Accueil

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu »

MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre que la charité. Si bien que « chercher d’abord le royaume de Dieu » c’est d’abord chercher NSJC. C’est essentiellement chercher l’amour de Dieu, c’est vivre de l’amour de Dieu, c’est désirer aimer Dieu. « Aimons Dieu » nous serons ainsi les imitateurs de saint Jean l’Evangéliste qui, dans sa première épître écrit : « Nos credidimus caritati quam habet Deum in nobis » (I Jn 4 16) ; « Nous, nous avons cru à l’amour que Dieu a eu pour nous » et nous l’avons suivi. On sent, en lisant ces mots de saint Jean le tressaillement de l’âme du disciple que Jésus aimait. Tressaillement de joie devant l’amour divin. C’est un vrai cri de triomphe qui s’échappe du cœur de Jean le bien aimé : « Moi je crois à l’Amour de Dieu pour moi ».

Tous les saints ont eu cet émerveillement devant la découverte de ce « trésor », devant cet Amour extraordinaire de Dieu.

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus en fut elle aussi toute émue. C’est sa foi à l’Amour divin, qui est le fond de son âme. C’est sa doctrine, son secret. L’amour divin est le principe et le terme de la perfection thérésienne, non seulement de sainte Thérèse, mais de tout christianisme. Son amour porté à cet amour divin c’est tout sainte Thérèse. Elle dit un jour : « Je n’ai jamais donné à Dieu que de l’amour ».Elle répétait sans cesse : « J’ai tout dit, c’est l’amour seul qui compte ».

Et pour en vivre, il n’est pas nécessaire d’être au fond de son couvent…On peut en vivre dans le monde, au cœur de sa famille, en langeant son enfant. Un jésuite, directeur spirituel, disait un jour à une mère de famille : « en langeant votre enfant, adorez la Trinité Sainte en son cœur ». Merveilleux acte d’amour silencieux de la mère de famille. « J’ai tout dit, c’est l’amour seul qui compte ». Et Thérèse disait cela parce que d’abord elle a cru à l’amour de Dieu pour elle. Et l’on voit saint François parcourir la campagne d’Assise criant : « l’amour n’est pas connu. L’amour n’est pas aimé ». « Credidimus caritati » : nous avons cru à la charité, disait saint Jean. Saint Thérèse aussi. C’était aussi la devise épiscopale de Mgr Lefebvre.

Se savoir aimé, être assuré et porter en soi la certitude d’être aimé par Dieu tout puissant, croire fermement, croire de foi divine à l’amour de Dieu : voilà la condition Ière, nécessaire de tout commerce véritable entre l’âme et Dieu. Et croyez-vous qu’il en aille différemment dans les choses humaines, dans les relations familiales, dans les affaires conjugales…L’amour est le cœur de tout. L’enfant a besoin de le voir, de le savoir, les époux aussi. Il en est de même dans les relations avec Dieu. Voilà pourquoi l’amour de Dieu pour nous, c’est la grande révélation de l’Evangile, c’est le « trésor » par excellence du Nouveau Testament. C’est la révélation de saint Jean. C’est le cri de saint Jean : « Deux caritas est ». « Dieu est charité ».(I Jn 4 16). Le Bon Dieu se présente à nous comme le « Père », « Notre Père », comme le plus aimant des Pères, « comme l’amour paternel et l’amour paternel porté à sa plus haute puissance », « le Père…de qui toute paternité tire son nom au ciel et sur la terre » (Eph 3 14-15).

La foi à l’amour de Dieu pour nous, la foi à l’amour de Dieu, notre Père doit être l’atmosphère où nous devons vivre, que nous devons respirer et dans lequel nous devons grandir, comme l’enfant dans sa propre famille, au milieu de ses père et mère….Et l’enfant, qui en douterait un instant, serait le plus malheureux des enfants

C’est de la foi en la charité de Dieu que doit germer notre vie spirituelle, notre joie, notre confiance, notre abandon, le saint abandon, notre humilité.

Ces vertus si simples et tellement évangéliques sont comme les fruits de la foi toute simple que nous portons à l’amour du Bon Dieu.

Oui ! Je dis bien et ne me rétracterai pas : je dis bien que la joie germe dans une âme, de la certitude d’être aimé de son Dieu et Seigneur.

Oui ! Je dis bien que la confiance, malgré toutes les misères de notre âme, jaillit de l’amour que nous portons à Dieu parce que, le premier, Il nous aime.

Il en est ainsi des autres vertus : de l’humilité, de l’abandon. Oui ! Le grand privilège d’une âme est de sa savoir infiniment aimé, aimé d’un amour paternel par Dieu notre Père.

« Credidimus caritai » : c’est la devise épiscopale de Mgr Lefebvre. Nous avons cru à la charité. Voilà notre foi. « Credidimus ». Nous devons nous croire infiniment aimés de Dieu.

Nous devons répondre à cet appel de l’Amour par un élan, un désir tout simple d’aimer. Nous devons marcher sans souci, sans inquiétude, dans la lumière de cette clarté : tout s’éclaire, doit s’éclairer pour nous dans cette foi toute simple, tellement évidente : la charité de Dieu. Cette charité de Dieu, c’est le« trésor », de notre vie. Quelles que soient les difficultés de la vie, cette charité divine est notre guide et notre soutien. Nous n’avons que cette vie pour vivre dans cette foi en l’amour de Dieu. Au ciel, ce sera la vision de gloire.

« Cherchez le Royaume de Dieu ».

C’est donc la foi en l’amour divin qui est la clef de notre vie spirituelle, qui doit être notre principe.

Voilà qui est clair !

Mais la foi à l’Amour, - qui est au principe de note vie spirituelle -, cela ne suffit pas. Il faut ajouter quelque chose. Je crois, non pas seulement à l’Amour, comme le dit Sainte Thérèse, mais elle-même ajoute : « Je crois à l’Amour Miséricordieux ». En effet Dieu nous a aimé non seulement gratuitement, sans mérite de notre part, mais il nous a aimés et nous aime tels que nous sommes, c’est-à-dire misérables et sans tenir compte de nos misères ou mieux et plus exactement, à cause de notre extrême et excessive misère, parce que nous sommes misérables. L’amour de Dieu est miséricordieux. C’est là sa gloire : c’est pour manifester son amour miséricordieux qu’Il a choisi, décrété, créé le monde tel qu’il est, le monde où nous vivons, avec le péché prévu et toutes les misères qui en sont la suite. La gloire de Dieu, c’est que nous croyions à cet Amour-là, à cet Amour purement Miséricordieux.. « Ce qui plait au Bon Dieu dans ma petite âme, écrivait sainte Thérèse, c’est de me voir aimer ma petitesse et ma pauvreté, c’est l’espérance aveugle que j’ai en sa miséricorde ». Voilà ! Gardons bien cela dans notre âme.

« Gardons la foi à l’Amour purement Miséricordieux pour notre absolue misère. Osons entrer en relation avec Dieu avec notre misère. N’oublions pas que Dieu est le Père des miséricordes. C’est le titre qu’il aime. La foi, en nous proposons Dieu comme l’Amour Miséricordieux attire, invite, sollicite notre cœur à oser aimer Dieu. Voilà le trésor de l’Evangile.

Mais oui !c’est comme cela que saint Paul nous le donne à aimer : « Dieu qui est riche en miséricorde et à cause de l’immense amour dont il nous a aimé, lorsque nous étions morts par nos péchés, nous a vivifiés en Jésus-Christ » (Eph 2 4). Et saint Jean lui fait écho : « Cette charité consiste en ce que ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est Lui qui nous a aimés le Ier et qui a envoyé son Fils comme victime de propitiation pour nos péchés » (1 Jn 4 10).

Voilà la foi que l’Evangile demande.

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge

 

L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres de cette fête. Elle commence par ces mots : « O prima, Virgo, prodita e Conditoris spiritu »…, « O Vierge, la première issue du souffle du Créateur ». 
Après avoir parlé et exalté la Virginité de ND, puis sa Maternité divine, sa plus grande gloire, « Prédestinée à porter dans ton sein le Fils du Très Haut », ensuite son Immaculée conception :  « Ô Toi, …seule tu es comblée de grâce, intacte dès l’origine », enfin son rôle unique dans le mystère de la Rédemption elle est bien cor-redenptrice : « Dans ton sein, tu conçois la Vie et tu restitues la vie perdue par Adam, en donnant la chair à la Victime divine pour son Sacrifice », Notre auteur en vient dans la quatrième strophe à parler du mystère de ce jour l’Assomption de Notre Dame : «  Merces piaclo debita Devicta mors te deserit, Almique consors Filii ad astra fertis corporis »

« Salaire dû au crime, la mort vaincue s’éloigne de toi ; partageant le sort de ton Fils divin, avec ton corps tu es portée aux cieux ».

« La mort vaincue s’éloigne de toi » « Devicta mors te deserit » en tant que le Christ, par sa Résurrection, vainquit la mort, définitivement. La défaite pour la mort et pour Satan est totale, absolue.

