7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort.

La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ

 

 

MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements.

« Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il disait encore que « la fin du péché c’est la mort ».

C’est un fait. C’est un fait non seulement moral mais théologal.

Moral. Regardez ces jeunes drogués, prenez les en flagrant délit de « fortes doses », c’est bien souvent la mort. Et si ce n’est pas la mort, c’est la dégénérescence de leurs facultés spirituelles, de leur équilibre nerveux. Ils perdent tout sens du bien et sombre souvent dans la dépression nerveuse ou dans l’instabilité, leur volonté étant détruite. Je ne crois pas nécessaire d’insister pour prouver que sur le plan moral, psychologique, la fin du péché, c’est la mort. « Stipendia peccati mors ».

Mais c’est aussi un fait théologal. Un fait enseigné par la Révélation.

Prenez les premières paroles de la Genèse : « Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder. Et Dieu donna à l’homme cet ordre : « Tu peux manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras tu mourras certainement »…Puis Dieu donna à l’homme la femme qu’il tira de sa chair. Elle devint « l’os de ses os, la chair de sa chair ». Le démon enfin tenta la femme : « Est-ce que Dieu aurait dit : « Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin ? La femme répondit au serpent : « Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point, de peur que vous ne mouriez ». Le serpent dit à la femme : « Non, vous ne mourrez pas ; mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal ». « La femme vit que le fruit de l’arbre était bon à manger, agréable à la vue et désirable pour acquérir l’intelligence ; elle prit de son fruit et en mangea ; elle en donna aussi à son mari qui était avec elle, et il en mangea ». Alors, vous connaissez la suite : ils virent qu’ils étaient nus, ils se cachèrent, mais Dieu passant dans le jardin à la brise du jour appela l’homme et lui dit : est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? Il répondit : « La femme que vous avez mise avec moi m’a donné du fruit de l’arbre et j’en ai mangé ». Alors Dieu fit tomber sa sentence d’abord sur le serpent, ensuite sur la femme et enfin sur l’homme, Adam : « C’est à la sueur de ton front que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre parce que c’est d’elle que tu as été pris ; car tu es poussière et tu retourneras en poussière »…Et Dieu le fit sortir du jardin d’Eden, pour qu’il cultivât la terre d’où il avait été pris. Et il chassa l’homme et il mit à l’Orient du jardin de l’Eden les chérubins et la flamme de l’épée tournoyante pour garder le chemin de l’arbre de vie ». (Gen 2 et 3) Et il dit au serpent : « Parce que tu as fait cela tu es maudit entre tous les animaux domestiques et toutes les bêtes des champs…Et je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; et celle-ci te meurtrira à la tête et tu la meurtrira au talon » (Gen 3 15).

La mort est ici nettement mise en relation avec le péché mettant en lumière la phrase de saint Paul : « Stipendia peccati mors », « le salaire du péché c’est la mort ».

Nous pourrions multiplier les textes de l’Ecriture qui mettent en claire évidence cette affirmation paulinienne. Par exemple, le récit du déluge. Alors que les hommes eurent commencé à être nombreux sur la terre, Dieu « vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal, Dieu se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre et décida son extermination. Alors Dieu dit à Noë : « La fin de toute chair est venu devant moi, car la terre est pleine de violence à cause d’eux ; je vais les détruire, ainsi que la terre »…Fais-toi une arche de bois…. « Et moi je vais faire venir le déluge, une inondation de la terre…tout ce qui est sur la terre périra. Mais j’établirai mon alliance avec toi ».

Là aussi, il est clairement affirmé que la mort est lié au mal, au péché : «Il vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal » et le déluge eut lieu.

Oui ! Nous pourrions, vous dis-je, multiplier les exemples scripturaires. Toujours, la mort est liée au péché. « Stipendia peccati mors ». Saint Paul a raison. Le salaire du péché, non repenti, c’est la mort. Ainsi de l’exemple du Judas. Après avoir trahi son maître, il alla se pendre. Ainsi de l’exemple du mauvais larron. …

Mais sain t Paul dit aussi : « la grâce de Dieu c’est la vie éternelle ». Merveilleuse phrase pleine d’espérance. Telle est la pédagogie de Dieu, l’économie de Dieu, une économie de salut, de vie éternelle, et non point de mort.

Dieu veut la vie. L’homme qui se détourne de Dieu et de sa volonté, au contraire veut et fomente la mort. Notre siècle est vraiment le siècle de la mort parce qu’il est le siècle de l’oubli de Dieu, le siècle du mal. L’avortement. C’est la mort de la vie. L’eugénisme, c’est la mort de la vie. On dit que l’Allemagne s’apprête de légiférer en ce sens. Mais vous avez déjà les Pays Bas, la Belgique, le Luxembourg…Et donc l’Allemagne, bientôt…Allez nier qu’une main cachée dirige tout cela. Cette main s’appelle la Franc Maçonnerie, c’est le pouvoir de l’antéchrist. Le pouvoir mortifère parce que révolté contre Dieu.

