Foi

  • Catégorie : Foi

Méditation Eucharistique - Mars 2019

Méditation eucharistique

Vendredi 1er mars 2019

1)L'amour de Jésus dans l'institution de la Sainte Eucharistie :
"Sachant que son heure était venue de passer de ce monde à son Père, Jésus, après avoir aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout" (Jn 13,1).
 
Avant de partir pour sa Passion, et de mourir pour nous, Jésus voulut nous laisser le plus grand témoignage possible de son amour, et ce fut le don de la Sainte Eucharistie. Il nous laisse son corps, son âme, son sang, sa divinité, Il nous laisse Lui-même tout entier, sans aucune réserve. Il n'a rien gardé pour Lui, Il nous a donné tout. Il a voulu, dans ce don de l'Eucharistie, répandre, et comme épuiser les richesses de l'amour qu'Il gardait dans son Coeur pour nous.
 
Jésus se préparait à donner sa vie pour nous, et dans l'ardeur de son amour, cela ne Lui suffit pas : L' "excès" de son amour Le contraint à réaliser une œuvre plus grande encore, celle de demeurer avec nous dans le saint tabernacle, et de nous donner son propre corps en nourriture.
Seul l'amour infini du Seigneur pour chacun de nous L' amena à ce don suprême. Devant l'amour de Jésus dans le Très Saint Sacrement, même les saints ne trouvent pas leurs mots : c'est "l'amour des amours" pour saint Bernard, " l'Amour" pour saint Philippe Néri.
 
2)L'amour aspire toujours, et tend, à l'union:
Deux êtres qui s'aiment désirent ne faire plus qu'un seul être, ils voudraient être unis jusqu'à ne plus faire qu'un. Jésus se tient là, derrière la cloison des Saintes Espèces, et son doux regard nous fixe. Nous ne Le voyons pas de nos pauvres yeux d'ici bas, mais Lui nous voit, parce qu'Il est là, réellement présent, pour nous assurer la possession de Lui-même. Mais Il se cache, pour se faire désirer par nous. Ainsi, dès avant notre entrée au Ciel, le Seigneur veut se donner à nous tout entier, et rester intimement uni avec nous.
 
3) Adorer, c'est unir son âme à celle de Jésus :
Pendant ce temps d'Adoration, le monde ne doit plus exister pour nous, ni famille, ni amis, ni rien d'autre...Jésus-Eucharistie seul. 
Lui et nous unissant, identifiant, nos âmes, nos coeurs, nos volontés. Une seule chose peut entrer dans nos coeurs pendant ces instants bénis, pour y accompagner l'amour, la douleur : douleur d'avoir tant offensé Jésus, et de L'avoir si peu aimé ; douleur de n'être pas à Lui comme nous le voudrions et le pourrions ; douleur de tant d'ingratitudes et d'offenses de la plupart des hommes ; douleur de tant de Précieux Sang répandu sur la Croix, sans personne pour le recueillir.
 
C'est ici, Seigneur Jésus-Eucharistie, lorsque nous sommes devant Vous, que vous nous fortifiez pour porter notre croix, que vous nous enseignez les remèdes à nos misères, que vous nous ouvrez votre Cœur, refuge assuré pour les coupables, et lieu de repos pour les âmes si souvent fatiguées que nous sommes.
 
4) Adorer, c'est offrir sa pauvreté au Seigneur :
Si nous sommes dans l'aridité, glorifions la grâce de Dieu, sans laquelle nous ne pouvons rien. Et ouvrons notre âme à Jésus, comme une fleur ouvre son calice au soleil pour recevoir ses rayons bienfaisants.
 
Si nous sommes dans l'impuissance, notre pauvre esprit dans les ténèbres, notre pauvre cœur sans un mot pour parler à Jésus, notre corps souffrant, faisons alors l'Adoration du pauvre, en offrant au Seigneur notre pauvreté pour qu'Il l'enrichisse.
 
Et si nous sommes dans l'esprit de tentation et de tristesse, que tout nous porte à quitter l'Adoration parce que nous pensons davantage offenser Dieu que Le servir, à cause, pensons-nous, de nos mauvaises dispositions, surtout n'écoutons pas cette tentation subtile du démon : combattons, restons fidèles à Jésus contre nous-mêmes ; persuadons nous que nous ne Lui déplaisons pas, qu'Il connaît la faiblesse de notre nature, et qu'Il veut seulement l'hommage de notre persévérance, jusqu'à la dernière minute du temps que nous devions Lui consacrer. Donnons à Jésus ce temps, en nous exposant aux rayons de son amour miséricordieux : Jésus nous mendie ce temps pour nous remplir de sa puissance eucharistique, c'est la plus grande action de grâces que nous pouvons Lui rendre. Nous ne Le contristons pas dans notre fragilité, si nous restons alors près de Lui ; au contraire nous réjouissons son Coeur, nous sommes face à la miséricorde infinie, à un océan d'amour et de tendresse.
 
Restons fidèles absolument à l'Adoration, quoiqu'il nous en coûte : l'Adoration en effet n'est pas une dévotion parmi d'autres, elle est le culte que l'on doit rendre à Dieu, en esprit et en vérité.
  • Catégorie : Foi

Méditation Eucharistique - Février 2019

Comment adorer le Saint-Sacrement 

 
 
1) Il faut commencer nos adorations par un acte d'amour,
c'est ainsi que nous ouvrons notre âme à l'action divine de Jésus Hostie. L'amour est la seule porte du coeur :
 "tant que nous n'aurons pas pour Notre Seigneur au Saint Sacrement un amour de passion, nous n'aurons rien fait" ( st Pierre-Julien Eymard).
" On n'a pas besoin de tant parler pour bien prier. Nous savons avec certitude, par la foi, que le Seigneur est là dans le Saint Sacrement. Nous Lui ouvrons notre cœur, nous nous complaisons en sa présence, c'est la meilleure des prières" (st curé d'Ars).
 