Devicta, c’est le participe passé du verbe « devincere » qui veut dire « vaincre complétement ». « mors te deserit », « deserere » veut dire « abandonner » et dans un sens militaire « déserter ». Ce serait une bonne traduction. La Rédemption fut bien le beau combat du Christ sur le démon  ̶  et quel combat ! ̶  lequel, vaincu, déserta, se retira !

Notre auteur poursuit et confesse enfin le mystère de l’Assomption : « Almique consors Filii ad astra ferris corpore » « Unie de cœur à ton Fils divin, avec ton corps tu es transportée aux cieux »

Cette référence à l’Assomption de Notre-Dame après la claire allusion au triomphe du Christ sur le péché, la mort et sur Satan… par sa Résurrection,  est parfaitement en phase. Elle est parfaitement en situation, elle est même la bienvenue après cette confession du mystère du mal, du mystère du péché et de la mort vaincue par la Résurrection du Christ. La victoire du Christ en sa Résurrection et en son Ascension est la victoire absolue du Christ sur le mal, le péché et la mort. Il fallait aussi que Marie soit associée à cette victoire totale, elle qui fut tellement « unie à son Fils », « almi consors Filii ». Elle qui est la « co-rédemptrice ». Il faudra bien qu’un jour l’Eglise définisse cette vérité !

C‘est la raison que donna Pie XII dans son document définissant ex cathedra le mystère de l’Assomption. En raison de son union à son Fils, toujours constatée dans la vie et de l’enfance et de la vie publique du Christ, et surtout en son mystère de la Croix, elle ne pouvait en être séparée, un seul instant. Elle fut élevée en son corps, en son âme aux cieux pour rester unie à son Fils.

Mais ce qui est fort intéressant chez notre auteur dans cette hymne, c’est qu’il voit en cette Assomption de Marie l’exaltation de la nature humaine, la nôtre. Si Marie connaît l’exaltation de l’Assomption, si elle n’a pas connue la corruption de la chair, nous même nous participerons à cette exaltation de la chair, un jour !

C’est la doctrine exprimée dans la 5ème strophe :

«Resplandissant d’une si  grande gloire, la nature entière est exaltée, appelée en toi à toucher le sommet de toute beauté ».

Cette strophe est une affirmation vraiment émouvante. Cette Assomption est, il est vrai, pour la Vierge Marie, « une gloire immense » : « tanta gloria ». Imaginez ! En son corps et en son âme, elle est exaltée au Ciel ! Elle est dans la cours céleste, auprès de la Trinité Sainte, Reine des Anges et des Archanges. Peut-on imaginer pour Marie une plus grande « gloire ». Elle est louée en raison de sa beauté, de sa bonté ! L’auteur a raison de le confesser, après avoir confessé le triomphe du Christ sur le péché : « Tanta coruscans gloria », resplandissant d’une si grande gloire ». C’est la gloire de la béatitude éternelle. « Coruscans », « coruscus –a –um » qui veut dire « scintillant, brillant ». « Resplandissant d’une si grande gloire », c’est bien traduit.

Mais ce n’est pas seulement le Christ et Notre-Dame qui connaissent cette victoire et cette gloire  ̶  et au prix de quelles peines  ̶  mais c’est aussi la nature humaine tout entière qui participe, participera, en Notre Seigneur et Notre-Dame, de cette exaltation, de cette gloire : « la nature humaine entière est exaltée » « natura cuncta extolletur ».

« Exaltation » que notre auteur appelle, dans la finale de la strophe : « le sommet de toute beauté » « omnis decoris ». Quel fondement de notre espérance !

« appelée en toi à toucher le sommet de toute beauté »

« Cette exaltation de la nature humaine, sommet de toute beauté » est, en effet, un objet de notre Credo. Nous croyons, de fait, à la résurrection de la chair et à son exaltation dans le ciel. Et cette foi est fondée sur la propre résurrection du Christ. « Si les morts ne ressuscitent point, dit très bien l’Apôtre saint Paul, Jésus-Christ non plus n’est point ressuscité ; par conséquent, notre prédication est vaine, et notre Foi est vaine aussi ». Cette exaltation est fondée aussi sur les propres résurrections opérées par Jésus. En effet, Jésus-Christ, nous le savons, a ressuscité Lui-même, par sa puissance divine, de nombreux morts, le fils de la veuve à la porte de Naïm, son ami Lazare... Toutes ces résurrections confirment notre foi. Si nous croyons que ces morts ont été rappelés à la vie, pourquoi ne pas croire également que tous nous le seront un jour ? Oui, je crois au dogme de la Résurrection des corps qui a pour lui, dans l’Ecriture, de nombreux témoignages. Je me rappelle la dispute de Notre Seigneur avec les Sadducéens où Jésus conclut qu’à la résurrection des corps, les hommes « sont comme des anges de Dieu dans le ciel. Quelle exaltation de la nature humaine, sommet de toute beauté ! Et Jésus ne disait-il pas aux Juifs  que le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ». (Mt 22 32-33). On peut ajouter, entre autres, les paroles de Jésus en saint Jean : «l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix. Et ils en sortiront, ceux qui auront fait le bien pour une résurrection de vie (in resurrectionem vitae) ; ceux qui auront fait le mal, pour une résurrection de condamnation… ». Saint Paul, fidèle à son Maître, ne disait-il pas « le corps est semé dans la corruption, et il ressuscitera incorruptible ».Quelle exaltation de la nature humaine !

Notre auteur dit de même au sujet de « la nature humaine » « qu’elle est exaltée », « au sommet de toute beauté » : « natura cuncta extolletur ». Il dit vrai ! Car nos corps, qui étaient auparavant sujets à la mort, deviendront immortels, dès qu’ils auront été rappelés à la vie. on sait par l’Ecriture Sainte que les élus possèdent, possèderont des qualités très brillantes qui les rendront bien plus excellents qu’ils n’étaient auparavant, « au sommet de toute beauté ». Je veux parler de l’impassibilité, c’est-à-dire de ce don précieux qui les préserve, préservera de toute espèce de mal, de douleur. « Le corps est semé corruptible, dit l’Apôtre, il se relèvera incorruptible ». Et puis de la clarté qui rendra les corps des Saints aussi brillants que le soleil, Notre Seigneur l’affirme nettement dans saint Matthieu (Matt., 13, 43). Et saint Paul est bien fidèle à son Maître lorsqu’il utilise, pour décrire cette situation, le mot de clarté, le mot de gloire. Jésus-Christ, dit-il, reformera notre corps vil et abject, en le rendant semblable à son Corps glorieux. Et cette clarté n’est qu’un rayon de la souveraine félicité de l’âme rejaillissant sur le corps tout entier, et le corps sera heureux du bonheur de l’âme, comme l’âme n’est heureuse que parce qu’elle participe à la félicité même de Dieu. Pour décrire cette « exaltation de la nature humaine », je parlerai volontiers de l’agilité et de la subtilité, qualités qui ne peuvent que confirmer « cette merveilleuse exaltation » de la « nature humaine ».

L’exaltation de la « nature humaine » est pour nous l’occasion de lancer des louanges continuelles, à la Bonté et la Clémence de Dieu. Car toutes ces merveilles, « ce sommet de toute beauté » ne sont pas dus à nos mérites, mais à sa seule miséricorde et à sa toute-puissance qu’Il fait éclater d’abord dans le mystères de l’Assomption de Notre-Dame, preuve de l’Exaltation de la nature humaine qui touche le sommet de toute beauté. C’est ce que notre auteur confesse dans la finale de cette strophe.

Cette exaltation de la nature humaine est telle que l’on comprend que notre auteur puisse exprimer sa prière dans sa 6ème strophe : « Dans ton triomphe, Ô Reine, tourne les yeux vers nous pour que, de notre exil, nous puissions, sous ta protection, obtenir la bienheureuse patrie du ciel »

Notre auteur, très humain, sait que nous qui sommes encore dans « cette vallée de larmes », nous sommes soumis au combat spirituel contre les puissances de l’enfer. Nous n’avons pas encore obtenu le ciel, ni cette exaltation dans la gloire. La gloire est encore à venir. Elle est peut-être première dans l’ordre de la pensée. Elle est ultime dans l’ordre de l’exécution. Il nous faut combattre avec fidélité. Saint Pierre nous le dit, tous les soirs, dans le chant des Complies. Aussi avons-nous besoin de l’aide surnaturelle, de l’aide de Notre-Dame. Elle, elle a déjà triomphé « triumphans »… Nous, nous sommes encore en « exil » « exsules ». Ces mots, mis côte à côte, augmentent la force de l’idée exprimée : elle triomphe, nous nous sommes encore « au travail, dans le labeur ». Elle est Reine et donc toute-puissante ; nous, nous sommes encore à nous débattre. Nous avons besoin d’aide et de soutien. Qu’elle tourne alors ces regards « verte lumina » : « verte » est un impératif. C’est un appel suppliant, intense. « Lumina ». C’est très beau. « Lumen » a mille sens ; il veut dire « lumière », mais aussi « vie », « regard » « éclat », « ornement », « gloire », « clarté » et même « salut ». Ce sont tous les sens que donne le dictionnaire le Bornec. Il me semble que tous ces sens conviennent parfaitement au « regard » de Marie. « Son regard » est « une lumière », on l’appellera « étoile de la mer » pour guider le marin dans les tempêtes. Et sous ce rapport, on peut dire qu’elle est « le salut » du voyageur, du pêcheur, du « naufragé ». Son « regard » est « une gloire ». Les yeux sont la gloire d’un visage, par leur éclat ; nul doute que le regard de Marie devait être étincelant. Alors ses yeux étaient l’« ornement » de son visage. Qu’elle tourne « vers nous » « ad nos », ses yeux, dans tous les sens du mot, pour qu’elle soit notre « lumière », notre « guide », « notre salut », notre « émerveillement » pour que nous marchions vers le Ciel avec allégresse : « pour que, de notre exil, nous puissions, sous ta protection, obtenir la bienheureuse patrie du ciel », « caeli ut beatam patriam, Te, consequamur, auspice » : « Auspice » est ici traduit par « sous ta protection ». Ce n’est pas mal. Mais je traduirais plus volontiers par « sous ton commandement », « sous ta direction ». Notre-Dame, dans la pensée de l’auteur, est vraiment impliquée dans le salut du genre humain.

