Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge

 

L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres de cette fête. Elle commence par ces mots : « O prima, Virgo, prodita e Conditoris spiritu »…, « O Vierge, la première issue du souffle du Créateur ». 
Après avoir parlé et exalté la Virginité de ND, puis sa Maternité divine, sa plus grande gloire, « Prédestinée à porter dans ton sein le Fils du Très Haut », ensuite son Immaculée conception :  « Ô Toi, …seule tu es comblée de grâce, intacte dès l’origine », enfin son rôle unique dans le mystère de la Rédemption elle est bien cor-redenptrice : « Dans ton sein, tu conçois la Vie et tu restitues la vie perdue par Adam, en donnant la chair à la Victime divine pour son Sacrifice », Notre auteur en vient dans la quatrième strophe à parler du mystère de ce jour l’Assomption de Notre Dame : «  Merces piaclo debita Devicta mors te deserit, Almique consors Filii ad astra fertis corporis »

« Salaire dû au crime, la mort vaincue s’éloigne de toi ; partageant le sort de ton Fils divin, avec ton corps tu es portée aux cieux ».

« La mort vaincue s’éloigne de toi » « Devicta mors te deserit » en tant que le Christ, par sa Résurrection, vainquit la mort, définitivement. La défaite pour la mort et pour Satan est totale, absolue.

Devicta, c’est le participe passé du verbe « devincere » qui veut dire « vaincre complétement ». « mors te deserit », « deserere » veut dire « abandonner » et dans un sens militaire « déserter ». Ce serait une bonne traduction. La Rédemption fut bien le beau combat du Christ sur le démon  ̶  et quel combat ! ̶  lequel, vaincu, déserta, se retira !

Notre auteur poursuit et confesse enfin le mystère de l’Assomption : « Almique consors Filii ad astra ferris corpore » « Unie de cœur à ton Fils divin, avec ton corps tu es transportée aux cieux »

Cette référence à l’Assomption de Notre-Dame après la claire allusion au triomphe du Christ sur le péché, la mort et sur Satan… par sa Résurrection,  est parfaitement en phase. Elle est parfaitement en situation, elle est même la bienvenue après cette confession du mystère du mal, du mystère du péché et de la mort vaincue par la Résurrection du Christ. La victoire du Christ en sa Résurrection et en son Ascension est la victoire absolue du Christ sur le mal, le péché et la mort. Il fallait aussi que Marie soit associée à cette victoire totale, elle qui fut tellement « unie à son Fils », « almi consors Filii ». Elle qui est la « co-rédemptrice ». Il faudra bien qu’un jour l’Eglise définisse cette vérité !

C‘est la raison que donna Pie XII dans son document définissant ex cathedra le mystère de l’Assomption. En raison de son union à son Fils, toujours constatée dans la vie et de l’enfance et de la vie publique du Christ, et surtout en son mystère de la Croix, elle ne pouvait en être séparée, un seul instant. Elle fut élevée en son corps, en son âme aux cieux pour rester unie à son Fils.

Mais ce qui est fort intéressant chez notre auteur dans cette hymne, c’est qu’il voit en cette Assomption de Marie l’exaltation de la nature humaine, la nôtre. Si Marie connaît l’exaltation de l’Assomption, si elle n’a pas connue la corruption de la chair, nous même nous participerons à cette exaltation de la chair, un jour !

C’est la doctrine exprimée dans la 5ème strophe :

«Resplandissant d’une si  grande gloire, la nature entière est exaltée, appelée en toi à toucher le sommet de toute beauté ».

Cette strophe est une affirmation vraiment émouvante. Cette Assomption est, il est vrai, pour la Vierge Marie, « une gloire immense » : « tanta gloria ». Imaginez ! En son corps et en son âme, elle est exaltée au Ciel ! Elle est dans la cours céleste, auprès de la Trinité Sainte, Reine des Anges et des Archanges. Peut-on imaginer pour Marie une plus grande « gloire ». Elle est louée en raison de sa beauté, de sa bonté ! L’auteur a raison de le confesser, après avoir confessé le triomphe du Christ sur le péché : « Tanta coruscans gloria », resplandissant d’une si grande gloire ». C’est la gloire de la béatitude éternelle. « Coruscans », « coruscus –a –um » qui veut dire « scintillant, brillant ». « Resplandissant d’une si grande gloire », c’est bien traduit.

