Prédications

2018 - Vendredi Saint - Chemin de Croix

Prédication du Chemin de Croix

Introduction

La Passion de Jésus, vous le savez, est son œuvre principale. Presque tous les détails en ont été prédits et annoncés avec soin par les prophètes de l’Ancien Testament. Et Jésus, dans sa passion, s’attache à tous les accomplir, à les réaliser scrupuleusement. Il dit lui-même aux Juifs qui sont venus le saisir, qu’il se livre à eux « afin que l’Écriture soit accomplie » « Ut adimplerentur Scripturae ». Sur la Croix « tout allait être consommé », dit Saint Jean, lorsque Le Sauveur se souvint que le psalmiste avait prédit de lui : « Dans ma soif, ils m’abreuveront de vinaigre ». Alors, pour que cette prophétie – toute de détail – s’accomplit encore, Jésus s’écria : « J’ai soif »

Et bien toutes ces actions de Jésus, toute cette passion de Jésus que nous allons méditer sont l’objet des complaisances de son Père. Le Père contemple son Fils avec amour non seulement lors de la Transfiguration, au Thabor, mais aussi dans sa Passion au Clavaire. Le Père enveloppe son Fils d’un regard infini d’amour, là, particulièrement au Calvaire, tout autant qu’au Thabor.

Pourquoi ?

Parce que Jésus, durant sa Passion, honore et glorifie son Père parce qu’il s’abandonne à tout ce que la justice et l’amour de son Père réclament de lui. Il s’abandonne à sa sainte volonté ! En la Passion, le Fils épouse particulièrement la volonté de son Père. Pour reconnaître les droits de la majesté divine outragée par le péché et sauver le monde, le Fils s’offre à cette douloureuse passion. « Ut cognoscat mundus quia diligo Patrem »

Nous devons à notre tour nous unir à ce sentiment de complaisance, nous devons adorer le Fils dans le don de lui-même.

Mais nous devons aussi aimer cette passion parce que c’est là, plus qu’ailleurs qu’éclatent toutes les vertus de NSJC. Elles se manifestent en sa Passion. Son amour immense pour son Père, sa charité pour nous, sa haine du péché, le pardon des offenses, des injures –vertu éminemment chrétienne- éclate surtout là dans les paroles prononcées surla Croix, la patience, la force l’obéissance à l’autorité légitime, la compassion : toutes ces vertus éclatent d’une façon héroïque dans ces jours de douleur.

Là, dans sa Passion, se trouve par excellence l’exemplaire de notre vie, notre modèle. Voilà pourquoi nous devons aimer le Chemin de la Croix.

Mais nous avons encore une autre raison d’aimer méditer la Passion.C’est là qu’éclate mieux qu’ailleurs l’immense amour de NSJC. Pourquoi donc fallait-il tant de souffrances en sa Passion. Il pouvait – parce que Homme-Dieu – nous sauver par un seul acte d’amour. Non. Il força la dose, si je peux dire. Pourquoi ? Saint Bernard nous en donne une belle raison : « Il a pris sur lui, dit-il, la plus lourde peine afin que l’homme lui fut redevable du plus grand amour. Là, ( là dans la Rédemption) il est manifeste que Dieu a payé pour l’homme un prix énorme : maître, il s’est fait esclave ; riche, il s’est fait pauvre ; Verbe, il s’est fait chair ; et Fils de Dieu, il n’a pas dédaigné d’être le fils de l’homme. Souvenez vous que si vous avez été faits de rien, vous n’avez pas été racheté s de rien…l’œuvre de votre salut a demandé trente année entière de labeur, enduré avec quelle patience ! L’ignominie de la Croix, l’horreur de la mort sont venues s’ajouter aux servitudes de la chair et aux tentations de l’Ennemi ! Il le fallait. C’est ainsi Seigneur que tu as sauvé les hommes en multipliant ta propre miséricorde ».

Lire la suite : 2018 - Vendredi Saint - Chemin de Croix