7ème strophe

« Jesu, tibi sit gloria Qui natus es de Virgine, Cum Patre et almo Spiritu, In sempiterna saecula »

« Ô Jésus, à vous soit la gloire, qui êtes né de la Vierge, avec le Père et l’Esprit Saint, aux siècles des siècles ».

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix »

« Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »

 

Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité ». Tu n’as pas connu le temps de la venue du Messie. Non seulement, tu ne l’as pas connu…mais tu l’as refusé. Tu l’as refusé méchamment, avec haine et ruse… alors que ce Messie, annoncé par tes prophètes, te fut comme montré du doigt par le dernier des prophètes, saint Jean Baptiste : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui enlève le péché du monde ». Mais tu préféras les ténèbres à la lumière. « Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu » (Jn 1 12)

Oui ! Terrible reproche. Terrible menace, aussi…Et la puissance romaine sous Titus détruisit Jérusalem, 40 ans à peine après la mort du Seigneur. Il ne resta pas pierre sur pierre et le Temple fut détruit.

Ce reproche, NSJC, tout également, pourrait l’adresser à notre patrie. Elle fut chrétienne. Elle fut catholique. Elle fut, depuis Clovis, et le baptême de ses Francs, depuis l’évêque saint Rémi de Reims, « la fille aînée de l’Eglise ». Elle s’inspira longtemps, des siècles durant, de l’Evangile du Seigneur, des lois de l’Eglise dont elle fut, au premier rang, la protectrice. Elle donna à l’Eglise de nombreux saints, parmi les plus beaux de ses saints : saint Louis, sainte Jeanne d’Arc, saint Jean Eudes, saint Vincent de Paul, le saint Curé d’Ars…saint Thérèse de l’Enfant Jésus, la plus grande sainte des temps modernes, dira Pie XI. Elle sut porter par ses guerriers, ses colons et ses missionnaires, le nom du Christ, au-delà de ses frontières. Elle sut « évangéliser ». Elle avait l’honneur du nom de Jésus, son Seigneur et Maître. Elle aimait sa doctrine, ses commandements. C’est cette doctrine chrétienne qui inspira l’art, la littérature, la musique de notre peuple. Elle aima le chant de l’Eglise, le chant grégorien. Elle aimait sa liturgie, la liturgie romaine, celle qui, à l’Eglise, venait du fin fond des âges, de Saint Grégoire le Grand, au quatrième siècle et qui, à travers le temps, fut recueillie par l’œuvre magistrale du Concile de Trente et légué aux générations avenir…jusqu’à nous. Etonnez-vous que la résistance à la destruction liturgique fut, au début, essentiellement française et cela, jusque dans les campagnes les plus lointaines, le Chamblac par exemple, l’humble village de M l’abbé Montgomery Wright qui, dans cette défense, connu son heure de gloire. Oui ! La France fut chrétienne. Ce fut sa gloire.

Elle ne l’est plus aujourd’hui. C’est sa ruine. Ce sera notre malheur.

La France s’est détournée de son Vrai Dieu, de son Sauveur. Elle le refuse comme hier Israël refusa son Messie. Elle le combat, ouvrant même, imprudemment, les frontières à l’islam, la religion la plus opposée au christianisme. Où en est le christianisme dans le bassin méditerranéen, hier chrétien. Chrétienne, l’Egypte. Chrétienne, la Turquie… Aujourd’hui, la France s’oppose à la Loi de Dieu, à ses commandements. Elle est capable aujourd’hui, par la voix de ses chefs, d’affirmer que « la loi positive, celle des ses assemblées, est supérieure à la loi de Dieu», celle du Créateur. Elle est capable ainsi de légiférer contre la loi des commandements de Dieu. Elle ne veut plus qu’il possède sur sa propre créature, le moindre domaine. Alors qu’Il est tout. Qu’il est le Seigneur, le Créateur de toute chose. Elle ne veut plus qu’il règne sur elle.

Et c’est ainsi que, sous la pression d’abord de la Renaissance, puis des philosophes des Lumières, au 18ème siècle, puis des hommes politiques de la 3ème République après la chute de Troisième Empire et la défaite des armées françaises à Sedan, au 19ème siècle, nous avons vu le triomphe, dans notre pays, du naturalisme. Nos évêques, à l’époque, Mgr Pie, Mgr Freppel, Dom Guéranger en ont dénoncé le mal… Mais n’ont pu ni l’enrayer, ni le contrer ni s’opposer à son extension, il triomphe aujourd’hui partout, dans l’univers individuel et familial et dans l’univers social et politique.

Mais quel est donc ce naturalisme corrupteur de l’âme française ?

Le Concile du Vatican Ier le définit comme étant la prétention dogmatique et pratique de tout réduire à la nature et de refuser. Jean Daujat dirait que le Naturalisme est la doctrine qui n’admet rien d’autre que la nature. Le cardinal Pie le définit comme étant ce système philosophique « où la nature devient une sorte d’enceinte fortifiée et de camp retranché, où la créature s’enferme comme dans son domaine propre et tout à fait (indépendant de Dieu) » ( Œuvres du Card. Pie 7 191). Ainsi la nature se pose comme étant complètement maîtresse d’elle-même, armée d’imprescriptibles droits, et totalement autonome vis-à-vis de Dieu. Vis-à-vis de Dieu et de sa Révélation, de ses lois, de ses propositions, elle est absolument indépendante. Elle se suffit à elle-même. Elle possède en soi ses principes, sa loi, sa fin. Elle est à elle-même son propre monde. Elle est son propre « Dieu ». Là est le fondement de la doctrine révolutionnaire de la souveraineté de l’homme, incarnée dans la souveraineté du peuple. Le peuple est sa propre loi qui est définit comme « l’expression de la volonté générale ». La nature est à elle-même son propre « trésor ». Il n’y a que celui-là qui compte.

On ne peut imaginer opposition plus radicale avec le Christianisme.

Pour le Christianisme, Dieu lui est tout. Le Christianisme, c’est Dieu révélé en ses mystères , confiés à l’Eglise pour leurs gardes et leurs diffusions, proposés à la foi. San être contre la raison, loin de là, ils sont l’objet de la foi.

Le christianisme dans son essence est tout surnaturel, ou plutôt c’est le surnaturel même en substance et en acte. Dieu se révèle à mon intelligence. Je reçois la foi, le mystère. Le christianisme, c’est Dieu surnaturellement révélé et connu. Mais c’est aussi Dieu surnaturellement aimé et servi, surnaturellement donné, goûté et possédé : c’est tout le dogme, toute la morale, tout le culte et tout l’ordre sacramentel chrétien. La nature y est indispensable, - La grâce ne supprime pas la nature -, mais elle y est partout dépassée, surélevée. Le Christianisme c’est la déification de la nature créée. « Vous êtes fils de Dieu ». Telle est la volonté de Dieu. « A tous ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu ; à ceux qui croient en son nom, qui ne sont pas nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu ». (Prologue de saint Jean)

Or le naturalisme nie tout cela. Il le nie comme nécessaire et obligatoire. Dès lors le Christianisme, aujourd’hui, pour nos hommes politiques, est une usurpation et une tyrannie. Le naturalisme est ainsi un pur antichristianisme. Il nie qu’il y ait des dogmes, qu’il puisse y en avoir. Ainsi le naturalisme nie que Dieu soit « révélateur ». Il l’élimine du monde et de la création. C’est pourquoi le Concile du Vatican I affirme que le naturalisme « est en tout point en opposition à la religion chrétienne » et que sa secrète intention, son besoin essentiel, sa passion obstinée, et, dans la mesure où il y réussit, son œuvre réelle, c’est de détrôner le Christ et de la chasser de partout : ce qui sera la tache de l’antéchrist et ce qui est l’ambition suprême de Satan.