Mais ce n’est pas seulement le Christ et Notre-Dame qui connaissent cette victoire et cette gloire  ̶  et au prix de quelles peines  ̶  mais c’est aussi la nature humaine tout entière qui participe, participera, en Notre Seigneur et Notre-Dame, de cette exaltation, de cette gloire : « la nature humaine entière est exaltée » « natura cuncta extolletur ».

« Exaltation » que notre auteur appelle, dans la finale de la strophe : « le sommet de toute beauté » « omnis decoris ». Quel fondement de notre espérance !

« appelée en toi à toucher le sommet de toute beauté »

« Cette exaltation de la nature humaine, sommet de toute beauté » est, en effet, un objet de notre Credo. Nous croyons, de fait, à la résurrection de la chair et à son exaltation dans le ciel. Et cette foi est fondée sur la propre résurrection du Christ. « Si les morts ne ressuscitent point, dit très bien l’Apôtre saint Paul, Jésus-Christ non plus n’est point ressuscité ; par conséquent, notre prédication est vaine, et notre Foi est vaine aussi ». Cette exaltation est fondée aussi sur les propres résurrections opérées par Jésus. En effet, Jésus-Christ, nous le savons, a ressuscité Lui-même, par sa puissance divine, de nombreux morts, le fils de la veuve à la porte de Naïm, son ami Lazare... Toutes ces résurrections confirment notre foi. Si nous croyons que ces morts ont été rappelés à la vie, pourquoi ne pas croire également que tous nous le seront un jour ? Oui, je crois au dogme de la Résurrection des corps qui a pour lui, dans l’Ecriture, de nombreux témoignages. Je me rappelle la dispute de Notre Seigneur avec les Sadducéens où Jésus conclut qu’à la résurrection des corps, les hommes « sont comme des anges de Dieu dans le ciel. Quelle exaltation de la nature humaine, sommet de toute beauté ! Et Jésus ne disait-il pas aux Juifs  que le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ». (Mt 22 32-33). On peut ajouter, entre autres, les paroles de Jésus en saint Jean : «l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix. Et ils en sortiront, ceux qui auront fait le bien pour une résurrection de vie (in resurrectionem vitae) ; ceux qui auront fait le mal, pour une résurrection de condamnation… ». Saint Paul, fidèle à son Maître, ne disait-il pas « le corps est semé dans la corruption, et il ressuscitera incorruptible ».Quelle exaltation de la nature humaine !

Notre auteur dit de même au sujet de « la nature humaine » « qu’elle est exaltée », « au sommet de toute beauté » : « natura cuncta extolletur ». Il dit vrai ! Car nos corps, qui étaient auparavant sujets à la mort, deviendront immortels, dès qu’ils auront été rappelés à la vie. on sait par l’Ecriture Sainte que les élus possèdent, possèderont des qualités très brillantes qui les rendront bien plus excellents qu’ils n’étaient auparavant, « au sommet de toute beauté ». Je veux parler de l’impassibilité, c’est-à-dire de ce don précieux qui les préserve, préservera de toute espèce de mal, de douleur. « Le corps est semé corruptible, dit l’Apôtre, il se relèvera incorruptible ». Et puis de la clarté qui rendra les corps des Saints aussi brillants que le soleil, Notre Seigneur l’affirme nettement dans saint Matthieu (Matt., 13, 43). Et saint Paul est bien fidèle à son Maître lorsqu’il utilise, pour décrire cette situation, le mot de clarté, le mot de gloire. Jésus-Christ, dit-il, reformera notre corps vil et abject, en le rendant semblable à son Corps glorieux. Et cette clarté n’est qu’un rayon de la souveraine félicité de l’âme rejaillissant sur le corps tout entier, et le corps sera heureux du bonheur de l’âme, comme l’âme n’est heureuse que parce qu’elle participe à la félicité même de Dieu. Pour décrire cette « exaltation de la nature humaine », je parlerai volontiers de l’agilité et de la subtilité, qualités qui ne peuvent que confirmer « cette merveilleuse exaltation » de la « nature humaine ».

