Dimanche de la Quinquagésime 2017

En ce dimanche de la Quinquagésime, l’Eglise nous fait lire le texte où Jésus annonce à ses disciples, à l’écart, sa Passion prochaine : « Ensuite Jésus prit à part les Douze, et leur dit : " Voici que nous montons à Jérusalem, et que va s'accomplir tout ce que les prophètes ont écrit du Fils de l'homme. Il sera livré aux Gentils, et moqué, et injurié, et couvert de crachats ; et après l'avoir flagellé, on le mettra à mort et il ressuscitera le troisième jour. " Mais ils ne comprirent rien à cela ; c'était pour eux un langage caché, dont ils ne saisissaient pas le sens ». (Lc 18 31-34). Ils attendaient encore un Messie de Gloire qui délivrerait la Nation occupée…
Commentons cette Passion du Christ annoncée en utilisant le commentaire que j’ai fait sur l’Hymne des Vêpres de la fête des 7 douleurs de Notre Dame : «  Iam toto subitus vesper est polo », « Que l’étoile du soir disparaisse entièrement du ciel…. »

Mon travail, qui me passionne, approche de la fin…et si vous le permettez, j’aimerai vous le faire goûter… un peu. Je vous assure que mes journées se passent dans une vraie contemplation : Cette hymne est  une merveilleuse contemplation de la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ, de ses souffrances et de celles qu’a connues sa Mère, fidèle, immobile, au pied de la Croix. Voyez !

Ière strophe.

Iam toto subitus vesper est polo, Et sol attonitum praecipitet diem, Dum saevae recolo ludibrium necis, Divinamque catastrophem,

« Que l’étoile du soir disparaisse entièrement du ciel, que le soleil entraine avec lui le jour foudroyé, tandis que je célèbre la dérision de l’horrible meurtre et l’écroulement d’un Dieu »

Il y a dans cette strophe un ordre de l’auteur : « Que disparaisse l’étoile du soir…que le soleil entraine avec lui le jour foudroyé ». Ce sont des ordres solennels aux astres célestes, des commandements étonnants. Mais qu’elle en est la raison ? C’est qu’e l’auteur va contempler le déroulement de la Rédemption aux événements très cruels, cruautés qui ont de quoi choquer, même les puissances célestes, ne sont-elles pas elles-aussi, créatures de Dieu. Cette injonction à l’adresse des  puissances célestes : « Que l’étoile du soir disparaisse entièrement du ciel, que le soleil entraine avec lui le jour foudroyé » exprime l’émotion de l’âme pieuse de notre auteur devant la Croix. Ces créatures de Dieu, qui sont la manifestation de  sa toute-puissance, ne peuvent voir cette scène terrible : d’un Dieu terrassé, humilié. Elles doivent s’éloigner comme on éloigne un enfant d’un spectacle horrible…Et  cette remarque s’inspire, du reste, du récit évangélique lui-même. Il y eut précisément un obscurcissement du ciel au moment de la crucifixion du Dieu de Majesté, comme si le soleil s’était retiré ne pouvant souffrir un tel spectacle. Les trois synoptiques sont formels. Saint Luc, comme les deux autres, note bien : « Il était environ la sixième heure, quand des ténèbres couvrirent toute la terre jusqu’à la neuvième heure. Le soleil s’obscurcit…» (Lc 23 44 45)

Cette remarque de l’Evangéliste n’aurait-elle pas influencé notre auteur ? C’est plus que probable !

Le texte latin fait parfaitement ressortir ce sentiment d’horreur que veut exprimer l’auteur de cette hymne : « que le soleil entraine avec lui le jour foudroyé », « Sol attonitum  praecipet diem ». « Attonitus » est un adjectif  très fort ; il veut dire frappé de stupeur, stupéfait, confondu. C’est l’accusatif, il s’accorde avec « diem ». Ce jour est frappé d’étonnement devant le spectacle de la Croix. Que le soleil et donc la clarté du jour,  se retirent  pour ne pas voir ce spectacle affreux, d’un Dieu humilié, « écroulé »!

Et la description de la Rédemption est exprimée en terme très fort : « tandis que je célèbre la dérision de l’horrible meurtre et l’écroulement d’un Dieu »