2) l'Adoration eucharistique est un colloque avec Jésus présent en personne .
Jésus est vivant dans la sainte Eucharistie, Il veut que nous Lui parlions, et Il nous parlera.
Et ce colloque entre notre âme et Jésus, c'est la véritable adoration eucharistique.
Dans l'Hostie sainte, c'est le même Jésus qui nous appelle à veiller avec Lui, comme Il appelait ses apôtres à Gethsémani : "Ne pouvez-vous pas veiller une heure avec moi ?" (Mt 26,40). L' Adoration eucharistique nous fait entrer ainsi dans une relation personnelle avec le Seigneur Jésus vivant au St Sacrement. Il attend de nous une réponse d'amour au don total de Lui-même : comme le blé est moulu pour devenir du pain, le Corps de Jésus a été battu, écrasé, broyé pendant sa Passion, pour devenir le Pain vivant. Là Il ne nous laisse jamais seul, quelles que soient les épreuves : "Je ne vous laisserai pas orphelins, Je reviens à vous" (Jn
14,18) : c'est dans l'Adoration eucharistique que nous pouvons rendre au Seigneur amour pour amour.
 
3) Aimer, ou se laisser aimer ?
l'Adoration eucharistique consiste certes à aimer beaucoup. Mais surtout à se laisser beaucoup aimer, à cause de nos pauvretés et nos infidélités : C'est cela la disposition fondamentale que nous devons avoir ; ce ne sont pas nos qualités, mais nos défauts qui attirent le Seigneur : c'est là que sa grâce eucharistique agit, pendant nos Adorations, par sa puissance de transformation, si nous voulons bien laisser Jésus nous guérir et nous sanctifier, comme Il le faisait sur les routes de Palestine, c'est le même Seigneur qui est là devant nous.
 
4) Comment passer une heure avec Jésus au Saint-Sacrement ?
Prier une heure avec Jésus au St Sacrement n'est pas difficile, parce que Jésus est la personne la plus facile à rencontrer. Il suffit d'entrer dans le silence intérieur, en parlant cœur à cœur avec Lui ; ou ( si Jésus nous en fait la grâce), de se reposer pour ressentir la douce paix d'être en présence de Celui qui nous aime le plus, et qui nous dit :"Venez vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et je vous soulagerai" (Mt 11,28).
Il n'existe pas de méthode universelle pour l'Adoration, parce que l'Adoration nous fait entrer dans une relation d'amour, et que dans l'amour il ne peut y avoir de règles ou de lois. C'est un cœur qui rencontre un autre cœur, dans la liberté parfaite des enfants de Dieu. Tous les saints ont laissé Dieu les conduire dans cette relation intime avec Jésus. Il est aussi possible, bien sûr, de prier le chapelet devant le Saint-Sacrement : nous aimons alors Jésus avec le Cœur de Marie ; la Vierge Marie nous reçoit dans son Cœur, et Jésus accepte le temps passé près de Lui comme
s'il venait directement du Cœur de sa Mère, le Cœur de Marie comblant les lacunes et les faiblesses de notre propre cœur.
 
5) et dans les sécheresses ?
Ce n'est pas ce que nous faisons qui rend l'Heure sainte, mais ce que Jésus fait en nous. Ce qui compte pour le Seigneur, c'est notre désir de L'aimer, et de le Lui prouver en Lui consacrant du temps. Les sécheresses et les distractions viennent de la faiblesse de notre nature. Bien sûr il faut les combattre, en amenant un livre pieux, ou les saints Évangiles, et en préparant notre temps d'Adoration. Mais il faut accepter humblement notre faiblesse : L'amour ne cherche pas son intérêt, mais l'intérêt de Celui que nous aimons plus que tout. Nous n'adorons pas pour nous, ni pour recevoir des grâces sensibles, mais parce que "le Père cherche des adorateurs qui adorent en esprit et en vérité" (Jn 4,23). Nous adorons le Seigneur Jésus-Christ parce qu'il est Dieu, qu'Il est notre Sauveur, et qu'Il mérite tellement d'être aimé, et d'être consolé de l'ingratitude et de l'indifférence de la plupart des hommes. Et nous adorons aussi parce que c'est "un doux devoir", c'est le 1er commandement, qui nous demande d'adorer le Seigneur et de Lui rendre un culte.
 
6) Quelle position prendre pour adorer ?
Dans la mesure où notre santé nous le permet, c'est à genoux qu'il faut adorer : l'Ecriture Sainte nous apprend, à travers les exemples de saint Étienne (Ac 7,60), saint Pierre ( Ac 9,40), saint Paul (Phil 2,6-11), que l'Eglise primitive face aux Juifs et aux païens, s'est mise à genoux devant le Seigneur Jésus-Christ, pour exprimer sa foi en la divinité de Jésus. Nous devons donc nous agenouiller devant Jésus, parce que c'est l'expression corporelle de l'adhésion de tout notre être à la présence réelle de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, dans le saint sacrement.
                 
Prière de Fatima
 
"Très sainte Trinité, Père,Fils, et Saint-Esprit, je vous adore profondément,et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame, et divinité de Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages, sacrilèges, et indifférences, par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de son Sacré-Coeur, et du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pécheurs.
  • Catégorie : Foi

Conférence sur la Bioéthique - Partie 1

Monsieur l'abbé Tignères est un ancien médecin. Et c'est donc naturellement qu'il nous a proposé dès son arrivée à Rolleboise une conférence sur les sujets actuels concernant la bioéthique.

 

 

 

Vous trouverez ci-dessous la première partie de cette conférence :

Autres articles