Ne voyez nulle part ailleurs la raison de l’expulsion des religieux, des jésuites, des bénédictins de nos monastères de notre sol français, à la fin du 19 siècle et au début du 20ème. C’est ainsi que Dom Guéranger, vers la fin de sa vie, dut quitter son monastère de Solesmes par lui restauré….l’exil des Chartreux…

La loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la spoliation des biens de l’Eglise, pour en affaiblir l’heureuse influence, l’extension du laïcisme dans les écoles, dans nos écoles catholiques par l’acceptation de la loi Debré, en 1958, ce sont les œuvres du naturalisme politique. . Quel mal terrible cette loi de Michel Debré n’a-t-elle pas faite dans notre France Chrétienne. J’affirme que la loi Debré est à l’âme française ce que la loi Weill est à nos enfants à naître : une loi de mort.

Le dernier mot du naturalisme, c’est de chasser NSJC de partout. Il s’agit de l’exclure de la pensée et de l’âme des hommes, de le bannir de la vie publique et des mœurs des peuples, pour substituer à son règne ce qu’on appelle le pur règne de la raison ou de la nature.

Ainsi face à ce naturalisme, ne craignons pas d’opposer l’enseignement de l’Eglise qui nous enseigne que Dieu, par un acte libre de son amour a établi un lien transcendant entre notre être et le sien. « Nous sommes fils de Dieu ». Nous disons qu’un pareil lien n’était pas nécessaire en soi, qu’il n’était commandé par aucune exigence de notre être, qu’il est du à la charité immense, la libéralité gratuite de Dieu envers sa créature. Nous proclamons que ce lien, par suite de la volonté divine, est devenu obligatoire et nécessaire ; qu’il subsiste éminemment en Jésus-Christ et qu’il subsistera éternellement en Jésus-Christ, Dieu et homme tout ensemble, nature divine, nature humaine toujours distinctes mais irrévocablement unies en sa personne. Nous ajoutons que ce lien doit s’étendre, de la volonté même de Dieu, à tous les hommes dont le Christ est le chef. - Il est la Tête de son corps - et qu’aucun être moral, soit individuel et particulier, soit public et social, ne peut le rejeter ou le rompre sans manquer à sa fin et par conséquent sans se nuire mortellement à lui-même. Telle est la substance même du Christianisme.

Ce lien, c’est l’ordre, c’est le salut. Sa rupture, son rejet, c’est le désordre, c’est la ruine temporelle et éternelle. C’est notre France aujourd’hui.

Mais grâce à vos belles familles, grâce à l’éducation que vos enfants y reçoivent, - méfiez-vous cependant des écoles dites « libres» - grâce à votre piété, il n’en sera pas toujours ainsi. « Si la France savait son avenir, disait un jour Pie X, elle pavoiserait ». Vivons de cette espérance.

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements.

Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune.

Il me semble que la famille est le lieu le plus parfait pour apprendre aux enfants la pratique des 10 commandements, c’est-à-dire la pratique de la loi donnée par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï et qui vaut pour le peuple hébreu mais aussi pour le peuple de la Nouvelle Alliance puisque Jésus est venu l’accomplir et non l’abolir : « Je ne suis pas venu pour abolir la loi mais pour l’accomplir ». Il l’a accomplie de fait et au prix de quel sacrifice, de son Sang !

Ces dix commandements, vous le savez,  se résument, selon  NSJC lui-même, à deux : celui d’aimer Dieu et d’aimer son prochain. « Les Pharisiens, ayant appris que Jésus avait réduit au silence les  Sadducéens, se rassemblèrent. Et l'un d'eux, docteur de la loi, lui demanda pour l'embarrasser : " Maître, quel est le plus grand commandement de la Loi? " Il lui dit : " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. C'est là le plus grand et le premier commandement. Un second lui est égal : Tu aimeras ton proche comme toi-même. En ces deux commandements se résument toute la Loi, et les Prophètes. » (Mt 22 40)

Vous conviendrez avec moi que la famille, par ce qu’elle est, à savoir, l’enceinte de la charité, est vraiment  le meilleur endroit pour apprendre à l’enfant à aimer Dieu et à aimer son prochain.

Ces dix commandements sont aussi le résumé des devoirs que nous devons envers Dieu et envers le prochain. Or la famille est encore le lieu de l’apprentissage des devoirs puisqu’elle est « le lieu du devoir » accompli par l’exemple donné et par le père qui fait son devoir et par la mère qui accomplit  son et ses devoirs. Ils en donnent l’un et l’autre l’exemple aux enfants.

Ces dix commandements ont Dieu pour auteur. Vous vous souvenez de la communication de la loi sur le haut de la montagne, le mont Sinaï, dans le désert au milieu des tonnerres, des feux et des éclairs et d’un nuage épais qui couvrait toute la montagne. Si donc Dieu est l’auteur de la loi, des commandements, tous nous devons à cette loi, respect et obéissance. Mais ne confesserez-vous pas avec moi, que la famille est encore merveilleusement  adaptée pour faire aimer la loi de Dieu puisque la famille est le lieu d’apprentissage et de l’obéissance…aux parents et du respect…aux parents. Et ce que l’enfant apprend vis-à-vis des parents, il le fera spontanément vis-à-vis de Dieu qui est le meilleur des Pères. « Dieu est si bon que meilleur ne se peut… » disait, je crois,  saint Louis.

La pratique des 10 commandements a l’avantage pour nous, non seulement d’assurer la gloire de Dieu, mais également d’assurer notre propre bien. En effet, comme le dit le prophète : « Dans l’accomplissement de la loi se trouvent d’abondantes récompenses » (Ps 18 12). Dieu, en effet, ne nous promet pas seulement les biens terrestres mais il propose encore « un immense trésor dans le ciel, une mesure pleine, pressée, entassée, coulant par-dessus les bords…Mais la famille est aussi le lieu de l’abondance, elle nous fait aimer l’abondance dans l’accomplissement des œuvres de justice et de piété. L’un ne va pas sans l’autre.

Voyons les choses un peu plus en détail.

La famille et les trois premiers commandements : « Un seule Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement », « Dieu en vain tu ne jureras ni autre chose pareillement » « Les dimanches tu garderas en servant Dieu dévotement »

Comme vous le voyez la première des deux Tables de pierre renferme les Commandements qui ont Dieu pour objet. Dieu est digne d’amour, de respect et de soumission. C’est Lui qui nous a créés : c’est Lui qui nous conserve, qui nous nous nourrit dès le sein de notre mère, qui nous appelle à la Lumière, C’est Lui qui nous fournit toutes les choses nécessaire à notre vie et à  notre entretien. C’est Lui le Père de l’abondance. C’est Lui qui, se faisant l’un des nôtres,  nous élève à la dignité de fils de Dieu, nous fait enfants de Dieu, nous fait participants de sa nature divine. C’est Lui qui nous donne ainsi  l’espérance du salut, l’espérance du Ciel ; c’est Lui qui nous donne la Vérité ; c’est lui  alors qui nous donne le bonheur de l’intelligence. C’est Lui, vraiment,  le Dieu de l’abondance…Mais la famille est analogiquement la même chose. C’est le lieu de la vie, de l’être, de la protection, de l’abondance, de la multiplicité des biens. C’est elle qui donne un nom. Nom que nous sommes fiers de porter et qui nous donne des obligations, des devoirs. Nous ne pouvons y déroger. Ce nom de famille est même notre bien.  Il est la raison de notre amour. Oui, la famille est digne d’être aimé, respecté. Analogiquement, les raisons,  qui nous font aimer notre famille, sont celles qui nous font  aussi aimer Dieu. La différence est que Dieu est le bien infini, ce que n’est pas la famille, Il doit être aimé infiniment. Toutes ces raisons peuvent aider les parents à convaincre l’enfant à aimer Dieu infiniment, plus que père et mère…Plus que père et mère,  parce ce qu’ils offrent, eux,  ne sont que des biens finis…Mais participants  de la bonté de Dieu, par la surabondance de biens qu’ils donnent, ils doivent être aimés. Ainsi du père et de la mère, ainsi de la famille. Ainsi de Dieu,  Développez en vos enfants l’amour de la famille et de ses biens et vous développerez en leur cœur les raisons d’aimer infiniment le Bon Dieu. Les bienfaits que l’on peut tirer de la famille et quel enfant raisonnable ne les aimerait pas, peut être un exemple pour faire aimer les bienfaits de Dieu qui sont infinis. Mais il ne faut jamais oublier, dans ce raisonnement, lorsqu’il est fait et s’il est fait, la Transcendance divine. Dieu est par Lui-même, digne d’être aimé infiniment par et pour Lui-même. Nous nous ne sommes que des êtres par participation, dès lors, la famille, qui participe à la libéralité divine,  doit être aimée.

Ainsi devons-nous rendre à Dieu et à lui seul un culte saint et plein de respect.

