Noël

Abbé Paul AulagnierOn peut méditer sur le mystère de Noël de bien des manières. On peut s’arrêter sur la pauvreté. C'est, du reste, ce que nous fait méditer l’Eglise dans le chapelet, lors de la récitation du mystère de la Nativité. On peut s’arrêter sur le chant des Anges, sur le Gloria in excelsis Deo et se souvenir que nous sommes créés pour « louer, aimer et servir Dieu, Notre Seigneur et par ce moyens sauver son âmes ». On peut méditer sur la phrase de l’Evangéliste, saint Luc, disant que Marie méditait « toutes ces choses dans son cœur ». On peut méditer sur la sainte obéissance de la sainte famille ; celle de saint Joseph respectant l’ordre de César, celle de l’enfant Jésus disant, ce que nous rapporte l’Épître aux Hébreux, « Je viens au Dieu faire votre volonté ». Tous ces thèmes sont merveilleux et enchantent mon âme, il est vrai. Mais je préfère, quant à moi, au pied de la crèche, méditer cette phrase de saint Jean : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle » (Jn 3 16). C’est tout l’Evangile. Notre Evangile est un Evangile d’amour, de l’amour de Dieu pour nous tous, « pour le cosmos », tous et chacun sommes l’objet de l’amour de Dieu. L’Incarnation rédemptrice est une manifestation de la charité de Dieu : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique ». Cet amour est un amour universel, absolument gratuit,  « alors que nous étions encore pécheurs, le Christ est mort pour nous », dira plus tard saint Paul. Un amour de bienfaisance : « afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle », Cet amour nous ouvre rien moins que les portes du Ciel…un amour de bienveillance, un amour immense. Et pour le posséder, ce ciel, un unique chemin, la foi en Notre Seigneur Jésus : « afin que quiconque croit en lui possède la vie éternelle ». Et dans le contexte de la phrase, le chemin du ciel, c’est la foi en l’amour de Dieu, exprimé dans le don du Fils. C’est cet amour de Dieu que je contemple au pied de la crèche. Je vous y invite fortement dans la prière en famille le soir devant la crèche de vos maisons, vrai sanctuaire de vos cœurs.


Abbé Paul Aulagnier