Dieu mais le culte de l’homme… Ne subissons pas ce courant, réagissons fortement car ce courant « égocentrique » ne peut avoir que de graves conséquences, la perte de la vraie liberté, car faire « ripaille » ne peut développer que la « concupiscence de la chair », et à terme, la mort, la mort de l’âme. Comme le dit saint Paul, « le salaire du péché, c’est la mort ». « Stipendia peccati mors ». Non ! Développons, au contraire, dans nos âmes la résolution ferme, décidée, réfléchie de la louange divine et de son honneur, de son adoration.

Et profitons de nos dimanches pour vivifier notre louange.

Nous nous souvenons de notre « gloria in excelsis Deo ».

C’est à bon droit que ce chant est chanté chaque dimanche sur cet autel qui symbolise le Christ et sa gloire, chose qui mérite notre vénération, nos encensements, nos fleurs. Cet encensement m’aide à louer Notre Seigneur, Son autel, sa Croix. Ces gestes ont une finalité. Ils ne peuvent être faits n’importe comment. Ils ont une raison. Je n’encense pas l’air et le néant ou n’importe quoi ! Non ! Cet encensement « finalisé », par cet encens aussi odorant, aide, soutient ma louange, mon adoration…Mon encensement a un sens. Tous mes encensement sont autant d’actes d’amour à Jésus Christ, sont autant d’actes de foi en l’unique Fils de Dieu, engendré de toute éternité, consubstantiel au Père, son égal en toutes choses et son semblable en toute manière, étant l’éclat de sa lumière, « la splendeur de sa gloire », comme le dit saint Paul aux Hébreux (Hb 1 3), ou encore le « caractère de sa substance », l’image de sa bonté, partant « vie de vie, lumière de lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu », comme nous le fait dire le Symbole de Nicée. Par mes encensements, mes génuflexions, mes inclinations que le rituel m’impose, je confesse que Jésus est le principe et la fin de tout et, comme le confesse saint Jean, qu’Il a fait le monde et qu’en conséquence, Il est le maître souverain de tout. Et c’est bien à ce titre qu’Il doit être loué, honoré, qu’il doit être « cultivé », comme un paysan cultive son champ, avec méthode. C’est la raison de la liturgie. La liturgie a pour finalité : le culte de Dieu. Elle rend honneur à Dieu, elle le loue, elle l’adore. Et elle obtient ce but par le concours d’un ensemble de choses, du prêtre par son observance des rites prévus par l’Eglise depuis des siècles, des enfants de chœur, de la chorale polyphonique, grégorienne, de l’assistance des fidèles par leur piété.. La liturgie est comme une  pièce de musique, une symphonie, « une symphonie de Beethoven ». Un choral de Bach a son rythme, son « timpo », ses notes, ses nuances…Si quelque chose manque, si un « dies » d’un « pupitre » manque, si un accord n’est pas franc…etc… tout manque, le « choral » est raté et n’entrainera pas l’admiration et les applaudissements de la foule. La liturgie, c’est la même chose…Aussi je remercie tous les « opérateurs du culte »,  de l’application qu’ils mettent à bien faire leurs fonctions liturgiques. J’aime voir les enfants tenir bien comme il faut leurs mains jointes, de bien se saluer entre eux, de bien saluer le prêtre, qui, là, n’est pas l’homme, mais Jésus Christ…qui mérite leur adoration.

La raison de la louange, de l’adoration dans les fonctions liturgiques est l’excellence de Dieu. A Lui est due une adoration spéciale parce que Dieu  - qui est l’objet du culte de l’Eglise- jouit d’une excellence spéciale « en tant qu’Il dépasse à l’Infini toutes choses et tous biens et dans tous les ordres ».

Si c’est l’excellence de Dieu qui est raison de mon culte dominical et de mon application, vous comprenez combien il est important de cultiver en nous l’excellence de Dieu. C’est dans la mesure où nous saurons apprécier l’excellence divine tout au long de notre vie que nous resterons fidèles à Dieu et à la nécessité de la beauté de son culte…bien fait. Il est « la pierre précieuse » dont parle l’Evangile. Il est « le trésor caché » dans le champ qui mérite la vente de tout pour l’acheter….Il est l’excellence même. Il est le principe, l’Alpha et l’Oméga, le Principe et la fin. Il est la lumière du monde.

Et notez bien que si cette louange que nous donnons à Dieu, n’ajoute rien à la gloire de Dieu - Dieu est à Lui-même sa propre gloire et n’a pas besoin ni pour être ni pour être glorieux de notre propre louange -, elle contribue, par contre, à notre propre perfection. Saint Thomas l’explique très bien : « Si nous rendons à Dieu hommage et honneur, ce n’est point pour Lui qui est en Lui-même plein de gloire et à qui nous ne pouvons rien ajouter, mais pour nous : en ce sens que du fait que nous révérons Dieu et que nous l’honorons, notre esprit se soumet à Lui ; et c’est en cela que consiste la perfection de (notre) esprit, car tout être est rendu parfait par cela même qu’il se soumet à son supérieur ; comme le corps du fait qu’il est vivifié par l’âme ; et l’air du fait qu’il est illuminé par le soleil ». (II II 81)

Quel principe merveilleux ! Quel principe tout à fait opposé au temps présent. Mais pour nous, catholiques, il ne faut pas craindre de vivre à contre temps du temps. Si nous ne le faisions pas, c’est alors que nous pourrions nous poser la question : sommes-nous dans le vrai, dans la vérité de la foi ? Est-ce que je vis en toute fidélité à la foi ? Vous tous qui m’écoutez,  retenez ce principe thomiste : la perfection de l’être humain consiste à se soumettre à Dieu, (à son supérieur, à ses parents). Or la louange due  à Dieu est cet acte qui me permet précisément de me soumettre à Dieu. En conséquence la louange  et tous ses actes, comme l’offrande du sacrifice par lesquels nos esprits se soumettent à Dieu, participent nécessairement à notre perfection, à notre sainteté. Qui cherche la perfection qui consiste en une claire soumission de l’intelligence à Dieu, doit développer en son cœur le culte divin. Autrement dit, aucune perfection n’est possible sans la pratique du culte, sans la piété filiale, sans l’obéissance, sans la louange. C’est pourquoi nous pouvons dire que le Christ qui s’est soumis à la volonté de son Père est le modèle par excellence de toute perfection.

