La France en danger !

Une affaire d’Etat…

________

Par La Chouette.

 

Nous vivons des temps pour le moins houleux, parsemés d’évènements qui ne cessent de susciter l’émoi des Français. Leur tournure regrettable et dangereuse l’est d’autant plus que la responsabilité de l’Etat y est engagée. Les propos que je vous livre sont l’expression d’un citoyen français fort inquiet mais aussi ceux d’un officier supérieur fort soucieux, ayant honoré et défendu les couleurs de la France pendant vingt-neuf ans sous bien des cieux du monde comme pilote de transport.

 

Il tombe sous le sens de chacun qu’un vrai Chef  d’Etat, au-delà de sa mission visant à concrétiser les espoirs de ceux qui l’ont élu, doit principalement être animé du souci permanent de maintenir l’unité et l’identité de la Nation. C’est parce qu’il est Président de tous les Français et Chef des armées censées les défendre qu’il est le Président de la République. C’est là son premier rôle qui l’aidera à conduire ses actions politiques dans la confiance et la crédibilité de ceux qu’il gouverne. Il m’apparaît, dès lors, que ce but ne peut être atteint que dans la prise en compte des intérêts pérennes des citoyens, dans le respect de la civilisation du pays qu’il dirige, dans la préservation de son patrimoine culturel ainsi que dans la sauvegarde des valeurs qui en ont fait et en font sa grandeur et le maintiennent dans sa dignité. Nous ne pourrons garantir l’unité de la Nation que dans un consensus commun contre les dangers extérieurs et ceux qui la minent de l’intérieur. Nous diviser, nous mettre en confit devant ces menaces font le jeu de ceux qui veulent détruire la France.

Les récents affrontements à Calais qui ont opposé des forces de l’ordre à des citoyens revendiquant sans violence, non pas de quelconques avantages sociaux ou des positions d’ordre commerciales ou corporatistes mais tout simplement leur droit à ce que leur état de citoyens français et l’intégrité de leur pays soient respectés et préservés, dénotent la montée en puissance de la déchéance, non pas de nationalité, mais celle de la responsabilité de l’appareil d’Etat, voire de sa lucidité.

Certes, la manifestation, si vraiment elle en était une, n’était pas autorisée et je ne puis cautionner dans le principe le fait que la loi n’ait pas été observée. De même, je condamne fermement, d’une façon générale, les débordements regrettables, s’il y en a eu, commis par certains hurluberlus ou fanatiques, extérieurs à cette prise de position sans violence. Mais était-ce réellement une manifestation ou le simple regroupement de gens démoralisés restant sur place, clamant leur désespoir le drapeau français à la main ? Reste aussi le fait que ces gens, en proie à l’inquiétude, au découragement et à l’impuissance devant le déferlement d’un bon nombre de ces immigrés venus porter atteinte à leurs biens personnels et détruire des biens publics, se sont vus malmenés, molestés par leur propres concitoyens, chargés de les protéger, ou carrément arrêtés pour être jugés. Il est seulement à regretter que des manifestants d’un autre bord se soient mêlés à ceux dont les intentions étaient des plus légitimes…

 

N’est-ce point là une déchéance de responsabilité et de lucidité de laisser les émigrés franchir les barrages de police en fermant les yeux sur les dommages causés par ces derniers aux biens des personnes et aux biens publics ?

N’est-ce point là une déchéance de responsabilité et de lucidité de refouler et d’arrêter, dans le même temps, ces citoyens victimes de ces dégradations, venus protester sans violence, armés uniquement de leur désarroi et de leur amertume ?

N’est-ce point là encore une déchéance de responsabilité et de lucidité de ne pas entendre le cri de tous ces Français devant le danger d’une perte progressive des valeurs de leur pays, non pas seulement celles de la République mais aussi celles de leur civilisation judéo-chrétienne desquelles ces dernières sont issues ? Ces valeurs qui ne s’arrêtent pas seulement à la triade « Liberté, Fraternité, Egalité » mais qui sont aussi celles qui élèvent l’esprit, le cœur et l’âme pour lesquelles beaucoup ont versé leur sang ; ces valeurs qui font notre unité et qui, une fois érodées, laisseront la voie libre au cortège d’idées saugrenues ou d’idéologies ravageuses qui détruiront alors notre identité nationale. Nous serons, dès lors, déchus de notre nationalité, non pas par décret mais par laxisme et stupidité de ceux qui nous gouvernent.