Mais qui veut être honoré veut par là-même qu’on parle de lui avec une déférence parfaite. Il défend même le contraire. C’est ce que nous indique clairement le Seigneur dans Malachie : « Le fils doit honorer son père et le serviteur son maître ; si donc Je suis votre Père, où sont les honneurs qui me sont dus » (Mal. 1 6). Ainsi ce que la loi commande dans ce second commandement, c’est d’honorer le saint nom de Dieu et de ne jurer par ce nom qu’avec un religieux respect. Ce qu’elle défend, c’est que personne n’ose mépriser ce Nom sacré, ne le prenne en vain et ne juge à faux par Lui, témérairement ou sans motif…Mais dites-moi où ces notions de respect, d’honneur sont enseignées sinon dans la famille…Et si aujourd’hui ces notions de respect et d’honneur disparaissent, et si donc le nom de Dieu est invoqué en vain, c’est parce que la famille disparaît et ne joue plus son rôle d’éducatrice…On n’enseigne plus le respect du père et de la mère…Ils  oublient même leur dignité…parfois. Comment voulez-vous qu’ils enseignent alors l’éternelle Majesté de Dieu et sa Toute Puissance qu’exprime le saint Nom de Dieu ? Comment voulez-vous que les enfants, alors, louent Dieu ? Oh quelles sont belles, au contraire, ces familles où les parents, le soir, endorment leurs enfants dans la louange du saint Nom de Dieu confessant qu’Il est notre Seigneur et notre Dieu, que Jésus est l’auteur de notre salut et le proclame hautement, célébrant ses louanges, lui rendant actions de grâces. « Mon âme bénis le Seigneur et n’oublie jamais les grâces que tu as reçu de lui »

Le troisième commandement a pour objet le culte extérieur que nous devons à Dieu. Et ce culte extérieur a mille avantages pour nos familles. Ce culte consolide la famille et l’unifie autour de l’autel. Il nous permet de jouir de la présence de Dieu et de converser avec Lui. De prier et  contempler  la Majesté de Dieu. Là, à l’Eglise, les dimanches nous nous entretenons réellement avec Dieu. Nous approfondissons les vérités religieuses. Dans le saint Sacrifice de la messe, nous adorons NSJC véritablement présent sur l’autel. Cette présence est la joie de nos âmes et la joie de la famille. Le dimanche, la famille vit à l’unisson. On est tous ensemble ! Ce dimanche nous fait comprendre aussi que nous appartenons à une communauté. Nous sommes de ce clocher.  Et ainsi vivons-nous des événements de la communauté. Nul doute que les habitudes de la vie familiale et l’esprit de service qui y est développé auprès de tous, aident chacun à s’investir dans la vie paroissiale et à participer au bien commun.

Il est bien évident que les 7 autres commandements qui se résument à l’amour du prochain, nous dit NSJC, trouvent dans la vie familiale leur exercice et application. En quelques mots, voyons la chose. « Tes pères et mères honoreras afin de vivre longuement ». Où cet honneur peut-il se mieux vivre que dans la famille ? Là, les enfants sont appelés à la piété filiale. Ils se savent les débiteurs des parents. Jamais ils ne pourront donner autant qu’ils ont reçu. C’est pourquoi les parents sont dignes d’honneur, comme Dieu est digne d’honneur. Et doivent être aimés comme Dieu doit être aimé en raison de sa libéralité. « Homicide point ne sera de fait ni volontairement » C’est affirmer tout également le respect de la vie des personnes. Mais où donc mieux qu’en famille se forme ce respect de  la vie. La famille n’est-elle  pas, par excellence,  le lieu de la vie. « Luxurieux point ne seras de corps ni de consentement ». C’est bien en famille que  se trouve enseigné, de facto, la pureté, Les enfants voient l’amour chaste et enflammé de leurs  parents. Ils aiment cela. Ils sont heureux du bonheur juste des parents. Ne vous laissez surtout pas ravir par l’Etat et l’Education nationale cette obligation de l’éducation de la pureté. « Le bien d’autrui tu ne prendras ni retiendra en le sachant ». Le respect du bien d’autrui …Mais c’est en famille qu’il s’aiguise. Le frère sait faire respecter son bien. « C’est à moi ». Il faut que parfois parents s’en mêlent pour faire respecter le droit. Le bien de Gertrude ! « Faux témoignage ne diras ni mentiras aucunement ». Là aussi l’apprentissage du vrai se forme déjà en famille. « L’œuvre de chair ne désirera qu’en mariage seulement ». Les ainés des familles chrétiennes qui sont sur le point de se marier, en portent témoignage. Ils sont modèles et en donnent l’exemple. Ce qui édifie les plus jeunes dans leur croissance et leur désir d’aimer. « Biens d’autrui ne convoiteras pour les avoir injustement ». C’est autrement dit la justice. Or la justice est la vertu qui sait rendre  à chacun son bien. Mais c’est d’abord entre frères et sœurs que ce nième commandement s’apprend.

Concluons : Voulez-vous trouver une civilisation qui vit les 10 commandements et les pratique concrètement, développez les familles, favorisez la vie familiale et ne l’étouffez aucunement.

10éme Dimanche après la Pentecôte

 

« Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »

 

Ce sera le thème de notre entretien dominical.

« Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec amour la gloire de son Seigneur et Maître, la gloire de NSJC.

Le « gloria » de notre sainte messe est comme le « compliment » - plus que cela même - que nous adressons à NSJC, tous les dimanches, et le prêtre tous les jours, - et c’est du reste assez à son bonheur. Oui ! Ce « gloria » nous le disons avec le même amour que l’enfant prononce son compliment à sa mère à la fête des mères. Nous le chantons avec amour parce que nous revoyons en cette hymne toutes les vertus du Christ.

Après, en effet, nous être adressés au Père, et avoir chanté sa louange, sa gloire, avoir manifesté notre adoration parce que le Père est « Seigneur, Dieu, Roi du Ciel, Dieu, Père tout puissant » - la vénération est dûe à une personne en raison de sa majesté- Oui ! Après nous être adressé au Père, nous nous adressons au Fils et nous rappelons sa filiation unique, « Domine Fili unigenite » Nous chantons ainsi sa noblesse, sa totale perfection.  Il est Dieu, né de Dieu, lumière née de la lumière. « Domine Deus ». Nous rappelons son œuvre rédemptrice, sa grande œuvre. Et quoi de plus honorifique, de plus  gratifiant que de rappeler à quelqu’un ces nobles actions ! Celui-ci en tire juste fierté ! Il y est donc sensible. «C’est ce que nous  faisons lorsque nous disons à ce Christ, majestueux : « Agnus Dei, Filius Patris ». « Agnus Dei ». C’est, du reste, saint Jean Baptiste, le premier du Nouveau Testament, voilà deux mille ans, qui le présenta ainsi au monde, d’abord à ses propres disciples : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui ôte le péché du monde ». Et quelle ne fut pas son admiration amoureuse lorsqu’il a dit : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe, et il s’est reposé sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, m’a dit : Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et se reposer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint. Et moi j’ai vu et j’ai rendu témoignage que celui-là est le Fils de Dieu » (Jn 1 29-34). Nous souvenant  de cet enseignement johannique, nous prononçons cet « Agnus Dei », que nous  répéterons avant notre propre communion, avec une infinie reconnaissance, un immense amour, faite d’action de grâce et de confusion. De confusion…Oui !  C’est pourquoi nous disons une strophe plus loin « Vous qui effacez les péchés du monde ayez pitié de nous » et surtout recevez « cette prière », c’est-à-dire ce « miserere nobis » très sincère. Et c’est alors que le baptisé poursuit son chant amoureux et s’élève à la sainteté du Christ Seigneur : « Quoniam tu solus sanctus », « tu solus Dominus », « Tu solus altissimus, Jesu Christe ».

Vraiment celui qui est animé du souffle de l’Esprit Saint ne peut pas ne pas chanter au Seigneur son amour et sa reconnaissance et sa piété… Et tout cela constitue sa piété qu’il exprime, oui !,  dans ce beau chant du « Gloria » de notre belle messe.

Et comment, je vous prie,  pourrait-il dire « anathème à Jésus », celui qui médite l’œuvre du Christ ? Il aurait un cœur bien malade. Il serait bien indigne et serait un triste sire, oubliant la simple reconnaissance. Mais la reconnaissance participe de la justice qui nous fait rendre à Dieu et au prochain ce qui lui est dû. Oui ! Comment pourrait-il lancer « l’anathème » à Celui qui a été fait, par la volonté divine, la « pierre d’angle », la pierre fondamentale, à celui qui est « l’Alpha et l’Omega », « le principe et la fin »,  sur qui tout repose, le salut, notre salut, la vie éternelle, notre vie éternelle, la joie de vivre ici bas et dans l’autre à jamais.

Vraiment saint Paul a raison de dire « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »…Il ne le peut. Cela ne peut sortir de sa bouche.

Par contre, il n’en est pas de même pour ceux qui ne sont pas animés de l’Esprit Saint et qui refusent même l’Esprit Saint et qui se dressent même contre cet Esprit et qui veulent même lui fait la guerre.