Cette Rédemption ne fut rien d’autre qu’une mort. L’auteur utilise le mot « nex, necis » et non pas simplement «  mors », car elle fut « horrible », mieux « féroce, cruel ». C’est le sens du mot latin « saevus ». Un autre qualificatif est donné à cette Passion du Christ. Elle fut « ludibrius ».Elle  fut une vraie « dérision ». « Ludibrius », en latin, veut dire « risée, le jouet, objet de risée. » Ce mot vient de « ludus » qui veut dire : « jeu, amusement, divertissement ». Mais ne fut-ce pas le comportement d’Hérode face au Christ ; ne se moqua-t-il pas de Lui ?  C’est expressément dit dans saint Luc : « Hérode eut une grand joie de voir Jésus …mais avec ses gardes, il le traita avec mépris ; après s’être moqué de lui, et l’avoir revêtu d’une robe éclatante, il le renvoya à Pilate » (Lc 23 8 11). Saint Luc utilise le même verbe : « il-ludere ». Voyez comme l’auteur de cette hymne a médité les Ecritures. Cette mort ne fut rien moins que l’ « écroulement d’un Dieu » « catastrophem divinum ». Ce qui justifie  parfaitement le premier verset de cette strophe : « Que l’étoile du soir disparaisse entièrement du ciel, que le soleil entraîne avec lui le jour foudroyé ». Ce spectacle est intolérable à voir. L’auteur a du cœur.

Il va, du reste, contempler maintenant : la Mère et l’Enfant, en cette Rédemption.

 

2ème strophe

Spectatrix aderas supplicio, Parens, Malis uda, gerens cor adamantinum ; Natus funerea pendulus in Cruce Altos dum gemitus dabat.

« Vous étiez là, ô Mère, assistant au supplice, submergé par le malheur en gardant un cœur inébranlable, tandis que votre enfant, pendu à la Croix meurtrière, poussait de grands cris »

C’est tout simplement sublime !

La strophe commence par le mot « spectator ». Il est mis en premier, au début de la phrase. Elle est comme seule. Elle est spectatrice, observatrice de ce  supplice. Elle est là. « aderas » qui vient de « ad esse », elle est là « spectatrice ». Elle est présente. C’est le sens du verbe « adesse ». Elle n’a nullement fui, comme les disciples. Elle est auprès de son Fils. Elle est Mère, « Parens », une Mère fidèle, toute absorbée dans la contemplation de la scène violente de la Passion de son Fils.

L’auteur va la décrire dans son « malheur ». Il la voit comme « Malis uda », On traduit ici « submergée par le malheur » Le latin est bien plus expressif. Il la voit « mouillée, trempée, baignée » de larmes par ce mal qui touche son Fils, mais loin d’être effondrée. Elle est : « gerens cor adamantinum ». « Elle garde un  cœur fort ». « Adamantinus » veut dire « dur comme le fer, qu’on ne peut briser ». Ce verset fait écho à notre « Stabat Mater dolorosa ». Et le verbe « stare » exprime précisément une attitude ferme, un peu comme le soldat au garde à vous.

«Elle est ferme », alors que son Fils,  - « c’est le sens du mot « Natus » - est « funerea pendulus in Cruce », « est pendu à la Croix cruelle », « funerea ». Là aussi, notre auteur attribue des sentiments à  la Croix : elle est un instrument « cruel ». Il est non seulement pendu à la croix cruelle, mais il pousse des grands cris. « Altos dum gemitus dabat ». « Altus »  veut dire «  haut, élevé ». C’est bien faire, là aussi, écho à l’Evangile qui retient le cri ultime du Christ en Croix « magna voce »: « Le soleil s’obscurcit…Et Jésus s’écria d’une voix forte : Père je remets mon esprit entre vos mains » (Lc 23 47) ; « E clamans voce magna, Jesus ait : in manus tua commendo spiritum meum ».

Cette attitude de fermeté dans la douleur est d’autant plus  admirable que l’objet de sa douleur, Son Fils, « Natus », loin d’être absent de son regard, est là, devant elle, sous ses yeux, « ante oculos »  suspendu sur la Croix  souffrant de combien de douleurs ! Elle est spectatrice !

Ces douleurs feront l’objet de la troisième strophe.

3ème strophe

Pendens ante oculos natus, atrocibus Sectus verberibus, Natus hiantibus Fossus vulneribus, quot penetrantibus Te confixit aculeis !

« Votre Fils suspendu devant vous, déchiré par des coups cruels, votre Fils percé de plaies béantes, ô de quels traits acérés vous a-t-il transpercé ».

« Il est déchiré par des coups cruels », « atrocibus sectus verberibus ». « Atrocibus » de « atrox –ocis » qui veut dire : « atroce, cruel, terrible, dur ». Et de fait, les coups que reçut Notre Seigneur dans  sa Passion, et particulièrement dans sa flagellation et sa crucifixion, méritent bien ce qualificatif : d’atroces, de cruels…

Et l’auteur revient sur la qualité de la victime, sous ses yeux : c’est son Fils, « natus » - ce n’est pas un quidam,- c’est son Fils qui « est percés de plaies béantes » « hiantibus fossus vulneribus », « percé de plaies grandes ouvertes ».

