Prédication pour le 5ème dimanche après l'Epiphanie

 

Prédication 5ème dimanche après l’Epiphanie

 

A Saint Clair sur Epte

 

Le 5 février

 

 

 

 

Pour ce sermon, je voudrais m’inspirer d’un événement de la vie de saint Clair :

 

Du miracle qui, trois ans après sa mort, se déroula à la fontaine près de l’ermitage du saint. Un homme aveugle de naissance, faisant sa prière sur le tombeau du Saint, vint à s'endormir et fut averti en songe par un ange de prendre de l'eau à la fontaine et de s'en frotter les yeux. Il le fit, aussitôt éveillé et, à l’instant même, il retrouva la vue.

 

C’est cet événement qui inspirera mon homélie.

 

Sur le thème de la vue : « Seigneur faites que je vois » ;

 

Notre Evangile est rempli de miracles où le Seigneur redonne la vue. Rappelons-un de ces récits évangéliques et surtout cherchons en la finalité, la raison. C’est surtout à cette question que je voudrais répondre.

 

Voyons le récit de  saint Jean au chapitre 9.

 

Pour vous permettre de suivre plus facilement ma pensée, je me permettrai de partir du texte où  Saint Jean Baptiste, le précurseur, manifeste sa perplexité  au sujet de Jésus : « est-il le Messie, celui qui doit venir » ? « Es-tu celui qui dois venir ou devons en attendre un autre ». Souvenez-vous du récit de saint Luc : « Les disciples de Jean lui ayant rapporté toutes ces choses (les nombreux miracles de Jésus, il venait de guérir le fils du Centurion, de ressusciter le fils de la veuve à la porte de Naïm…Tous ces miracles interpellaient les disciples de Jean – «Jean baptiste appela deux de ses disciple et les envoya vers Jésus pour lui dire : « Etes-vous celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? ». Etant donc venus à Jésus) ils lui dirent: « Jean-Baptiste nous a envoyés vers vous pour vous demander : Etes-vous celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » — A ce moment même, Jésus guérit un grand nombre de personnes affligées par la maladie, les infirmités, ou les esprits malins, et accorda la vue à plusieurs aveugles. — Puis il répondit aux envoyés : « Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés. Heureux celui qui ne se scandalise pas en moi ! » (Lc 7 20-23). Les disciples virent…. « Ils allèrent rapporter à Jean Baptiste ce qu’ils avaient vu » et  saint Jean conclut, sans hésitation, à la messianité du Seigneur, à sa divinité : « Et moi, j’ai rendu témoignage que celui-là – qui fait tant de miracles - est le Fils de Dieu ». « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui ôte le péché du monde. C’est de Lui que j’ai dit : un homme vient après moi, qui est passé devant moi, parce qu’il était avant moi » (Jn 129). Quel mystère !

 

« Il accorda la vue à plusieurs aveugles ».

 

Retenons notre attention sur la guérison d’un aveugle de naissance. Celui que nous raconte saint Jean en son Chapitre 9.

 

Voici un très beau récit. Il est magnifique. Parfaitement mené. Le miracle ne peut être contesté. Les témoins en sont nombreux et bien divers, d’abord les disciples de Jésus eux-mêmes, les parents de l’aveugle, les pharisiens. Ce récit nous permet de voir la malhonnêteté intellectuelle des Juifs, des Pharisiens,  leur volonté obstinée de ne pas croire malgré l’évidence des faits incontestables. Saint Thomas à juste titre  parlera d’une volonté « affectata », malhonnête, obstinée. Vous remarquerez également « l’astuce » de l’aveugle guéri, son humour devant cette opposition des Pharisiens. Ils  refusent de croire parce que ce miracle a été accompli par Jésus le jour du sabbat. Toute leur vie, ils ont eu un œil sur Jésus, sur ses actes et un œil sur la Loi. On avait même l’impression que Jésus faisait exprès de guérir le jour du Sabbat. N’était-il pas le Maître du sabbat ? Comment pouvait-il, être de Dieu celui qui n’observe pas la Loi du Sabbat, la Loi de Moïse. Les faits sont là pourtant, le miracle a lieu…Ils le refusent. Ecoutez ce merveilleux récit qui chaque fois que je le lis m’enchante. C’est le chapitre 9 : « Jésus vit, en passant, un aveugle de naissance. Maître, lui demandèrent ses disciples, est-ce que cet homme a péché, ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle ? « Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents n'ont péché, mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. (En ce miracle de l’aveugle,  la messianité en effet du Fils de Dieu va éclater….) « Il faut, tandis qu'il est jour, que je fasse les œuvres de celui qui m'a envoyé…Ayant ainsi parlé, il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive, puis il l'étendit sur les yeux de l'aveugle, et lui dit : « Va, lave-toi dans la piscine de Siloé (mot qui se traduit : Envoyé). «  Il partit, se lava, et s'en retourna voyant clair. (et venit videns)