L’homme refusant la loi de Dieu, ne semble même plus savoir aujourd’hui se divertir gentiment et avec joie. Il faut être chrétien et catholique pour connaître la vie et la joie, semble-t-il. C’est certainement une des caractéristiques des familles chrétiennes. Par contre, les réunions festives qui se déroulent à grands renforts de « musiques dures», le long de la Loire ou ailleurs appellent à la mort, font même l’apologie de la mort, de Lucifer, l’ange de la mort. Ils en appellent aux meurtres et le pouvoir politique reste muet…tant que l’ordre public n’est pas perturbé. Comme si c’était la seul norme du bien…Dieu ! Quelle déchéance du pouvoir politique, indigne et méprisable.

Par contre, ce n’est pas l’économie de Dieu, vous dis-je. Dieu aime la vie.

Du reste à peine le péché originel fut-il commis, que Dieu manifestât publiquement son intention de restauration : « Parce que tu as fait cela, dit-il au serpent, tu es maudit entre tous les animaux domestiques et toutes les bêtes des champs…Et je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; et celle-ci te meurtrira à la tête et tu la meurtrira au talon ». Tous les pères de l’Eglise voient dans cette phrase l’annonce de la rédemption, l’annonce de l’incarnation rédemptrice. Et c’est, de fait, le Christ de l’Evangile qui accomplit la réalisation de l’alliance, la réalisation de la réconciliation entre Dieu et les hommes, la réalisation de la vie, de la vie éternelle

Il en est de même de notre récit du déluge. Avant même que Noé soit entré dans l’arche et que toute chair ait disparu de la surface de la terre, Dieu, comme pris de remords, parla de nouveau d’alliance avec Noë : « Et moi je vais faire venir le déluge, une inondation de la terre…tout ce qui est sur la terre périra. Mais j’établirai mon alliance avec toi ».

Et de fait, vous dis-je, c’est ce qu’il fit avec le Christ, le Verbe fait chair, dans le mystère de la rédemption.

Par la Passion du Christ, nous avons été en effet réconciliés avec Dieu puisque le péché qui nous faisait ennemi de Dieu, a été racheté par la Passion du Christ.

Mais surtout, la Passion du Christ nous a réconcilié avec Dieu, « en tant, nous dit saint Thomas, qu’elle est un sacrifice souverainement agréable à Dieu. C’est là l’effet du sacrifice. Dieu est, par ce sacrifice, apaisé : comme quand l’homme remet l’offense commise contre lui, en raison de quelques services agréables qui lui est rendu. Ainsi pareillement, ce fut, pour Dieu, un si grand bien que le Christ ait souffert volontairement sa Passion, qu’en raison de ce bien trouvé dans la nature humaine, Dieu a été apaisé de toute offense du genre humain pour ceux, du moins, qui sont unis au Christ » par la foi et la charité. (cf. III 49 4) Vous voyez l’importance du sacrifice du Christ pour nous : il s’agit rien moins que de notre réconciliation avec Dieu. La Passion de Jésus est le bien trouvé en terre humaine qui opère le mystère de notre réconciliation avec Dieu. Quoi de plus palpable pour nous. Nous pouvons dire, en toute vérité, qu’il est impossible à Dieu de se détourner de nous ou de se souvenir encore de nos fautes, de nos offenses, quelques grandes et nombreuse qu’elles soient, quand nous nous présentons à Lui revêtus de la Passion de son divin Fils, NSJC. Que d’actions de grâces devons nous à ce béni Sauveur. Comme la messe est pour nous importante – elle est notre réconciliation avec Dieu - puisque la messe est la Passion du Christ offerte sacramentellement.

Dès lors, grâce à la Passion du Christ, de pécheurs et d’ennemis de Dieu que nous étions, nous voilà faits, amis de Dieu, réconciliés avec Lui. Le ciel, la vie éternelle est à nous tant il est vrai que la Passion nous ouvre les portes du ciel puisqu’elle nous délivre du péché commun à toute la nature humaine et quant à la faute et quant à la peine, mais aussi de nos propres péchés du moins pour ceux qui communient à sa Passion par la foi et la charité et les sacrements, - le Christ, en sa Passion, étant pour nous le prix de notre rachat. Or le péché était l’obstacle qui empêchait les hommes d’entrer dans le Royaume de Dieu. Cet obstacle n’existant plus, les portes du Ciel nous sont de nouveau ouvertes. (III 49 5) La vie éternelle est à nous. Saint Paul a raison : « La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ ».