« Fossus » est le participe passé de « fodere » qui décrit bien l’atrocité des plaies.  Il veut dire : « creuser au-dedans, percer, piquer, déchirer ». Ainsi de Notre Seigneur en sa Passion ! La flagellation a déchiré tout son corps, les épines du couronnement  ont  pénétré douloureusement le cuir chevelu. Ne parlons pas des plaies de ses mains,  de ses pieds : les clous ont creusés profondément tous ses membres.

On comprend qu’un tel spectacle puisse déchirer le cœur d’une mère par leur atrocité. C’est ce que médite maintenant notre auteur : « ô de quel traits acérés vous a-t-il transpercée » ; « Quot penetrantibus Te confixit aculeis ». « Aculeus » c’est « l’aiguillon », c’est « la pointe » qui ne reste pas seulement à la surface, mais qui pénètre  profondément. « Confixit » de « configere » qui veut dire « percer, clouer ». Et l’auteur précise même – pour que l’on ne se fasse pas d’illusion- que ces aiguillions ont profondément pénétrés dans la victime.

Mais quelle est, cette fois, la victime, c’est  la Mère : « quot penetrantibus Te confixit aculeis ». L’auteur rappelle ici la prophétie du prophète Siméon : « Un glaive transpercera votre âme » (Lc 2 35). L’annonce s’accomplit ici même, au pied de la Croix. Les souffrances du Christ, son Fils, sont raison de ce glaive annoncé par Siméon et aujourd’hui réalisé. Quelles étaient mystérieuses les paroles de Siméon ! Aujourd’hui elles trouvent toute leur explication !

Et notre auteur poursuit la méditation de la Passion dans une strophe au style très nerveux comprenant une série de mots brefs, qui en est un beau résumé, une description sublime. Voyez :

4ème strophe.

Eheu ! Sputa, alapae, verbera, vulnera, clavi, fel, alaö, spongia, lancea, Sitis, spina, cruor, quam varia pium Cor pressere tyra        nnide !

« Hélas, les crachats, les soufflets, les coups, le fiel, l’absinthe, l’éponge, la lance, la soif, les épines, le sang, comme tout cela a torturé de mille manières votre cœur compatissant ! »

N’est-ce pas rappeler toutes les atrocités de la Passion du Seigneur.  De fait, il a connu les crachats, les soufflets, les coups, le fiel, l’absinthe, l’éponge, la lance, la soif, « J’ai soif », les épines, « la couronne d’épine », le sang, « la lance » transperçant son côté. Il en sortit du sang, au témoignage de l’Apôtre Jean. Il suffit de se remémorer le lent déroulement de la Passion du Christ pour voir l’exactitude de ces dix mots. Cette synthèse est, je trouve, très émouvante. On comprend que tout cela ait pu torturer le cœur compatissant de la Mère. Le latin est sublime : « quam varia pium Cor pressere tyrannide ». « Pressere » de « premere » qui veut dire : « presser, serrer, accabler, serrer de près ». Vous le voyez, le sens du verbe est déjà à lui-même très fort. Mais cela ne suffit pas à l’auteur, il  ajoute « tyrannide ». Tout cela exprime la profondeur de la souffrance qu’a connue  la Mère au pied de la Croix, d’autant qu’elle assista à ces scènes d’un « cœur compatissant » ; en latin, nous avons  d’un cœur « pium ». C’est plus que la compassion. « Pius » veut dire : « affectueux, tendre, dévoué ».

Et malgré ces douleurs si vives, La Vierge reste ferme. C’est ce qu’exprime dans une autre strophe merveilleuse l’auteur de l’hymne :

5ème strophe

Cunctis interea stas generosior, Virgo, Martyribus : prodigio novo, in tantis moriens non moreris, Parens, Diris fixa doloribus,

« Cependant vous restez debout, plus généreuse que tous les martyrs, ô Vierge ; par un prodige inouï, mourant sans mourir, ô Mère, clouée par de si dures douleurs »

Et là nous retrouvons notre verbe « stare » : « être ferme, être droit, immobile ». « Cunctis interea stas generosior, Virgo, martyribus ». Ce verbe veut dire : « être debout, être immobile, demeurer ferme, résister, durer, rester fidèle ». Telle est l’attitude de la Mère affligée en cette Passion. On ne peut trouver un meilleur mot pour exprimer la force d’âme de Marie en la Passion de son Fils. Elle n’est pas écroulée, mais ferme et résolue.