« Les voisins, et ceux qui l'avaient vu auparavant demander l'aumône, - (voici les premiers témoins)-  disaient : « N'est-ce pas là celui qui était assis et mendiait ? » 
Les uns répondaient : « C'est lui » ; d'autres : « Non, mais il lui ressemble ». « Mais lui disait : « C'est moi ». Ce dialogue est la preuve de la réalité du miracle ; il était aveugle, maintenant il voit. Est-ce possible que cela soit le même que l’on voyez faire l’aumône ? 
« Ils lui dirent donc : « Comment tes yeux ont-ils été ouverts ? » (Nouvelle affirmation de la réalité du miracle…)
Il répondit : " Un homme, celui qu'on appelle Jésus, a fait de la boue, il l'a étendue sur mes yeux, et m'a dit : Va à la piscine de Siloé et lave-toi. J'y ai été, et, m'étant lavé, j'ai recouvré la vue. — (et abii et lavi et video) (l’aveugle guéri explique le mode de la guérison et nomme l’auteur du guérisseur ; c’est un homme qui s’appelle Jésus. (ille homo qui dicitur  Jésus) (Voilà que les choses se précisent…)
Où est cet homme ? " lui dirent-ils. Il répondit : " Je ne sais pas. »

 

Alors interviennent les Pharisiens : « Ils menèrent aux Pharisiens celui qui avait été aveugle. « Adducunt eum ad phariaeos qui caecus fuerat…)
« Or, c'était un jour de sabbat que Jésus avait ainsi fait de la boue et ouvert les yeux de l'aveugle. (Quel scandale. Cet homme, ce Jésus ne respecte pas le sabbat, comment peut-il être de Dieu. C’est un pécheur…)
(Les Pharisiens veulent à leur tout s’informer. Ils s’informent d’abord directement auprès de l’aveugle. L’aveugle leur répète la vérité, ce qui s’est passé. De ce fait, de ce miracle, il en est le meilleur témoin, il ne peut le nier : « video »: « A leur tour, les Pharisiens lui demandèrent comment il avait recouvré la vue, (quomodo vidisset) (et le miraculé recommence son récit: et il leur dit : « Il m'a mis sur les yeux de la boue, je me suis lavé, et je vois. »
La discussion alors s’établit, tendue, discordante : « Sur cela, quelques-uns des Pharisiens disaient : « Cet homme n'est pas envoyé de Dieu, puisqu'il n'observe pas le sabbat. » D'autres disaient : « Comment un pécheur peut-il faire de tels prodiges ? « Et la division était entre eux ». (Et schisma erat inter eos)

 

C’est le trouble (schisma) qui s’établit : « Ils dirent donc de nouveau à l'aveugle : " Et toi, que dis-tu de lui, de ce qu'il t'a ouvert les yeux ? » (C’est un  nouveau témoignage) Il répondit : « C'est un prophète »

 

(Ils ne contestent plus le fait du miracle…) « C’est un prophète », dit l’aveugle : Malheur ! C’était le mot à ne pas prononcer…Comment un prophète !  Celui qui n’applique pas la loi de Moïse…Le Christ était déjà exclu par le sanhédrin du Temple. Il ne pouvait plus y entrer…Qui le fréquentait était lui-même exclu de la communauté…
Les Juifs firent venir les parents. Il était impossible qu’il fut un aveugle…La mauvaise volonté apparait : « Les Juifs ne voulurent donc pas croire que cet homme eut été aveugle et qu'il eût recouvré la vue, jusqu'à ce qu'ils eussent fait venir les parents de celui qui avait recouvré la vue.
Ils leur demandèrent : « Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ? »
Ses parents répondirent : « Nous savons que c'est bien là notre fils, et qu'il est né aveugle ; ( nouveau témoigne de la réalité du fait) mais comment il voit maintenant, nous l'ignorons, et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas. Interrogez-le lui-même ; il a l'âge, lui-même parlera de ce qui le concerne. »
« Ses parents parlèrent ainsi, parce qu'ils craignaient les Juifs. Car déjà les Juifs étaient convenus que quiconque reconnaîtrait Jésus pour le Christ serait exclu de la synagogue. C'est pourquoi ses parents dirent : « Il a l'âge, interrogez-le. »

 

Les parents confessent que c’est bien leur fils, qu’il était aveugle et que maintenant il voit. Ils sont les troisièmes témoins de la véracité du miracle. Comment voit-il ? Interrogez le, il a l’âge : « aetaem habet ».