Il est impossible d’éduquer une génération en dehors de la louange qui s’exprime aussi dans  le sacrifice de la messe et donc dans la soumission à Dieu. La perfection ne se trouve que dans la pratique de la louange. Ce n’est pas d’abord pour faire plaisir aux parents qu’on vient à la messe. Mais c’est pour louer le Christ Seigneur connaissant son excellence et son amour « fou »  pour nous  et que l’on est   en « quête » de perfection. Cette perfection se trouve dans la louange, dans la louange du sacrifice de la messe. Et donc la messe est au cœur de la civilisation et de sa perfection.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

La venue du Messie Son annonce dans l’Écriture Sainte   L’Avent, MBCF, est le temps de l’attente, de l’attente du Messie, de l’attente de la venue du Messie, du Fils de Dieu. Et s’il en est ainsi, c’est parce que Dieu dans sa Sagesse et sa grande Bonté – car le propre de la...

Les âmes du Purgatoire

Les âmes du Purgatoire

MARIA SIMMA, QUI EST MARIA SIMMA ? Maria Simma est une mystique autrichienne. Par un don particulier de Dieu, déjà vu dans l'histoire de l'Eglise, elle reçoit depuis 50 ans la visite d'âmes du purgatoire. Que lui disent ces âmes ? Elles donnent des avertissements, demandent des prières, et parlent de...

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

  La fête du Christ-Roi Jésus-Christ est roi, MBCF. Il est roi, non seulement du ciel mais encore de la terre. Et il lui appartient d’exercer une véritable et suprême royauté sur les sociétés humaines. Et ces sociétés humaines, elles mêmes, doivent le confesser. C’est un point incontestable de la doctrine chrétienne....

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

  Le sacerdoce   Je voudrais vous parler du prêtre en souvenir de mon ordination sacerdotal, le 17 octobre, des mains de Mgr Lefebvre. Ce qui fait le prêtre, sa joie, c’est la découverte toute particulière du mystère de Dieu. Le prêtre, plus que tout autre baptisé, contemple ce mystère. Dieu est l’objet de...

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

  En l’honneur de Saint Michel     « L’Ange se tint près de l’autel du temple, un encensoir d’or à la main » « Et tandis que l’archange Michel luttait contre le dragon, on entendit la voix de ceux qui disaient : «le  Salut est à notre Dieu ». Telles sont, MBCF, les deux premières antiennes des Premières Vêpres de...

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

L'heure de Jésus

L'heure de Jésus

Nous approchons du temps liturgique que l’Eglise appelle : « le temps de la Passion ». La liturgie va nous faire méditer la Passion de Notre Seigneur. Permettez-moi ces quelques considérations sur ce que Notre Seigneur appelait lui-même: « son heure ». C’était l’heure par excellence ; elle avait été infailliblement déterminée de toute éternité par la Divine...

Jeudi saint 2017

Jeudi saint 2017

« Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang » Nous commémorons ce soir, MBCF, l’institution, par Notre Seigneur Jésus, au Cénacle, le Jeudi Saint, du sacrement de l’Eucharistie et du Sacerdoce par ces paroles : « Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang ». « Faites ceci en mémoire de moi ». Jésus avait déjà annoncé ce...

Ier dimanche de la Passion 2017

Ier dimanche de la Passion 2017

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». « Si quis sermonem meum servaverit, mortem non videbit in aeternum » MBCF, Il n’y a peut-être pas de phrase plus forte, plus importante pour notre âme que cette phrase de NSJC : « Si quelqu’un garde ma...

4ème dimanche de Carême 2017

4ème dimanche de Carême 2017

  Poursuivons, MBCF, notre méditation dominicale sur le salut. C’est le thème de notre prédication de Carême. Nous savons que le salut, c’est le Christ. Nous savons aussi que l’objet de salut, c’est notre délivrance du péché originel et l’accès à la vie éternelle. Nous savons également que ce salut s’obtient par l’observance des...

3ème dimanche de Carême 2017

3ème dimanche de Carême 2017

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent MBCF, En ce Carême 2017, de dimanche en dimanche, nous essayons de scruter, du regard de la foi, le plan divin, son plan de salut. Nous savons que ce plan salvifique se concentre essentiellement en son Fils unique, NSJC. Il est...

2ème dimanche de carême 2017

2ème dimanche de carême 2017

Que faire pour obtenir le salut, la vie éternelle ? MBCF, Dimanche dernier, partant de l’acclamation qui ouvre le temps de Carême « Voici maintenant le jour du salut », nous avons médité sur ce salut. Nous nous sommes posés plusieurs questions Quel est ce salut ? En quoi consiste-t-il ? Quel est-il ? Quel son objet ? Qui est-il ? Quel est celui...

Veille de l'actualité