Logo

Méditation Eucharistique - Juin 2019

Le Sacré-Coeur de Jésus et la divine Eucharistie
 
 
En ce mois de juin, je vous propose de méditer sur la relation entre le Sacré-Coeur de Jésus et le Saint Sacrement.
 
1. Tout l'amour du Seigneur pour nous dans sa vie ici-bas, spécialement son amour de victime sur la Croix, est réuni, et triomphe, dans son Cœur vivant au Saint Sacrement.
C'est là que nous devons venir Le chercher, et nous nourrir de son amour. Notre dévotion envers le Sacré-Coeur doit donc être eucharistique, se fixer sur la divine Eucharistie comme l'unique centre personnel et vivant de l'amour et des grâces du Sacré-Coeur pour nous.
Ainsi, le Cœur de Jésus vit dans la sainte Eucharistie, puisque son corps y est vivant. Nous ne Le voyons pas, ce Cœur eucharistique de Jésus, mais nous Le possédons, Il est à nous, Il nous garde, Il veille sur nous dans le silence et l'apparente impuissance de l'Hostie, "Cor meum vigilat".
 
2. La manière dont Jésus a manifesté son Cœur, et aussi les raisons pour lesquelles la fête du Sacré-Coeur a été instituée, nous disent aussi que c'est dans l'Eucharistie que nous devons honorer son Cœur. 
C'est devant le Très Saint Sacrement exposé que sainte Marguerite-Marie a reçu la révélation du Sacré-Coeur : C'est en effet. dans l'Hostie que Jésus se manifeste à elle, tenant son Cœur entre ses mains, et lui disant : "Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes !". Et le but de la fête du Sacré-Coeur est d'honorer avec plus de ferveur et de dévotion l'amour de Jésus-Christ souffrant et instituant le Sacrement de son Corps et de son Sang. Pour entrer dans l'esprit de la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus, nous devons donc honorer les souffrances du Seigneur, et réparer les ingratitudes et les offenses qu'Il subit dans le Saint-Sacrement : ingratitudes et offenses pour le vrai Dieu présent et vivant avec nous pour obtenir notre amour ; voilà le suprême tourment du Coeur de Jésus au Très Saint Sacrement. 
 
3. Entourons l'Eucharistie de nos adorations, de notre amour, de nos réparations ferventes, de notre compassion.  L'homme d'aujourd'hui est indifférent à ce don suprême de l'amour de Jésus pour lui, il n'en tient pas compte ; ou, plus offensant encore, il n'y pense même pas ; il ne veut pas de l'amour de Jésus-Christ. Et il va jusqu'à nier cette présence, à apostasier, dans nos pays d'ancienne tradition chrétienne. A insulter ce Cœur vivant
, à blasphémer de façon sacrilège le Dieu de l'Eucharistie. Quel risque court-il ? il sait que, comme dans sa Passion, l'amour du Coeur de Jésus Le rend muet. Jamais Jésus n'a reçu, pendant sa Passion, tant d'humiliations et de douleurs que dans son Saint Sacrement. Dans son agonie, Jésus cherchait des consolateurs, Il demandait sur la Croix qu'on voulût bien compatir à sa douleur. C'est aujourd'hui, plus que jamais, que la réparation, l'amour et l'adoration eucharistique du Coeur de Jésus sont nécessaires.
 
Au Cœur de Jésus vivant au Très Saint Sacrement, soient honneur, louange, adoration, amour et royauté,  à jamais.