L’auteur exprime merveilleusement l’attitude de la Mère, « Parens », au pied de la Croix. Elle est là comme « mourante », comme clouée à la Croix avec son Fils « diris fixa doloribus » «  blessée, transpercée de si graves douleurs, cependant sans mourir, « moriens non moreris ». Elle aurait dû mourir comme son Fils, volontairement, dans un grand cri de douleur, …Mais non, il fallait qu’elle soit, aussi, à la naissance de l’Eglise, au jour de la Pentecôte…

La conclusion s’impose dans l’ultime strophe : une humble prière, l’humble prière d’avoir la force d’imiter une telle force dans les difficultés de la vie :

Sit summae Triadi gloria, laus, honor, A qua suppliciter, sollicita prece, Posco virginei roboris aemulas Vires rebus in asperis. Amen

« Gloire, louange, honneur à la Trinité suprême, à qui je demande humblement par une instante prière d’imiter, dans le malheur, la force d’âme de la Vierge » Amen.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

La venue du Messie Son annonce dans l’Écriture Sainte   L’Avent, MBCF, est le temps de l’attente, de l’attente du Messie, de l’attente de la venue du Messie, du Fils de Dieu. Et s’il en est ainsi, c’est parce que Dieu dans sa Sagesse et sa grande Bonté – car le propre de la...

Les âmes du Purgatoire

Les âmes du Purgatoire

MARIA SIMMA, QUI EST MARIA SIMMA ? Maria Simma est une mystique autrichienne. Par un don particulier de Dieu, déjà vu dans l'histoire de l'Eglise, elle reçoit depuis 50 ans la visite d'âmes du purgatoire. Que lui disent ces âmes ? Elles donnent des avertissements, demandent des prières, et parlent de...

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

  La fête du Christ-Roi Jésus-Christ est roi, MBCF. Il est roi, non seulement du ciel mais encore de la terre. Et il lui appartient d’exercer une véritable et suprême royauté sur les sociétés humaines. Et ces sociétés humaines, elles mêmes, doivent le confesser. C’est un point incontestable de la doctrine chrétienne....

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

  Le sacerdoce   Je voudrais vous parler du prêtre en souvenir de mon ordination sacerdotal, le 17 octobre, des mains de Mgr Lefebvre. Ce qui fait le prêtre, sa joie, c’est la découverte toute particulière du mystère de Dieu. Le prêtre, plus que tout autre baptisé, contemple ce mystère. Dieu est l’objet de...

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

  En l’honneur de Saint Michel     « L’Ange se tint près de l’autel du temple, un encensoir d’or à la main » « Et tandis que l’archange Michel luttait contre le dragon, on entendit la voix de ceux qui disaient : «le  Salut est à notre Dieu ». Telles sont, MBCF, les deux premières antiennes des Premières Vêpres de...

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

L'heure de Jésus

L'heure de Jésus

Nous approchons du temps liturgique que l’Eglise appelle : « le temps de la Passion ». La liturgie va nous faire méditer la Passion de Notre Seigneur. Permettez-moi ces quelques considérations sur ce que Notre Seigneur appelait lui-même: « son heure ». C’était l’heure par excellence ; elle avait été infailliblement déterminée de toute éternité par la Divine...

Jeudi saint 2017

Jeudi saint 2017

« Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang » Nous commémorons ce soir, MBCF, l’institution, par Notre Seigneur Jésus, au Cénacle, le Jeudi Saint, du sacrement de l’Eucharistie et du Sacerdoce par ces paroles : « Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang ». « Faites ceci en mémoire de moi ». Jésus avait déjà annoncé ce...

Ier dimanche de la Passion 2017

Ier dimanche de la Passion 2017

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». « Si quis sermonem meum servaverit, mortem non videbit in aeternum » MBCF, Il n’y a peut-être pas de phrase plus forte, plus importante pour notre âme que cette phrase de NSJC : « Si quelqu’un garde ma...

4ème dimanche de Carême 2017

4ème dimanche de Carême 2017

  Poursuivons, MBCF, notre méditation dominicale sur le salut. C’est le thème de notre prédication de Carême. Nous savons que le salut, c’est le Christ. Nous savons aussi que l’objet de salut, c’est notre délivrance du péché originel et l’accès à la vie éternelle. Nous savons également que ce salut s’obtient par l’observance des...

3ème dimanche de Carême 2017

3ème dimanche de Carême 2017

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent MBCF, En ce Carême 2017, de dimanche en dimanche, nous essayons de scruter, du regard de la foi, le plan divin, son plan de salut. Nous savons que ce plan salvifique se concentre essentiellement en son Fils unique, NSJC. Il est...

2ème dimanche de carême 2017

2ème dimanche de carême 2017

Que faire pour obtenir le salut, la vie éternelle ? MBCF, Dimanche dernier, partant de l’acclamation qui ouvre le temps de Carême « Voici maintenant le jour du salut », nous avons médité sur ce salut. Nous nous sommes posés plusieurs questions Quel est ce salut ? En quoi consiste-t-il ? Quel est-il ? Quel son objet ? Qui est-il ? Quel est celui...

Veille de l'actualité