 

Il est malsain d’opposer des militaires ou policiers chargés de maintenir l’ordre contre d’autres militaires ou civils en désarroi qui n’ont semé aucun désordre mais souhaitent que l’ordre de la France soit rétabli dans le respect des valeurs de la Nation qui en font une grande famille française. Ces situations sont extrêmement dangereuses et l’histoire nous montre qu’elles peuvent être à l’origine du déclenchement d’évènements fort regrettables pour la nation toute entière.

 

Il est malsain de cataloguer et de laisser cataloguer par les médias des citoyens dont on interprète d’une façon erronée leurs dires ou leurs agissements pour justifier des décisions inopportunes ou rechercher le sensationnel. Le catalogage gagnerait en pertinence s’il s’opérait sur ceux qui ouvertement ou clandestinement s’emploient à détruire notre pays et contre lesquels doit se faire l’unité de tous les Français pour que les décisions  prises au plus haut niveau soient alors fructueuses.

 

Il est malsain que par crainte du stupide amalgame qui est l’apanage des esprits qui craignent la réflexion, l’on puisse ériger la tolérance en vertu systématique car, à force de tout tolérer sans discernement on en vient, et c’est déjà le cas, à ne plus discerner ce qui est intolérable. Nous sommes un pays d’accueil et l’histoire l’a souvent prouvé. Je suis moi-même métis car fils d’un administrateur de la France d’Outre-mer et d’une Béninoise. Cependant, la qualité d’accueil de notre pays ne peut trouver ses lettres de noblesse que dans la gestion sage et pertinente de ceux qui, d’une part, viennent partager nos valeurs et non les galvauder et qui, d’autre part, s’apprêtent normalement à faire grandir ce pays qui les a attirés et non tenter de l’asservir.

 

Le Président de la République est le Chef suprême et tout commandant n’a de valeur que par ceux qu’il dirige. S’il ne peut récolter l’approbation de tous en toutes choses, il lui incombe de susciter l’adhésion générale pour les causes essentielles et vitales qui garantiront le succès de ses engagements.

 

La France nous semble en danger ! Pour certains, voire beaucoup, elle l’est politiquement ou économiquement mais de cela on peut se relever, même si pour ce faire beaucoup de temps soit nécessaire. En revanche, la menace interne, intangible, sournoise que constitue l’angélisme involontaire ou de circonstance, la tolérance aveugle ou l’absence d’idéal fondé sur les valeurs de notre civilisation et de notre patrimoine culturel, tous ces comportements que peut adopter l’appareil d’Etat parce que sa motivation n’est pas placée au bon niveau ne peuvent qu’aggraver les menaces qui pèsent sur notre pays et contribuer à détruire l’identité de la France.

 

Ainsi, soyons les fervents défenseurs de nos valeurs et de notre identité, tout en proposant de partager nos richesses sans qu’on les laisse se faire dilapider. Que la France reste ce pays généreux et plein d’attraits, riche d’une grande histoire que nous devons poursuivre, ensemble, dans l’honneur et la fierté !

 

L’identité nationale est le ciment de la famille que constitue notre chère France dans son histoire, dans son présent et pour son avenir. Il convient d’entretenir jalousement ce trésor tant courtisé par ceux qui viennent a priori pour le partager.

Enfin, soyons ensemble, aujourd’hui, les bâtisseurs d’une France pour tous mais pour tous ceux qui l’aiment et veulent la préserver. Bâtissons-la avec ses inébranlables valeurs et notre volonté de l’enrichir, ce qui grandira encore la France de demain !…

 

 

                                                                                 La Chouette

                                                                                 8/02/2016