L’exaltation de la « nature humaine » est pour nous l’occasion de lancer des louanges continuelles, à la Bonté et la Clémence de Dieu. Car toutes ces merveilles, « ce sommet de toute beauté » ne sont pas dus à nos mérites, mais à sa seule miséricorde et à sa toute-puissance qu’Il fait éclater d’abord dans le mystères de l’Assomption de Notre-Dame, preuve de l’Exaltation de la nature humaine qui touche le sommet de toute beauté. C’est ce que notre auteur confesse dans la finale de cette strophe.

Cette exaltation de la nature humaine est telle que l’on comprend que notre auteur puisse exprimer sa prière dans sa 6ème strophe : « Dans ton triomphe, Ô Reine, tourne les yeux vers nous pour que, de notre exil, nous puissions, sous ta protection, obtenir la bienheureuse patrie du ciel »

Notre auteur, très humain, sait que nous qui sommes encore dans « cette vallée de larmes », nous sommes soumis au combat spirituel contre les puissances de l’enfer. Nous n’avons pas encore obtenu le ciel, ni cette exaltation dans la gloire. La gloire est encore à venir. Elle est peut-être première dans l’ordre de la pensée. Elle est ultime dans l’ordre de l’exécution. Il nous faut combattre avec fidélité. Saint Pierre nous le dit, tous les soirs, dans le chant des Complies. Aussi avons-nous besoin de l’aide surnaturelle, de l’aide de Notre-Dame. Elle, elle a déjà triomphé « triumphans »… Nous, nous sommes encore en « exil » « exsules ». Ces mots, mis côte à côte, augmentent la force de l’idée exprimée : elle triomphe, nous nous sommes encore « au travail, dans le labeur ». Elle est Reine et donc toute-puissante ; nous, nous sommes encore à nous débattre. Nous avons besoin d’aide et de soutien. Qu’elle tourne alors ces regards « verte lumina » : « verte » est un impératif. C’est un appel suppliant, intense. « Lumina ». C’est très beau. « Lumen » a mille sens ; il veut dire « lumière », mais aussi « vie », « regard » « éclat », « ornement », « gloire », « clarté » et même « salut ». Ce sont tous les sens que donne le dictionnaire le Bornec. Il me semble que tous ces sens conviennent parfaitement au « regard » de Marie. « Son regard » est « une lumière », on l’appellera « étoile de la mer » pour guider le marin dans les tempêtes. Et sous ce rapport, on peut dire qu’elle est « le salut » du voyageur, du pêcheur, du « naufragé ». Son « regard » est « une gloire ». Les yeux sont la gloire d’un visage, par leur éclat ; nul doute que le regard de Marie devait être étincelant. Alors ses yeux étaient l’« ornement » de son visage. Qu’elle tourne « vers nous » « ad nos », ses yeux, dans tous les sens du mot, pour qu’elle soit notre « lumière », notre « guide », « notre salut », notre « émerveillement » pour que nous marchions vers le Ciel avec allégresse : « pour que, de notre exil, nous puissions, sous ta protection, obtenir la bienheureuse patrie du ciel », « caeli ut beatam patriam, Te, consequamur, auspice » : « Auspice » est ici traduit par « sous ta protection ». Ce n’est pas mal. Mais je traduirais plus volontiers par « sous ton commandement », « sous ta direction ». Notre-Dame, dans la pensée de l’auteur, est vraiment impliquée dans le salut du genre humain.

7ème strophe

« Jesu, tibi sit gloria Qui natus es de Virgine, Cum Patre et almo Spiritu, In sempiterna saecula »

« Ô Jésus, à vous soit la gloire, qui êtes né de la Vierge, avec le Père et l’Esprit Saint, aux siècles des siècles ».