Je veux parler des ennemis de Dieu, du Christ et de son Eglise,

Je veux parler de ceux qui ont la haine au cœur, qui refusent la Révélation surnaturelle de Dieu, qui refusent tout dogme catholique, toute Eglise catholique, qui dressent leur « moi », leur « subjectivité » contre Dieu même et sa loi et son Décalogue, qui affirment donc  leur « autonomie », leur « indépendance » vis-à-vis de Dieu et de sa Révélation,  qui ne veulent et ne croient qu’en un « monde rationaliste », «  naturaliste » qui ont une haine de la religion révélée et de son fondateur  - notre époque marque la conclusion de la plus grande guerre de religion de l’histoire, et ceux qui la font, la font avec un élan toujours plus prégnant et une ardeur renouvelée… alors que ceux qui la subissent – à quelques exceptions près -  la subissent passivement – C’est terrible ! –

Je veux parler de ceux qui invoquent le seul et exclusif « libre arbitre», proposition  maçonnique par essence, alors ceux là peuvent dire volontiers « anathème à Jésus ». Car l’affirmation du libre arbitre exclut, per se, l’existence d’une Vérité objective. « Anathème » alors à Celui qui a dit : « Je suis la Vérité et la Vie ». Si chacun, au titre du « libre examen »,  peut s’enorgueillir d’une vérité qui lui soit propre, l’unique erreur est de soutenir qu’il existe une vérité unique. Alors « Anathème à Jésus », « Anathème à l’Eglise » qui professent cette unique vérité de Dieu.

Je veux parler de ceux qui, en raison de leur  « libre examen », introduisent dans la pensée humaine le « relativisme » sur ce qui est Bien et sur ce qui est Juste. Si le « relativisme » est le vrai, alors sus à toutes autorités naturelles : elles doivent être balayées parce qu’obstacles à l’affirmation de mon « moi » et de ma « vérité ». La plus grande aversion sera logiquement réservée à l’Eglise catholique, dépositaire avec son chef, le Pape, du message du Divin Maître qui nie toute autre voie de salut hors Lui, le Christ, appelant voleurs et brigands ceux qui s’étaient jusqu’alors annoncés en Son nom. Oui ! « Anathème à Jésus ». 

Je  veux parler de ceux qui refusent l’axiome chrétien, et qui le nient, à savoir « nulla potestas nisi a deo », ne fondant l’autorité que sur le nombre, ceux-là, oui ! vont lancer l’« anathème à Jésus ». Car ce Jésus les contredit : « Tu n’aurais, Pilate, aucun pouvoir sur moi s’il ne t’avait pas été donné d’en haut ».

Je veux parler de ceux qui ont élaboré tout un plan de domination de l’homme sur l’homme en dehors de tout le plan divin, et qui inclut l’avortement et demain l’euthanasie, alors ceux-là ont déclaré la guerre au Christ et à son Eglise, ont déclaré « anathème à Jésus », Lui qui est l’auteur de la Vie.

Je veux parler de ceux qui, dans le secret des loges maçonniques constituent une « hiérarchie occulte » qui veille à la réalisation de ce plan dit « humaniste » , pour ne pas dire de « carnalisation de l’homme» ; ils veillent à la transmission de ce « dépôt » qui a pour but d’asservir l’humanité à la « potestats tenebrarum », - et ne cherchez pas ailleurs que là, le développement des « gay pride » et autres réunions de « Rock hard »… alors ceux-là dans leurs convents, lancent « anathème à Jésus ».

Je veux parler, en un mot, des personnes  qui constituent cette « contre-Eglise » tendant à s’approprier même toute valeur religieuse et politique. - Et les journées répétées d’Assise ne seraient peut-être pas étrangères à ces plans cachés…Car l’instauration d’une religion mondialiste fait bien parti de leur programme…

Je veux parler de la Révolution qui est la finalité de cette « Contre-Eglise » et qui a, comme le dit Mgr Gaume, « la haine de tout ordre que l’homme n’a pas établi et dans lequel il n’est pas roi et Dieu tout ensemble ». Révolution qui est «  la proclamation des droits de l’homme sans souci des droits de Dieu ». Qui est « la  fondation de l’état religieux et social sur la volonté de l’homme au lieu de la volonté de Dieu ». Qui est « Dieu détrôné et l’homme a sa place (l’homme devenant à lui-même sa fin). Mais c’est là une œuvre essentiellement satanique. Voilà pourquoi cette Révolution, c'est-à-dire ce renversement de tout l’ordre divin, a la haine de Jésus, et ne peut dire qu’ « anathème à Jésus ». Elle est nourrie d’un acharnement inlassable contre l’œuvre du salut et de restauration du Verbe incarné. Détruire son œuvre sera son but. Cette Révolution a donc la haine de l’ordre chrétien. Elle s’en prendra au Christ. Et à son Eglise. Jules Ferry dira : « mon but est d’organiser l’humanité sans Dieu ». Clemenceau dira dans le même sens : « Depuis la Révolution, nous sommes en révolte contre l’autorité divine et humaine » ou encore : « Rien ne sera fait dans ce pays tant qu’on n’aura pas changé l’état d’esprit qui y a introduit l’autorité catholique ». La République s’y emploie… Viviani disait : « Nous ne sommes pas seulement en présence des congrégations, nous sommes en face de l’Eglise Catholique pour la combattre, pour lui livrer une guerre d’extermination ».

« Anathème à Jésus ». « Anathème » ? Qu’est-ce à dire  sinon « excommunication ». Jeter, mettre hors la communion. « Anathème à Jésus ». Qu’il ne règne plus sur nous. Nous ne voulons plus de son Règne. Qu’Il soit hors la loi, hors de toutes nos  société.

On ne peut que se souvenir avec joie des paroles que Benoît XVI adressait aux jeunes aux JMJ de Madrid : « bâtissez votre vie sur le fondement solide qu’est le Christ. Cette sagesse et cette prudence guideront vos pas, rien ne vous fera trembler et la paix régnera dans votre cœur. Alors, vous serez heureux, contents, et votre joie se communiquera aux autres. Ils se demanderont quel est le secret de votre vie et ils découvriront que le roc qui soutient tout l’édifice et sur lequel s’appuie toute votre existence est la personne même du Christ, votre ami, frère et Seigneur, le fils de Dieu fait homme, qui donne consistance à tout l’univers. Il est mort pour nous et il est ressuscité pour que nous ayons la vie et, à présent, depuis le trône du Père, il demeure vivant et proche de tous les hommes, veillant continuellement avec amour sur chacun de nous ».

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort.

La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ

 

 

MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements.

« Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il disait encore que « la fin du péché c’est la mort ».

C’est un fait. C’est un fait non seulement moral mais théologal.

Moral. Regardez ces jeunes drogués, prenez les en flagrant délit de « fortes doses », c’est bien souvent la mort. Et si ce n’est pas la mort, c’est la dégénérescence de leurs facultés spirituelles, de leur équilibre nerveux. Ils perdent tout sens du bien et sombre souvent dans la dépression nerveuse ou dans l’instabilité, leur volonté étant détruite. Je ne crois pas nécessaire d’insister pour prouver que sur le plan moral, psychologique, la fin du péché, c’est la mort. « Stipendia peccati mors ».

Mais c’est aussi un fait théologal. Un fait enseigné par la Révélation.

Prenez les premières paroles de la Genèse : « Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder. Et Dieu donna à l’homme cet ordre : « Tu peux manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras tu mourras certainement »…Puis Dieu donna à l’homme la femme qu’il tira de sa chair. Elle devint « l’os de ses os, la chair de sa chair ». Le démon enfin tenta la femme : « Est-ce que Dieu aurait dit : « Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin ? La femme répondit au serpent : « Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point, de peur que vous ne mouriez ». Le serpent dit à la femme : « Non, vous ne mourrez pas ; mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal ». « La femme vit que le fruit de l’arbre était bon à manger, agréable à la vue et désirable pour acquérir l’intelligence ; elle prit de son fruit et en mangea ; elle en donna aussi à son mari qui était avec elle, et il en mangea ». Alors, vous connaissez la suite : ils virent qu’ils étaient nus, ils se cachèrent, mais Dieu passant dans le jardin à la brise du jour appela l’homme et lui dit : est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? Il répondit : « La femme que vous avez mise avec moi m’a donné du fruit de l’arbre et j’en ai mangé ». Alors Dieu fit tomber sa sentence d’abord sur le serpent, ensuite sur la femme et enfin sur l’homme, Adam : « C’est à la sueur de ton front que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre parce que c’est d’elle que tu as été pris ; car tu es poussière et tu retourneras en poussière »…Et Dieu le fit sortir du jardin d’Eden, pour qu’il cultivât la terre d’où il avait été pris. Et il chassa l’homme et il mit à l’Orient du jardin de l’Eden les chérubins et la flamme de l’épée tournoyante pour garder le chemin de l’arbre de vie ». (Gen 2 et 3) Et il dit au serpent : « Parce que tu as fait cela tu es maudit entre tous les animaux domestiques et toutes les bêtes des champs…Et je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; et celle-ci te meurtrira à la tête et tu la meurtrira au talon » (Gen 3 15).