 

L’attitude des Juifs confirme de nouveau la réalité du miracle : l’aveugle voit. « Videt ». Mais ils vont recevoir une leçon de sagesse de l’aveugle. Cette leçon va les mettre en furie et Ils vont l’expulser. Ecoutez :
« Les Pharisiens firent venir une seconde fois l'homme qui avait été aveugle, et lui dirent : « Rends gloire à Dieu. Nous savons que cet homme est un pécheur. »
Celui-ci répondit : « S'il est un pécheur, je l'ignore ; je sais seulement que j'étais aveugle, et qu'à présent je vois. » (quia caecus essem, modo video)
Ils lui dirent : « Qu'est-ce qu'il t'a fait ? Comment t'a-t-il ouvert les yeux ? » (ils reconnaissent le fait…)
Il leur répondit : « Je vous l'ai déjà dit et vous ne l'avez pas écouté : pourquoi voulez-vous l'entendre encore ? Est-ce que, vous aussi, vous voulez devenir ses disciples ? »

 

L’aveugle devient cinglant, piquant. Il les touche dans ce qu’ils ont de plus certain : la haine de celui qui, s’il gagne, risque de prendre leur pouvoir, de les réduire à rien... la remarque a porté : « Ils le chargèrent alors d'injures, et dirent : « C'est toi qui es son disciple ; pour nous, nous sommes disciples de Moïse. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais celui-ci, nous ne savons d'où il est. » (hunc autem nescimus unde sit)
C’est là surtout que je veux en venir…De la vue  retrouvée, l’aveugle commence à s’élever vers le mystère de Jésus, de cet homme qui lui a ouvert les yeux. L’homme leur répondit : « Il est étonnant que vous ne sachiez pas d'où il est, et cependant il m'a ouvert les yeux. Nous savons que Dieu n'exauce point les pécheurs ; mais si quelqu'un l'honore et fait sa volonté, c'est celui-là qu'il exauce. Jamais on n'a entendu dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle-né. Si cet homme n'était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. »

 

Merveilleuse réponse…réponse apologétique, réponse théologique. Réponse que vous devez faire vous-même…Continuerez-vous à être des chrétiens « en peau de lapin », hésitant, incertain. « Est-il celui qui doit venir ou doit-on en attendre un autre ». Les disciples de Saint Jean Baptiste ont vu…Vous avez vu ; saint Jean a vu, il a cru : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui enlève les péchés du monde ». Le croyez-vous ? Le vivez-vous ? Confessez-vous ?
Les Juifs, eux,  s’enferment dans leur refus, malgré l’évidence du fait, refus qui les conduira à demander à Pilate la mort de ce Jésus. « Ils lui répondirent : « Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous fais la leçon ? » Et ils le chassèrent. (C’est plus simple. Ils sont exaspérés…

 

Quel merveilleux dialogue. Quel merveilleux récit !

« Jésus apprit qu'ils l'avaient ainsi chassé, et l'ayant rencontré, il lui dit : « Crois-tu au Fils de l'homme ? » (Croyez-vous au Fils de l’homme). Il répondit : " Qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui ?  « Jésus lui dit : " Tu l'as vu ; et celui qui te parle, c'est lui-même. " — (Et vidisti eum, et qui loquitur tecum, ipse est ». « Tu l’a vu » « Vidisti eum ».  Voyez donc ce miracle et croyez en Celui qui la fait.
« Je crois, Seigneur " dit-il ; et se jetant à ses pieds, il l'adora ». « Credo Domine et Procidens adoravit eum ».

 

Et vous aussi : voyez, croyez adorez.

 

Alors Jésus dit : « Je suis venu dans ce monde pour un jugement, afin que ceux qui ne voient pas, voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. ». Nous étions aveugles, dans les ténèbres. Mais,  ayant vu le miracle par les yeux de saint Jean, nous croyons. Mais, sous un autre rapport : « bienheureux ceux qui croient sans avoir vu… »
Quelques Pharisiens qui étaient avec lui, lui dirent : " Sommes-nous, nous aussi des aveugles ? « Jésus leur répondit : « Si vous étiez des aveugles, vous n'auriez point de péché ; mais maintenant vous dites : Nous voyons ; votre péché demeure. »

 

Ils voient, mais ils ne veulent pas croire, leur péché demeure !