D’un côté, la mort, en suivant le cour du siècle

De l’autre, la vie, la vie éternelle en NSJC. Mais la vie par le sacrifice et pour la Tête et pour les membres. Il en sera toujours ainsi. Mais c’est un autre sujet…merveilleux que nous traiterons une autre fois. Amen !

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

Homélie du 1er Dimanche de l'Avent 2017

La venue du Messie Son annonce dans l’Écriture Sainte   L’Avent, MBCF, est le temps de l’attente, de l’attente du Messie, de l’attente de la venue du Messie, du Fils de Dieu. Et s’il en est ainsi, c’est parce que Dieu dans sa Sagesse et sa grande Bonté – car le propre de la...

Les âmes du Purgatoire

Les âmes du Purgatoire

MARIA SIMMA, QUI EST MARIA SIMMA ? Maria Simma est une mystique autrichienne. Par un don particulier de Dieu, déjà vu dans l'histoire de l'Eglise, elle reçoit depuis 50 ans la visite d'âmes du purgatoire. Que lui disent ces âmes ? Elles donnent des avertissements, demandent des prières, et parlent de...

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

  La fête du Christ-Roi Jésus-Christ est roi, MBCF. Il est roi, non seulement du ciel mais encore de la terre. Et il lui appartient d’exercer une véritable et suprême royauté sur les sociétés humaines. Et ces sociétés humaines, elles mêmes, doivent le confesser. C’est un point incontestable de la doctrine chrétienne....

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

  Le sacerdoce   Je voudrais vous parler du prêtre en souvenir de mon ordination sacerdotal, le 17 octobre, des mains de Mgr Lefebvre. Ce qui fait le prêtre, sa joie, c’est la découverte toute particulière du mystère de Dieu. Le prêtre, plus que tout autre baptisé, contemple ce mystère. Dieu est l’objet de...

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

  En l’honneur de Saint Michel     « L’Ange se tint près de l’autel du temple, un encensoir d’or à la main » « Et tandis que l’archange Michel luttait contre le dragon, on entendit la voix de ceux qui disaient : «le  Salut est à notre Dieu ». Telles sont, MBCF, les deux premières antiennes des Premières Vêpres de...

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

L'heure de Jésus

L'heure de Jésus

Nous approchons du temps liturgique que l’Eglise appelle : « le temps de la Passion ». La liturgie va nous faire méditer la Passion de Notre Seigneur. Permettez-moi ces quelques considérations sur ce que Notre Seigneur appelait lui-même: « son heure ». C’était l’heure par excellence ; elle avait été infailliblement déterminée de toute éternité par la Divine...

Jeudi saint 2017

Jeudi saint 2017

« Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang » Nous commémorons ce soir, MBCF, l’institution, par Notre Seigneur Jésus, au Cénacle, le Jeudi Saint, du sacrement de l’Eucharistie et du Sacerdoce par ces paroles : « Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang ». « Faites ceci en mémoire de moi ». Jésus avait déjà annoncé ce...

Ier dimanche de la Passion 2017

Ier dimanche de la Passion 2017

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». « Si quis sermonem meum servaverit, mortem non videbit in aeternum » MBCF, Il n’y a peut-être pas de phrase plus forte, plus importante pour notre âme que cette phrase de NSJC : « Si quelqu’un garde ma...

4ème dimanche de Carême 2017

4ème dimanche de Carême 2017

  Poursuivons, MBCF, notre méditation dominicale sur le salut. C’est le thème de notre prédication de Carême. Nous savons que le salut, c’est le Christ. Nous savons aussi que l’objet de salut, c’est notre délivrance du péché originel et l’accès à la vie éternelle. Nous savons également que ce salut s’obtient par l’observance des...

3ème dimanche de Carême 2017

3ème dimanche de Carême 2017

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent MBCF, En ce Carême 2017, de dimanche en dimanche, nous essayons de scruter, du regard de la foi, le plan divin, son plan de salut. Nous savons que ce plan salvifique se concentre essentiellement en son Fils unique, NSJC. Il est...

2ème dimanche de carême 2017

2ème dimanche de carême 2017

Que faire pour obtenir le salut, la vie éternelle ? MBCF, Dimanche dernier, partant de l’acclamation qui ouvre le temps de Carême « Voici maintenant le jour du salut », nous avons médité sur ce salut. Nous nous sommes posés plusieurs questions Quel est ce salut ? En quoi consiste-t-il ? Quel est-il ? Quel son objet ? Qui est-il ? Quel est celui...

Veille de l'actualité