La mort est ici nettement mise en relation avec le péché mettant en lumière la phrase de saint Paul : « Stipendia peccati mors », « le salaire du péché c’est la mort ».

Nous pourrions multiplier les textes de l’Ecriture qui mettent en claire évidence cette affirmation paulinienne. Par exemple, le récit du déluge. Alors que les hommes eurent commencé à être nombreux sur la terre, Dieu « vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal, Dieu se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre et décida son extermination. Alors Dieu dit à Noë : « La fin de toute chair est venu devant moi, car la terre est pleine de violence à cause d’eux ; je vais les détruire, ainsi que la terre »…Fais-toi une arche de bois…. « Et moi je vais faire venir le déluge, une inondation de la terre…tout ce qui est sur la terre périra. Mais j’établirai mon alliance avec toi ».

Là aussi, il est clairement affirmé que la mort est lié au mal, au péché : «Il vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal » et le déluge eut lieu.

Oui ! Nous pourrions, vous dis-je, multiplier les exemples scripturaires. Toujours, la mort est liée au péché. « Stipendia peccati mors ». Saint Paul a raison. Le salaire du péché, non repenti, c’est la mort. Ainsi de l’exemple du Judas. Après avoir trahi son maître, il alla se pendre. Ainsi de l’exemple du mauvais larron. …

Mais sain t Paul dit aussi : « la grâce de Dieu c’est la vie éternelle ». Merveilleuse phrase pleine d’espérance. Telle est la pédagogie de Dieu, l’économie de Dieu, une économie de salut, de vie éternelle, et non point de mort.

Dieu veut la vie. L’homme qui se détourne de Dieu et de sa volonté, au contraire veut et fomente la mort. Notre siècle est vraiment le siècle de la mort parce qu’il est le siècle de l’oubli de Dieu, le siècle du mal. L’avortement. C’est la mort de la vie. L’eugénisme, c’est la mort de la vie. On dit que l’Allemagne s’apprête de légiférer en ce sens. Mais vous avez déjà les Pays Bas, la Belgique, le Luxembourg…Et donc l’Allemagne, bientôt…Allez nier qu’une main cachée dirige tout cela. Cette main s’appelle la Franc Maçonnerie, c’est le pouvoir de l’antéchrist. Le pouvoir mortifère parce que révolté contre Dieu.

L’homme refusant la loi de Dieu, ne semble même plus savoir aujourd’hui se divertir gentiment et avec joie. Il faut être chrétien et catholique pour connaître la vie et la joie, semble-t-il. C’est certainement une des caractéristiques des familles chrétiennes. Par contre, les réunions festives qui se déroulent à grands renforts de « musiques dures», le long de la Loire ou ailleurs appellent à la mort, font même l’apologie de la mort, de Lucifer, l’ange de la mort. Ils en appellent aux meurtres et le pouvoir politique reste muet…tant que l’ordre public n’est pas perturbé. Comme si c’était la seul norme du bien…Dieu ! Quelle déchéance du pouvoir politique, indigne et méprisable.

Par contre, ce n’est pas l’économie de Dieu, vous dis-je. Dieu aime la vie.

Du reste à peine le péché originel fut-il commis, que Dieu manifestât publiquement son intention de restauration : « Parce que tu as fait cela, dit-il au serpent, tu es maudit entre tous les animaux domestiques et toutes les bêtes des champs…Et je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; et celle-ci te meurtrira à la tête et tu la meurtrira au talon ». Tous les pères de l’Eglise voient dans cette phrase l’annonce de la rédemption, l’annonce de l’incarnation rédemptrice. Et c’est, de fait, le Christ de l’Evangile qui accomplit la réalisation de l’alliance, la réalisation de la réconciliation entre Dieu et les hommes, la réalisation de la vie, de la vie éternelle

Il en est de même de notre récit du déluge. Avant même que Noé soit entré dans l’arche et que toute chair ait disparu de la surface de la terre, Dieu, comme pris de remords, parla de nouveau d’alliance avec Noë : « Et moi je vais faire venir le déluge, une inondation de la terre…tout ce qui est sur la terre périra. Mais j’établirai mon alliance avec toi ».

Et de fait, vous dis-je, c’est ce qu’il fit avec le Christ, le Verbe fait chair, dans le mystère de la rédemption.

Par la Passion du Christ, nous avons été en effet réconciliés avec Dieu puisque le péché qui nous faisait ennemi de Dieu, a été racheté par la Passion du Christ.

Mais surtout, la Passion du Christ nous a réconcilié avec Dieu, « en tant, nous dit saint Thomas, qu’elle est un sacrifice souverainement agréable à Dieu. C’est là l’effet du sacrifice. Dieu est, par ce sacrifice, apaisé : comme quand l’homme remet l’offense commise contre lui, en raison de quelques services agréables qui lui est rendu. Ainsi pareillement, ce fut, pour Dieu, un si grand bien que le Christ ait souffert volontairement sa Passion, qu’en raison de ce bien trouvé dans la nature humaine, Dieu a été apaisé de toute offense du genre humain pour ceux, du moins, qui sont unis au Christ » par la foi et la charité. (cf. III 49 4) Vous voyez l’importance du sacrifice du Christ pour nous : il s’agit rien moins que de notre réconciliation avec Dieu. La Passion de Jésus est le bien trouvé en terre humaine qui opère le mystère de notre réconciliation avec Dieu. Quoi de plus palpable pour nous. Nous pouvons dire, en toute vérité, qu’il est impossible à Dieu de se détourner de nous ou de se souvenir encore de nos fautes, de nos offenses, quelques grandes et nombreuse qu’elles soient, quand nous nous présentons à Lui revêtus de la Passion de son divin Fils, NSJC. Que d’actions de grâces devons nous à ce béni Sauveur. Comme la messe est pour nous importante – elle est notre réconciliation avec Dieu - puisque la messe est la Passion du Christ offerte sacramentellement.

Dès lors, grâce à la Passion du Christ, de pécheurs et d’ennemis de Dieu que nous étions, nous voilà faits, amis de Dieu, réconciliés avec Lui. Le ciel, la vie éternelle est à nous tant il est vrai que la Passion nous ouvre les portes du ciel puisqu’elle nous délivre du péché commun à toute la nature humaine et quant à la faute et quant à la peine, mais aussi de nos propres péchés du moins pour ceux qui communient à sa Passion par la foi et la charité et les sacrements, - le Christ, en sa Passion, étant pour nous le prix de notre rachat. Or le péché était l’obstacle qui empêchait les hommes d’entrer dans le Royaume de Dieu. Cet obstacle n’existant plus, les portes du Ciel nous sont de nouveau ouvertes. (III 49 5) La vie éternelle est à nous. Saint Paul a raison : « La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ ».

D’un côté, la mort, en suivant le cour du siècle

De l’autre, la vie, la vie éternelle en NSJC. Mais la vie par le sacrifice et pour la Tête et pour les membres. Il en sera toujours ainsi. Mais c’est un autre sujet…merveilleux que nous traiterons une autre fois. Amen !

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

Prédication pour la fête du Christ-Roi 2017

  La fête du Christ-Roi Jésus-Christ est roi, MBCF. Il est roi, non seulement du ciel mais encore de la terre. Et il lui appartient d’exercer une véritable et suprême royauté sur les sociétés humaines. Et ces sociétés humaines, elles mêmes, doivent le confesser. C’est un point incontestable de la doctrine chrétienne....

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 20ème dimanche après la Pentecôte 2017

  Le sacerdoce   Je voudrais vous parler du prêtre en souvenir de mon ordination sacerdotal, le 17 octobre, des mains de Mgr Lefebvre. Ce qui fait le prêtre, sa joie, c’est la découverte toute particulière du mystère de Dieu. Le prêtre, plus que tout autre baptisé, contemple ce mystère. Dieu est l’objet de...

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 19ème dimanche après la Pentecôte 2017

  En l’honneur de Saint Michel     « L’Ange se tint près de l’autel du temple, un encensoir d’or à la main » « Et tandis que l’archange Michel luttait contre le dragon, on entendit la voix de ceux qui disaient : «le  Salut est à notre Dieu ». Telles sont, MBCF, les deux premières antiennes des Premières Vêpres de...

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Prédication pour le 18ème dimanche après la Pentecôte 2017

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Je ne voudrais pas laisser passer cette année sans parler, du haut de cette chair, de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France. Les saints sont mis sur notre chemin pour que nous les prions, contemplions, les imitions. Sainte Thérèse, Thérèse Martin, naquit à...

16ème Dimanche après la Pentecôte

16ème Dimanche après la Pentecôte

En la solennité de saint Michel   En cette fête de Saint Michel, patron de notre petite église, je voudrais vous dire la joie de mon âme, d’être au milieu de vous. C’est en effet au milieu de vous que s’accomplit ma vie sacerdotale. Le prêtre vit au milieu d’un peuple, au...