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

L'heure de Jésus

L'heure de Jésus

Nous approchons du temps liturgique que l’Eglise appelle : « le temps de la Passion ». La liturgie va nous faire méditer la Passion de Notre Seigneur. Permettez-moi ces quelques considérations sur ce que Notre Seigneur appelait lui-même: « son heure ». C’était l’heure par excellence ; elle avait été infailliblement déterminée de toute éternité par la Divine...

Jeudi saint 2017

Jeudi saint 2017

« Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang » Nous commémorons ce soir, MBCF, l’institution, par Notre Seigneur Jésus, au Cénacle, le Jeudi Saint, du sacrement de l’Eucharistie et du Sacerdoce par ces paroles : « Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang ». « Faites ceci en mémoire de moi ». Jésus avait déjà annoncé ce...

Ier dimanche de la Passion 2017

Ier dimanche de la Passion 2017

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». « Si quis sermonem meum servaverit, mortem non videbit in aeternum » MBCF, Il n’y a peut-être pas de phrase plus forte, plus importante pour notre âme que cette phrase de NSJC : « Si quelqu’un garde ma...

4ème dimanche de Carême 2017

4ème dimanche de Carême 2017

  Poursuivons, MBCF, notre méditation dominicale sur le salut. C’est le thème de notre prédication de Carême. Nous savons que le salut, c’est le Christ. Nous savons aussi que l’objet de salut, c’est notre délivrance du péché originel et l’accès à la vie éternelle. Nous savons également que ce salut s’obtient par l’observance des...

3ème dimanche de Carême 2017

3ème dimanche de Carême 2017

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent MBCF, En ce Carême 2017, de dimanche en dimanche, nous essayons de scruter, du regard de la foi, le plan divin, son plan de salut. Nous savons que ce plan salvifique se concentre essentiellement en son Fils unique, NSJC. Il est...

2ème dimanche de carême 2017

2ème dimanche de carême 2017

Que faire pour obtenir le salut, la vie éternelle ? MBCF, Dimanche dernier, partant de l’acclamation qui ouvre le temps de Carême « Voici maintenant le jour du salut », nous avons médité sur ce salut. Nous nous sommes posés plusieurs questions Quel est ce salut ? En quoi consiste-t-il ? Quel est-il ? Quel son objet ? Qui est-il ? Quel est celui...

Carême

Carême

C’est aujourd’hui que le Carême apparaît dans toute sa solennité. Pour vous encourager à vous lancer généreusement dans ce saint temps liturgique, je me permets de vous adresser quelques paroles de saint Léon le Grand : « Très chers fils, ayant à vous annoncer le jeûne sacré et solennel du Carême,...

Dimanche de la Quinquagésime 2017

Dimanche de la Quinquagésime 2017

En ce dimanche de la Quinquagésime, l’Eglise nous fait lire le texte où Jésus annonce à ses disciples, à l’écart, sa Passion prochaine : « Ensuite Jésus prit à part les Douze, et leur dit : " Voici que nous montons à Jérusalem, et que va s'accomplir tout ce que les prophètes...

Prédication pour le dimanche de la Sexagésime 2017

Prédication pour le dimanche de la Sexagésime 2017

La sainte Église nous présente dans l’office de ce dimanche l’histoire de Noé. Elle va même nous en parlé toute la semaine. Et toutes les lectures de ce dimanche de la Sexagésime,  va illustrer cette histoire. Dieu voyant que la malice des hommes était grande sur la terre, dit à Noë :...

Prédication pour le 5ème dimanche après l'Epiphanie

Prédication pour le 5ème dimanche après l'Epiphanie

  Prédication 5ème dimanche après l’Epiphanie   A Saint Clair sur Epte   Le 5 février         Pour ce sermon, je voudrais m’inspirer d’un événement de la vie de saint Clair :   Du miracle qui, trois ans après sa mort, se déroula à la fontaine près de l’ermitage du saint. Un homme aveugle de naissance, faisant sa prière...

Le sanctuaire familial

Le sanctuaire familial

Nous avons fêté en ce mois de janvier et la fête de la sainte Famille – le Ier janvier et la fête de l’institution de la famille avec le mystère de Cana où Jésus, avec ses disciples fut invité. Sa Mère était aussi présente. Il m’est difficile alors de ne...

Veille de l'actualité