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

L'heure de Jésus

L'heure de Jésus

Nous approchons du temps liturgique que l’Eglise appelle : « le temps de la Passion ». La liturgie va nous faire méditer la Passion de Notre Seigneur. Permettez-moi ces quelques considérations sur ce que Notre Seigneur appelait lui-même: « son heure ». C’était l’heure par excellence ; elle avait été infailliblement déterminée de toute éternité par la Divine...

Jeudi saint 2017

Jeudi saint 2017

« Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang » Nous commémorons ce soir, MBCF, l’institution, par Notre Seigneur Jésus, au Cénacle, le Jeudi Saint, du sacrement de l’Eucharistie et du Sacerdoce par ces paroles : « Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang ». « Faites ceci en mémoire de moi ». Jésus avait déjà annoncé ce...

Ier dimanche de la Passion 2017

Ier dimanche de la Passion 2017

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». « Si quis sermonem meum servaverit, mortem non videbit in aeternum » MBCF, Il n’y a peut-être pas de phrase plus forte, plus importante pour notre âme que cette phrase de NSJC : « Si quelqu’un garde ma...

4ème dimanche de Carême 2017

4ème dimanche de Carême 2017

  Poursuivons, MBCF, notre méditation dominicale sur le salut. C’est le thème de notre prédication de Carême. Nous savons que le salut, c’est le Christ. Nous savons aussi que l’objet de salut, c’est notre délivrance du péché originel et l’accès à la vie éternelle. Nous savons également que ce salut s’obtient par l’observance des...

3ème dimanche de Carême 2017

3ème dimanche de Carême 2017

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent MBCF, En ce Carême 2017, de dimanche en dimanche, nous essayons de scruter, du regard de la foi, le plan divin, son plan de salut. Nous savons que ce plan salvifique se concentre essentiellement en son Fils unique, NSJC. Il est...

2ème dimanche de carême 2017

2ème dimanche de carême 2017

Que faire pour obtenir le salut, la vie éternelle ? MBCF, Dimanche dernier, partant de l’acclamation qui ouvre le temps de Carême « Voici maintenant le jour du salut », nous avons médité sur ce salut. Nous nous sommes posés plusieurs questions Quel est ce salut ? En quoi consiste-t-il ? Quel est-il ? Quel son objet ? Qui est-il ? Quel est celui...

Carême

Carême

C’est aujourd’hui que le Carême apparaît dans toute sa solennité. Pour vous encourager à vous lancer généreusement dans ce saint temps liturgique, je me permets de vous adresser quelques paroles de saint Léon le Grand : « Très chers fils, ayant à vous annoncer le jeûne sacré et solennel du Carême,...

Dimanche de la Quinquagésime 2017

Dimanche de la Quinquagésime 2017

En ce dimanche de la Quinquagésime, l’Eglise nous fait lire le texte où Jésus annonce à ses disciples, à l’écart, sa Passion prochaine : « Ensuite Jésus prit à part les Douze, et leur dit : " Voici que nous montons à Jérusalem, et que va s'accomplir tout ce que les prophètes...

Prédication pour le dimanche de la Sexagésime 2017

Prédication pour le dimanche de la Sexagésime 2017

La sainte Église nous présente dans l’office de ce dimanche l’histoire de Noé. Elle va même nous en parlé toute la semaine. Et toutes les lectures de ce dimanche de la Sexagésime,  va illustrer cette histoire. Dieu voyant que la malice des hommes était grande sur la terre, dit à Noë :...

Prédication pour le 5ème dimanche après l'Epiphanie

Prédication pour le 5ème dimanche après l'Epiphanie

  Prédication 5ème dimanche après l’Epiphanie   A Saint Clair sur Epte   Le 5 février         Pour ce sermon, je voudrais m’inspirer d’un événement de la vie de saint Clair :   Du miracle qui, trois ans après sa mort, se déroula à la fontaine près de l’ermitage du saint. Un homme aveugle de naissance, faisant sa prière...

Le sanctuaire familial

Le sanctuaire familial

Nous avons fêté en ce mois de janvier et la fête de la sainte Famille – le Ier janvier et la fête de l’institution de la famille avec le mystère de Cana où Jésus, avec ses disciples fut invité. Sa Mère était aussi présente. Il m’est difficile alors de ne...

Veille de l'actualité