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

15éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle ». C’est le Christ qui est au principe de la Vie éternelle C’est inéluctable. Je posséderai la vie éternelle - la finalité de ma vie - si j’en prends le chemin, si je pratique les œuvres de l’esprit : la charité, la joie...

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

14éme Dimanche après la Pentecôte 2017

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » MBCF, faisons court et disons simplement que le « Royaume de Dieu », c’est Jésus lui-même. Oui ! Ce « Royaume de Dieu », dont le thème est si fréquent dans la prédication de NSJC, n’est finalement rien d’autre que Jésus-Christ lui-même et Jésus-Christ c’est la charité, n’est rien d’autre...

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Assomption de la Sainte Vierge 2017

Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge   L’Eglise, dans ces hymnes liturgiques, chante, cela ne vous étonnera pas, les différentes fêtes de NSJC, tout comme les fêtes de Notre Dame. Elle consacre trois hymnes à cette fête du 15 août, à ce mystère. Nous allons méditer sur l’hymne des premières Vêpres...

10éme Dimanche après la Pentecôte

10éme Dimanche après la Pentecôte

  « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »   Ce sera le thème de notre entretien dominical. « Personne, parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit anathème à Jésus »… Bien au contraire.  Tous ceux qui sont animés de l’Esprit Saint par suite de la réception du baptême, tout baptisé chante avec...

La Rébellion cachée

La Rébellion cachée

Je voudrais, à la reprise de l’année apostolique, en octobre, faire diffuser dans le cadre paroissial, « saint Michel de Rolleboise », le film, dont on parle beaucoup aujourd’hui : « La Rébellion cachée » de Daniel Rabourin sur l’épopée vendéenne. L’Homme Nouveau vient de publier une interview de l’auteur. En...

9ème Dimanche après la Pentecôte

9ème Dimanche après la Pentecôte

« Si tu connaissais, toi aussi, au moins ce qui te procurerait la paix » « Tu n’as pas connu le temps où tu as été visité »   Terrible reproche, MBCF, que ce reproche adressé par NSJC au peuple juif : « Tu n’as pas connu le temps où tu as été...

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

7ème Dimanche après la Pentecôte 2017

Le salaire du péché, c’est la mort. La grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ     MBCF, voilà des belles paroles mais, je pense, un peu mystérieuses. Elles demandent éclaircissements. « Le salaire du péché, c’est la mort » dit Saint Paul « Stipendia peccati mors ». Un peu plus haut, il...

La dévotion au premier samedi du mois

La dévotion au premier samedi du mois

Parce que je serais très heureux que dans la paroisse Saint Michel de Rolleboise, la dévotion au premier samedi du mois se développe comme l'a demandée  Notre Seigneur à Sœur Lucie de Fatima, il me semble heureux de porter à  votre connaissance, dans ce numéro de juillet, les documents officiels...

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

Les communions réparatrices des premiers samedis du mois

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois La date du 29 mai 1930 n’est pas très connue dans l’histoire de Fatima. Pourtant c’est une date importante, presque aussi importante que celles du 13 mai ou du 13 octobre 1917. En...

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

A la fin, le cœur immaculée de Marie triomphera

Dans ce nouveau numéro du « Quis ut Deus », le n° 8, de juin 2017, je vous propose la lecture du texte que j’ai appelé « présentation », qui sera en exergue de mon nouveau petit livre sur la Mère de Dieu que j’ai intitulé : « A la fin, le cœur immaculée de...

Dimanche après l'ascension 2017

Dimanche après l'ascension 2017

La famille et les 10 commandements. Je profiterai de cette fête des mères pour réfléchir avec vous sur la famille et les 10 commandements. Cela tombe bien puisque hier, nous célébrions aussi avec beaucoup de joie les fiançailles de Melle Marie Ciuchindel et de Mr Delacommune. Il me semble que la famille...

Jeudi de l'ascension 2017

Jeudi de l'ascension 2017

Le Jeudi de l’Ascension. « Je crois qu’il est monté aux cieux ; qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ». C’est un des objets de notre Credo et cet objet est fondé sur les paroles de saint Marc et de Saint Paul. Saint Paul le confesse aux Ephésiens, lorsqu’il écrit :...

La compassion de Marie

La compassion de Marie

Je me permettrai d’emprunter « le mot de l’abbé » à Saint Bonaventure. Dans ce sermon, il nous propose une très belle méditation de Notre Dame au pied de la Croix. On pourrait volontiers y voir un développement théologique de la corredémption de Marie à l’œuvre de notre Rédemption. C’est...

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants : « Un message à ceux qui nous …

Le sermon du Père Boules George, Copte, après les Rameaux sanglants :  « Un message à ceux qui nous tuent »

Au lendemain du double attentat islamiste contre des églises coptes en Egypte en pleine célébration du Dimanche des Rameaux, qui a fait près de 50 victimes, un prédicateur bien connu au Caire a prononcé un sermon dont l’enregistrement fait le tour des communautés coptes du monde entier. L’appel au pardon,...

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Neuvaine pour la France - Présidentielles 2017

Adoration Samedi 06/05/2017 après la messe de 18h00 jusqu'à Minuit   « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Chers amis, En ces temps troublés, à l’heure où nous allons élire notre futur chef d’Etat, nous vous proposons une neuvaine afin de confier la France au Cœur de Jésus. Au-delà de...

Dimanche de Pâques 2017

Dimanche de Pâques 2017

« Souvenez-vous que Notre Seigneur Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts » (2Tim 28) Après que Jésus-Christ, le sixième jour, à la neuvième heure, eut rendu l’esprit sur la Croix, et que le même jour, vers le soir, Il eut été enseveli par ses disciples — lesquels avec la permission du Procurateur romain...

Chemin de Croix 2017

Chemin de Croix 2017

1ère station Jésus est condamné à mort. Après avoir prêché aux foules ; guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité les morts…Après avoir vécu trois ans au milieu des Apôtres pour les former et leur enseigner la doctrine de Dieu…après leur avoir appris l’amour de Dieu et du prochain comme soi-même,...

L'heure de Jésus

L'heure de Jésus

Nous approchons du temps liturgique que l’Eglise appelle : « le temps de la Passion ». La liturgie va nous faire méditer la Passion de Notre Seigneur. Permettez-moi ces quelques considérations sur ce que Notre Seigneur appelait lui-même: « son heure ». C’était l’heure par excellence ; elle avait été infailliblement déterminée de toute éternité par la Divine...

Jeudi saint 2017

Jeudi saint 2017

« Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang » Nous commémorons ce soir, MBCF, l’institution, par Notre Seigneur Jésus, au Cénacle, le Jeudi Saint, du sacrement de l’Eucharistie et du Sacerdoce par ces paroles : « Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang ». « Faites ceci en mémoire de moi ». Jésus avait déjà annoncé ce...

Ier dimanche de la Passion 2017

Ier dimanche de la Passion 2017

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». « Si quis sermonem meum servaverit, mortem non videbit in aeternum » MBCF, Il n’y a peut-être pas de phrase plus forte, plus importante pour notre âme que cette phrase de NSJC : « Si quelqu’un garde ma...

4ème dimanche de Carême 2017

4ème dimanche de Carême 2017

  Poursuivons, MBCF, notre méditation dominicale sur le salut. C’est le thème de notre prédication de Carême. Nous savons que le salut, c’est le Christ. Nous savons aussi que l’objet de salut, c’est notre délivrance du péché originel et l’accès à la vie éternelle. Nous savons également que ce salut s’obtient par l’observance des...

3ème dimanche de Carême 2017

3ème dimanche de Carême 2017

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent MBCF, En ce Carême 2017, de dimanche en dimanche, nous essayons de scruter, du regard de la foi, le plan divin, son plan de salut. Nous savons que ce plan salvifique se concentre essentiellement en son Fils unique, NSJC. Il est...

2ème dimanche de carême 2017

2ème dimanche de carême 2017

Que faire pour obtenir le salut, la vie éternelle ? MBCF, Dimanche dernier, partant de l’acclamation qui ouvre le temps de Carême « Voici maintenant le jour du salut », nous avons médité sur ce salut. Nous nous sommes posés plusieurs questions Quel est ce salut ? En quoi consiste-t-il ? Quel est-il ? Quel son objet ? Qui est-il ? Quel est celui...

Carême

Carême

C’est aujourd’hui que le Carême apparaît dans toute sa solennité. Pour vous encourager à vous lancer généreusement dans ce saint temps liturgique, je me permets de vous adresser quelques paroles de saint Léon le Grand : « Très chers fils, ayant à vous annoncer le jeûne sacré et solennel du Carême,...

Dimanche de la Quinquagésime 2017

Dimanche de la Quinquagésime 2017

En ce dimanche de la Quinquagésime, l’Eglise nous fait lire le texte où Jésus annonce à ses disciples, à l’écart, sa Passion prochaine : « Ensuite Jésus prit à part les Douze, et leur dit : " Voici que nous montons à Jérusalem, et que va s'accomplir tout ce que les prophètes...

Veille de l'actualité